Les bains omeyyades d’Ayn el Sil à Azraq (Jordanie)

Dates : décembre 2008 (deux semaines)
Responsables : René ELTER (EA1132 Hiscant-Med, Univ.Nancy 2) ;  Khaled JBOUR (Antiquités Jordanienne)
Etudes des matériaux de construction : Jean-michel MECHLING (Institut Jean Lamour, Nancy) Nature de l’opération : fouille archéologique, étude architecturale, étude des matériaux de construction.

Rapport scientifique – juin 2009

Le site de Qasr Ayn al-Sil est situé au nord-est, à environ 1,5 km  de la localité d’Azraq Duruz, à 2 km de son « château », à l’entrée nord de l’oasis d’Azraq. Installés, en limite du massif basaltique, sur une terrasse alluvionnaire à l’embouchure de deux wadis dans un environnement agricole de culture d’olives, de vigne, et de céréales, les vestiges archéologiques se répartissent sur plus de 15 000 m2.

elteraynsil_1

Fig. 1. – Vue générale du site depuis le nord-ouest, (Cliché R. Elter)

Une première expertise architecturale et archéologique a été menée pendant deux semaines sur le site au courant du mois de décembre 2008. Soutenue par le Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France à Amman, «Balnéorient» et la Direction des Antiquités de Jordanie, l’intervention a eu comme finalité la reprise de l’étude du complexe du bain fouillé par le Département jordanien des Antiquités il y a une vingtaine d’années.

L’ensemble architectural d’Ayn al-Sil s’organise autour d’un bâtiment central, dit « principal », pouvant remonter à la période antique. Il est le seul à émerger du site. Le complexe du bain y est accolé à l’ouest. D’importantes dépendances, encore en grande partie ensablées, se développent à sa périphérie (granges, greniers, cours…). Un large puits profond a été creusé dans l’une des cours. Une saqya aujourd’hui disparue l’équipait. D’autres infrastructures, au nord, à l’ouest et au sud, barraient, contenaient et canalisaient les cours des deux wadis voisins. Ces aménagements hydrauliques étaient liés à la gestion de l’eau à des fins agricoles et permettaient la maîtrise des précipitations hivernales au nord de l’oasis. Il est, toutes proportions gardées, comparable aux aménagements de Qasr al-heir el Gharbi en Syrie ou Khan az-Zabib en Jordanie du centre.

D’une surface de 133 m2, le complexe du bain a été dégagé au début des années 1980. Cet ensemble architectural a subi l’épreuve du temps et est en grande partie pillé. Cependant, la campagne de décembre 2008 a permis de comprendre son organisation, son fonctionnement, de localiser le vestiaire, de révéler des banquettes, une baignoire ou un bassin, restés inédits, et de déterminer les grandes phases de l’utilisation de l’édifice.

Le bain s’organise dans sa phase tardive selon une succession de cinq salles de plan rectangulaire (vestiaire, salle froide, salles chaudes, chaufferie), disposées en enfilade. Cet agencement lui confère un circuit de type rétrograde. Les pièces chaudes étaient équipées de planchers suspendus – suspensura – (aujourd’hui disparus), posés sur des pilettes de terre cuite de section carrée et circulaire. Dans la phase la plus tardive, deux chaufferies alimentaient les deux fournaises. Leurs parois verticales étaient chauffées par un réseau de caniculi en terre cuite. Les sols de l’ensemble des pièces, en béton à la chaux, étaient couverts d’un fin mortier, couche de finition, qui se retournait sur les parois verticales, les banquettes et les baignoires.

elteraynsil_2

Fig. 2. – La chaufferie, installée dans le deuxième état, la baignoire murée. (Cliché R. Elter)

elteraynsil_3

Fig. 3. – La pièce chaude et le négatif de la baignoire du deuxième état. (Cliché R. Elter)

L’observation et l’analyse des enduits et mortiers indiquent des réfections et superpositions qui témoignent d’une certaine longévité du monument. L’étude physico-chimique de ces mortiers et bétons, réalisée par J.-M. Mechling (Institut Jean Lamour à Nancy), montre que la composition des différents mortiers et bétons à base de chaux a été adaptée à leur utilisation et localisation dans le bain. Suivant le besoin, pouzzolane, basalte ou terre cuite pilée ont été ajoutés (voir rapport à venir).

La décoration des pièces était sobre, les parois étaient rehaussées d’un badigeon coloré ou d’un décor géométrique dit « de chevrons » gravé dans l’épaisseur de l’enduit. Des voûtes et coupoles maçonnées couvraient vraisemblablement les salles.

Dans sa phase initiale, le circuit était constitué de trois salles – salles froide, tiède, chaude ; le vestiaire n’a pas été identifié : soit il était inexistant soit il était confondu avec la salle froide. La pièce froide était équipée de banquettes, d’une baignoire froide et de deux alcôves. Elle pouvait faire office de vestiaire. La pièce tiède était équipée d’une baignoire individuelle ou bassin (murée dans la phase suivante) ; la pièce sèche était quant à elle vouée à une sudation sèche.

Dans une seconde phase, les infrastructures furent transformées impliquant une nouvelle pratique du lieu. L’une des alcôves fut murée, de nouvelles banquettes furent ajoutées à celle de la phase précédente. Une fournaise supplémentaire équipa l’ancienne salle tiède qui devint chaude, entraînant la condamnation de la baignoire individuelle. Une baignoire fut aménagée dans l’épaisseur de l’une des parois de la pièce chaude. Le baigneur subit deux types de sudation sèche dans l’ancienne pièce tiède et humide par immersion dans la pièce chaude.
Dans une ultime phase, le bain fut étendu vers le Sud-Est par l’installation d’un vestiaire. Cette salle, la plus vaste du complexe, installée à l’entrée et à la sortie, servait vraisemblablement de salle de repos au retour du circuit du bain. L’accès, depuis le bâtiment principal, se fait, depuis des salles encore non-fouillées, par quelques degrés. La salle est bordée à sa périphérie de larges banquettes. L’une d’elles a conservé son profil, fossilisé sous des aménagements postérieurs.

Proche des autres complexes jordaniens, dans son organisation et ses aménagements (citons notamment Al-Fudayn, la citadelle d’Amman et Hammam Al-Sarah), le bain d’Ayn al-Sil peut être considéré pour sa version la plus tardive comme contemporain de la période omeyyade. Restera dans les années à venir à déterminer la jonction entre le bâtiment principal et celui du bain et à affiner la  datation du Qasr, qui peut être de fondation antique. Le bain trouvera alors sans aucun doute, chronologiquement, sa place et sa fonction (privée ou publique) dans le vaste complexe de 15 000 m2  du nord de l’oasis d’Azraq.

Bibliographie sommaire :

A. Almagro, El palacio omeya de ‘Amman III, Investigacion arqueologica y restauracion 1989-1997, Grenade 2000.
G. Bisheh, « Qasr Mshash and Qasr ‘Ayn al-Sil : Two umayyad sites in Jordan », in A. Bakhit-R. Schick, The fourth international conference on the history of de Bilad al-sham during the umayyad period, 1985
D.-L Kennedy, Archaeological Explorations on the Roman Frontier in the North East Jordan, BAR Oxford,1982.
D.-L. Kennedy, R. Cowie, « Archaeological explorations on the Roman frontier in north east Jordan : some further notes », ADAJ 28, 1984, p.


balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts