S. Ardisson – Les ensembles thermaux de Cimiez (Nice, Alpes-Maritimes)

Dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue à Lyon par S. Ardisson, les trois ensembles thermaux réunis dans le quartier de Cimiez à Nice (Alpes-Maritimes) ont fait l’objet d’une étude approfondie qui permet de mieux cerner ce complexe balnéaire et de le replacer dans le contexte historique.

L’analyse des trois thermes proposée se base sur un réexamen complet et critique des données de fouilles et des découvertes anciennes. Elle prend également en compte l’inventaire exhaustif des vestiges conservés sur le site. Bien que connus du public de très longue date, les complexes thermaux de Cimiez conservent une grande part d’inconnu, à commencer par leur chronologie, absolue et relative, mais aussi la raison d’un tel regroupement. Si le réexamen d’une partie du mobilier archéologique issu des fouilles anciennes menées sans stratigraphie ni exhaustivité, a permis la réalisation de plusieurs travaux universitaires, il n’a jamais apporté de données tangibles permettant de les mettre en perspective avec le bâti et son évolution. Le phasage proposé pour ces constructions et reconstructions, a été réalisé à partir, d’une part des contacts et relations entre chaque structure bâtie et d’autre part, d’une réflexion sur les techniques et matériaux employés.Vue aérienne des thermes de Cimiez (S. Ardisson)

L’étude s’est également portée sur l’organisation et l’évolution du quartier thermal à vocation hygiénique, depuis la mise en place du réseau hydraulique (aqueduc et château d’eau) préfigurant l’aménagement du quartier, jusqu’à la phase optimale de son utilisation où les trois thermes fonctionnent concomitamment. L’examen de la durée de fonctionnement, la mise en lumière de modifications dans les parcours des usagers, voire même dans la typologie des bâtiments, apportent des données importantes sur l’évolution de la pratique balnéaire, et plus généralement sur les usages sociaux, observables à l’échelle de l’Empire. Ces constats, rendus possibles par l’examen attentif de la totalité des vestiges en place, permettent de replacer l’analyse du groupement thermal de Cimiez dans un contexte et un cadre bien plus vaste. Enfin, ces évolutions témoignent de la continuité de l’activité et de la vocation thermale de ce quartier jusqu’à l’Antiquité tardive.

Les résultats de cette étude apportent de toute évidence des éléments concrets à une campagne de réhabilitation déjà amorcée dans le cadre du Plan Patrimoine Antique pour le frigidarium des thermes du Nord. Réfection et mise en valeur qui restent à poursuivre dans l’urgence, afin de protéger de la dégradation ces monuments et ce quartier uniques de l’Occident romain.

S. Ardisson, Etude des ensembles thermaux de Cimiez (Nice, Alpes-Maritimes), doctorat d’archéologie soutenu en jan. 2016 à l’Univ. Lumière-Lyon 2 sous la direction de P. Arnaud


balneorient

L’identifiant « Balnéorient » regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets.
Ces derniers sont cependant souvent le fait d’autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *