Découverte d’un bain romano-byzantin à Taposiris Magna (Égypte)

Dates : avril 2009 (un mois)
Cadre : Mission archéologique Française de Taposiris Magna (Dir. M.-F. BOUSSAC)
Responsable : Mourad EL-AMOURI (archéologue)
Nature de l’opération : fouilles archéologiques et étude architecturale

Rapport préliminaire de la campagne 2009 menée sur les bains romains tardifs de Taposiris Magna (Secteur 13)

par M. el-Amouri et Th. Fournet – Mai 2009

Parallèlement à l’étude des bains hellénistiques (voir le rapport 2009), un nouveau secteur a été exploré cette année dans la ville moyenne de Taposiris Magna, à mi-distance du « palais du gouverneur » fouillé par une équipe américaine en 1975 et de la « Terrasse Breccia ».

taposiris2009

Vue d’ensemble du secteur des bains romains tardifs en cours de fouille, vers le nord-est. Au l’arrière plan le temple d’Oriris et la « Terrasse Breccia » (à gauche), la « Tour des Arabes » (à droite). (MEA – Taposiris 2009)

Nous avions repéré depuis longtemps un grand bâtiment situé à l’ouest de la voie Sud-Nord qui mène du port au temple : il semblait avoir déjà été partiellement fouillé dans le passé, sans qu’aucune publication n’en ait été faite. Nous avions émis l’hypothèse, lors de l’exploration et du relevé topographique de la ville effectuées les années précédentes, qu’il s’agissait d’un édifice thermal. Notre objectif en 2009 était de vérifier cette hypothèse.

La mise au jour de vestiges de baignoires et d’un dispositif d’hypocauste confirme cette identification thermale ; par ailleurs les fouilles antérieures n’avaient porté que sur une partie limitée du bâtiment, ce qui offre de multiples possibilités pour l’interprétation et la chronologie du monument, conservé sur près de 2 m de haut.

baignoiretapo2009

Vestiges d’une des deux baignoires individuelles mises au jour dans le secteur chauffé des bains (MEA – Taposiris 2009)

Les caractéristiques techniques et architecturales de l’édifice – en particulier la nature des baignoires individuelles et des dispositifs de chauffage – permettent d’emblée de le situer dans le corpus des bains romano-byzantins, bien connu par les exemples d’Abu Mina, de Marea ou d’Ezbet Fath’allah (voir le rapport de la mission 2007). Ces bains proposent un confort très éloigné de celui, plus sommaire, des bains hellénistiques, témoignant ainsi du changement radical que subit le bain public dès l’époque romaine. C’est cette « révolution des thermae » qui est ici magnifiquement illustrée.  L’implantation de l’édifice nous indique en outre le déplacement du « centre de gravité » de la vie sociale de Taposiris depuis la ville haute vers le port, à une époque ou le temple, centre religieux à la période précédente, a déjà été transformé en forteresse.


balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts