Un complexe balnéaire inédit découvert à Pétra (Jordanie)

Par Laurent Tholbecq (Chaire d’Archéologie des provinces romaines, Université Libre de Bruxelles), avec la collaboration de Soline Delcros et de Nicolas Paridaens (Centre de Recherches en Archéologie et en Patrimoine, CReA-Patrimoine, ULB, Bruxelles).

Poursuivant son étude des installations religieuses de Pétra, une équipe d’archéologues franco-belges a mis au jour un petit complexe thermal inédit au sommet du Jabal Khubthath (Pétra, Jordanie). Cette découverte inattendue renouvelle assez radicalement la perception que l’on a pu avoir jusqu’ici de cet important secteur de la  ville [1] Le Jabal Khubthah est un des massifs gréseux qui dominent la capitale nabatéenne. Il s’élève à l’est du centre urbain et offre ses flancs à la nécropole royale de la ville. Avec le Jabal Madhbah (le « Haut-Lieu du sacrifice »), il est considéré comme l’un des deux hauts-lieux majeurs de la cité. Ces deux sommets présentent en effet des infrastructures cultuelles caractérisées et sont l’un comme l’autre reliés au centre urbain par de spectaculaires cheminements rupestres, ponctués de petits oratoires. La montagne a fait l’objet de descriptions anciennes (G. Dalman, M. Lindner) et d’un inventaire cartographique récemment publié par L. Nehmé [2]. Ceci étant, la documentation graphique des vestiges se réduisait jusqu’ici à un croquis publié par Gustav Dalman en 1908 [3]. L’objectif était donc de réaliser un relevé précis des vestiges visibles, en particulier dans le secteur ouest du massif (Jabal Umm al-‘Amr), en sorte de préciser la nature de l’établissement et d’évaluer le potentiel archéologique de la zone (Fig. 1).

Fig. 1 : Le Jabal Umm al-‘Amr depuis le centre-ville de Pétra, vue vers l’est. La flèche indique l’emplacement du complexe balnéaire (© Mission Archéologique Française de Pétra)

Un réseau topographique a été implanté (Laurent Vallières/INRAP et Pascal Rieth/Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan) ; couplé à une couverture en photographie aérienne de la zone (Wael Abu Azizeh/Ifpo Amman), il a permis de créer un modèle numérique de terrain, outil particulièrement adapté à ces reliefs montagneux. Le relevé des vestiges a été réalisé au 1:50 (Soline Delcros et Nicolas Paridaens/CReA-Patrimoine), les structures étudiées (Laurent Tholbecq/CReA-Patrimoine) et datées sur base d’un ramassage céramique géo-référencé (Caroline Durand/Ifpo Amman). Les résultats de cette première campagne sont particulièrement stimulants. Loin de confirmer une lecture exclusivement religieuse du Jabal Khubthha, ces travaux ont mis en lumière des infrastructures inconnues qui incitent à nuancer les propositions anciennes. Si les témoignages religieux sont présents (plateforme rupestre à bétyle D762 et niches cultuelles disséminées dans le massif), d’autres structures paraissent relever des domaines domestique, militaire et funéraire. En particulier, le cœur du complexe, longtemps interprété comme cultuel, (D764), s’est révélé être un petit ensemble thermal de 225 m², construit en rebord occidental du Jabal, et surplombant un à-pic spectaculaire face au théâtre de la ville (Fig. 2).

 

Fig. 2 : J. Khubthah. Complexe balnéaire D764 et les citernes D763 et D765, vue vers le sud (© Mission Archéologique Française de Pétra).

Le complexe comprend trois espaces distincts caractérisés : à l’est, une grande pièce partiellement rupestre, accessible par le nord et couvrant plus d’un tiers de la surface utile (1), à l’ouest, quatre petites pièces construites (2-3-4-5), enfin, des pièces de service, au nord et le long de la façade ouest (6-7) (Fig. 3). Les niveaux de circulation repérables présentent un dénivelé de ca. 0,8 m, suivant une pente générale vers l’ouest (de ca. 1057,35 m à ca. 1056,55 m). La découverte de pilettes d’hypocauste, de dalles de suspensura et de tubulures dans la pièce 3 ainsi que l’articulation de la pièce sur le couloir périphérique de service permettent d’y voir une pièce chaude sèche située au-dessus d’une chambre de chauffe. La pièce 5, cruciforme, présente deux grandes alcôves, sans doute dotées de bassins, et une plus petite, pouvant abriter un labrum. La pièce 2, située au pied des citernes, dispose d’un bassin d’eau froide rupestre. On est par conséquent tenté de distinguer, à partir de la porte d’entrée, un espace d’accueil et de repos (1), une zone froide (2), une zone sèche chaude (3), une zone chaude humide à alcôves, dotée de bassins (5) et peut-être, une zone tiède (4), les pièces 6 et 7 constituant une circulation de service indépendante ; les passages observés suggèrent une circulation rétroverse.

 

Fig. 3 : J. Khubthah. Complexe balnéaire D764 et les citernes D763 et D765 (© Mission Archéologique Française de Pétra, relevé S. Delcros et N. Paridaens).

Si la lecture de la céramique de surface n’est pas concluante, l’utilisation de fragments de matériaux de construction de terre cuite (dalles, possibles tuiles) dans l’appareil de certains murs oriente vers une date postérieure à l’annexion de Pétra par le pouvoir romain (106 p.C.). Le complexe est alimenté par deux citernes (D763 et D765), abusivement interprétées jusque là comme « salles cultuelles » ; elles sont liées à un réseau sophistiqué d’adductions rupestres et construites, articulé sur des prises d’eau situées sur deux mamelons gréseux adjacents et deux aqueducs franchissant des défilés encaissés, dont les piles ont été reconnues. Les découvertes de complexes balnéaires semblent donc se multiplier à Pétra, tant dans le centre urbain (« Central Bath », fouille jordanienne d’Adnan Shiyyab) [4] que dans la périphérie (Umm el-Biyarah) [5]. Les fouilles en cours permettront d’en préciser à la fois le contexte et la chronologie. Dans le cas de la Khubthah, le caractère religieux du complexe ne peut être admis sans réserve. Certes, des parallèles existent en Provincia Arabia : on pense par exemple au complexe thermal de Kh. edh-Dharih qui, associé à un caravansérail, devait accueillir les pèlerins visitant le sanctuaire. Une fonction similaire pourrait être imaginée ici mais rien n’interdit à ce stade de penser qu’un quartier périphérique a pu se développer au sommet du Jabal Khubtha à l’époque romaine. Les structures sont en effet nombreuses, et pas particulièrement liées au domaine religieux : non loin des thermes, un stibadium (D769) que les études anciennes ont systématiquement isolé de son contexte, s’inscrit dans un bâtiment de grande taille (pavillonnaire ?) qui se distingue de l’habitat domestique banal. Non loin, une structure inédite paraît de son côté être un tombeau monumental construit, similaire à celui fouillé jadis par Patrice Lenoble à Kh. edh Dharih et qui constitue le seul monument de ce type identifié à ce jour à Pétra en dehors du domaine rupestre. Non loin, sur le sommet du mamelon principal, prend place un petit bâtiment-tour (D768) dont le plan est parfaitement lisible et qui pourrait être un poste d’observation ; à ses pieds se blottissent quelques structures associant bâti et cours dans lesquelles on reconnaît sans peine des unités d’habitation. Dès lors que le matériel céramique recueilli en surface témoigne d’une occupation s’étendant de la fin du premier siècle p.C. et l’époque romaine (IIe – IVe s.), l’hypothèse d’un développement périphérique d’époque romaine prend corps. Ces travaux préliminaires pourraient donc singulièrement transformer la perception que l’on avait jusqu’ici du Jabal Khubhtah et permettre d’y reconnaître, non plus un « haut-lieu » mais un espace pluriel dont la fonction cultuelle n’est pas exclusive. Il est évidemment trop tôt pour déterminer si les bains nouvellement identifiés s’intègrent dans un complexe unique ou constituent, comme les témoignages céramiques et la multiplicité des structures rencontrées alentour tendent à le suggérer, un élément appartenant à un développement urbain d’époque romaine. L’hypothèse est lancée … reste à la vérifier !

Laurent Tholbecq


[1]La mission s’est déroulée du 15 octobre au 8 novembre 2012 dans le cadre de la Mission Archéologique Française de Pétra (UMR 7041 ArScAn, Université Paris 1 et Paris-Ouest, CNRS). Elle était cofinancée par le Ministère Français des Affaires étrangères et Européennes (Paris) et par le Centre de Recherches en Archéologie et en Patrimoine (CReA-Patrimoine) de l’Université Libre de Bruxelles (Belgique).
[2] G. Dalman, Petra und Seine Felsheiligtümer, Leipzig, 1908, p. 329-344; M. Lindner, « Neue Erkundung des Dschebel el-Hubta » dans M. Lindner (éd.), Petra Neue Ausgrabungen und Entdeckungen, München – Bad Windsheim, 1986, p. 130-137 ; Id., « Götterberg über Königsgräbern  », dans M. Lindner, Über Petra hinaus. Archäologische Erkundungen im südlichen Jordanien, Rahden, 2003, p. 113-126; L. Nehmé, Atlas archéologique et épigraphique de Pétra, Fascicule 1, De bâb as-Sîq au Wâdî al-Farasah, (Épigraphie et archéologie 1). Paris, 2012, p. 119-125 ; 146-147.
[3] Dalman, Petra und Seine Felsheiligtümer, Leipzig, 1908, p. 334, fig. 301.
[4] A. Shiyyab, « Preliminary Report On The First Season Of Central Petra Excavations », ADAJ 52, 2008, p. 105-108 ; A. Shiyyab, « New discoveries in Petra City Center », SHAJ 11, à paraître.
[5] St. Schmid & P. Bienkowski, « The International Umm al-Biyâra Project (IUBP), Preliminary Report on the 2010 Season”, ADAJ 55, 2011, p. 101-119.

 


balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *