Recherches sur le combustible des bains d’Égypte gréco-romaine (approche archéobotanique)

23 avril 2012
Par

La rareté des ressources végétales disponibles durant l’Antiquité au Proche-Orient et en Égypte fait de l’étude des combustibles ayant servant à chauffer les bains un sujet passionnant.

La nature du combustible utilisé est principalement connue grâce à la documentation textuelle constituée d’ostraca et de papyrus. Alors que le bois servait à chauffer les bains de Bu Njem, en Lybie et de Doura Europos, en Syrie, la paille est le combustible le plus souvent cité dans les papyrus égyptiens, auquel s’ajoutent, plus rarement, les roseaux (Meyer 1989 ; Redon 2009).

Afin de compléter ces informations par des données directes et de vérifier leur pertinence, il a été décidé de prélever et d’analyser le sédiment présent dans plusieurs foyers et conduits chauffants de bains grecs et romains d’Égypte, ainsi que dans les zones de rejets associées.

Ce projet réunit deux chercheuses, Charlène Bouchaud, archéobotaniste (univ. Paris 1), et Bérangère Redon (Ifao), archéologue et historienne. Le but de leur collaboration est de confronter sources botaniques et papyrologiques.

Rapport sur les analyses botaniques effectuées en février 2012

Auteur : Charlène Bouchaud, docteur en archéobotanique de l’université de Paris 1, chercheur associée UMR 7209 Archéozoologie, Archéobotanique. Sociétés, pratiques et environnements.

Cadre de l’étude : Les analyses ont été effectuées à l’Institut Français d’Archéologie Orientale, dans le cadre du programme « Bains antiques et médiévaux », avec le soutien du programme Balnéorient et du Conseil Suprême des Antiquités d’Égypte.

 

Quatre sites archéologiques ont été sélectionnés : les bains hellénistiques de Taposiris Magna dans la région d’Alexandrie, les bains hellénistiques et romains de Bouto dans le Delta central et de Karnak, en Haute Égypte, et les bains du fortin romain de Xèron Pelagos dans le désert Oriental. Les quatre sites représentent une mosaïque de paysages très divers, depuis la frange subméditerranéenne, en passant par les bords du Nil jusqu’aux confins désertiques orientaux. Les ressources végétales naturelles diffèrent, la nature de l’occupation humaine n’est pas la même d’un site à un autre, ces deux facteurs ont des conséquences probables sur la gestion du combustible.

cendrier de Taposiris

Accumulation de cendres dans le couloir de service des bains de Taposiris (© MFFTM)

Plus de cinquante litres de sédiment ont été acheminés au laboratoire d’analyse des matériaux de l’IFAO du Caire afin de réaliser une étude archéobotanique, qui s’est déroulée du 12 février au 10 mars 2012. Dans un premier temps, les échantillons ont été tamisés à sec à l’aide de tamis de maille très fine (0,4 et 1,2 mm). Seuls les éléments de taille supérieure à ces mailles ont ensuite été examinés sous une loupe binoculaire afin de séparer les restes carpologiques (graines, fruits, inflorescences), les restes anthracologiques (les charbons de bois) et autres éléments identifiables (comme les agglomérats organiques, les fèces animales, etc.). La plupart des échantillons contenait de la matière végétale carbonisée. Cette dernière est néanmoins largement mieux préservée dans les rejets de foyer – les cendriers – qu’à l’intérieur même des structures chauffantes (foyer et intérieurs des conduits). Les prélèvements de Bouto sont presque exempts de résidus organiques : l’humidité ambiante du site en est probablement la cause. Les restes carpologiques ont été identifiés sous loupe binoculaire, grâce à l’observation de la forme, la taille et l’ornementation de la surface essentiellement. Les restes anthracologiques ont été observés sous un microscope à lumière réfléchie selon trois coupes, transversale, tangentielle, radiale – réalisées manuellement. Les critères d’identification sont fondés sur l’organisation cellulaire des structures observées (c’est-à-dire les éléments cellulaires constitutifs du bois : vaisseaux, fibres, parenchyme, trachéides). Une liste d’essences végétales a ainsi été obtenue, constituant la base informative complétant les sources écrites.

Roseau

Coupe transversale de roseau (Arundo/Phragmites) (x50) - Taposiris (© Ch. Bouchaud)

Les résultats obtenus sont inattendus : la paille est quasiment absente, tandis que les roseaux (famille des Poaceae) sont bien attestés à Taposiris Magna et à Karnak, et de manière plus sporadique à Bouto. Parallèlement, des combustibles plus variés que ceux mentionnés dans les textes ont été identifiés, provenant à la fois d’un ramassage de la flore locale et de l’utilisation des sous-produits de récolte. Les bains de Xèron fournissent également un bel exemple d’utilisation de fèces de dromadaire comme combustible, geste bien connu des pratiques traditionnelles actuelles pour alimenter les feux domestiques.

La conjugaison des sources écrites et archéobotaniques offre un regard neuf sur la question de la gestion du combustible dans les bains égyptiens. Reste désormais à expliquer et corroborer ces différentes informations : le terme grec désignant la paille (achyron) pourrait-il être en réalité un terme générique désignant l’ensemble du combustible, tel que le suggérait déjà Béatrice Meyer (Meyer 1989) ? La paille souffre-t-elle d’un problème de conservation, qui l’a fait disparaitre des échantillons, ou n’était-elle plus utilisée au moment où les combustions ont eu lieu ?

Le dialogue engagé entre les disciplines (paléobotanique et papyrologie) permettra sans doute d’avancer une réponse plus solide. Des analyses complémentaires sont également prévues en 2012 pour vérifier nos premières constatations.

Xèron

Grains d'orge vêtue (Hordeum vulgare L.) provenant probablement des fèces de dromadaires - Xèron (© Ch. Bouchaud)

Les échantillons ont été prélevés dans le cadre des missions suivantes :

- Mission archéologique française de Taposiris Magna, dirigée par M.-Fr. Boussac (Université Paris Ouest-Nanterre, fouille des bains menée par Thibaud Fournet et Bérangère Redon) ;

- Mission archéologique française de Bouto, dirigée par Pascale Ballet (Université de Poitiers, fouille des bains menée par Guy Lecuyot et Bérangère Redon) ;

- Mission archéologique égyptienne de Karnak, dirigée par Mansour Boraik (CSA, Cfeetk, fouille des bains menée par Mansour Boraik et Salah el-Masekh) ;

- Mission archéologique du désert Oriental, dirigée par Hélène Cuvigny (Irth, CNRS, fouille des bains menée par Bérangère Redon).

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Rapports des opérations Balnéorient

Un commentaire pour “ Recherches sur le combustible des bains d’Égypte gréco-romaine (approche archéobotanique) ”

  1. […] recherche sur les combustibles des bains grecs et romains d’Égypte (nos travaux sont présentés ici). En parallèle, j’ai commencé l’étude archéobotanique du site de Xèron Pélagos, […]

Laisser un commentaire

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez Balnéorient dans la liste.

Blogoliste


Carnets de recherche