Résumé de C. SALIOU

Bains et histoire urbaine : l’exemple d’Antioche de Syrie dans l’Antiquité

Catherine SALIOU
Professeur d’Histoire romaine, Univ. Paris 8 – FRANCE

Type de contribution : communication longue

Dans le cadre de cette contribution, on tentera d’explorer les diverses façons possibles d’articuler l’histoire du bain collectif et des équipements thermaux à l’histoire urbaine. Le point de départ de cette enquête sera un inventaire critique des sources textuelles relatives aux édifices thermaux d’Antioche de Syrie dans l’Antiquité.

Les sources textuelles sont abondantes et variées et permettent de recenser une trentaine d’édifices (cf. tableau 1), Dès la fin du IIe s. av. J.-C., aux dires de Posidonius, les habitants des villes de Syrie pouvaient utiliser leurs gymnases comme des bains1. Toutefois les mentions précises d’édifices thermaux antiochéens concernent toutes, à l’exception peut-être des « bains de Philippe », la période romaine. Certains établissements sont mentionnés par une source unique (souvent la Chronique de Malalas, rédigée au VIe s.), dans des contextes qui doivent être soumis à une rigoureuse critique interne avant toute acceptation ou rejet des indications fournies. D’autres font l’objet de mentions multiples. Le mouvement de construction de thermes, qui semble engagé dès le début de la période romaine, ne paraît pas s’interrompre avant la fin du IVe s. À partir du Ve s. en revanche, les sources ne mentionnent plus de constructions nouvelles, si ce n’est, de façon générique, lors de l’évocation de la reconstruction de la ville par Justinien après 540. Les équipements mentionnés apparaissent désormais dans les textes comme des points de repère topographique. On s’interrogera sur cette apparente rupture, qui peut en effet être due à une sorte de saturation : plusieurs établissements construits sous le Haut Empire sont encore en usage au milieu du Ve s. (thermes de Trajan, d’Hadrien, de Sévère) et il a pu paraître inutile de construire encore de nouveaux thermes après la fin du IVe s. On confrontera la chronologie suggérée par les textes aux indications de l’archéologie2. De nombreux équipements sont attribués à des empereurs et quatre thermes « impériaux » sont mentionnés chacun par deux sources indépendantes au moins : thermes de Trajan, d’Hadrien, de Sévère, de Valens. On s’interrogera sur le rôle exact de l’initiative impériale dans la mise en place du parc balnéaire antiochéen. On comparera le rythme et les acteurs de la construction thermale à Antioche à ce qui s’observe dans les autres villes du Levant et, au-delà, de l’ensemble de l’empire – en commençant par des villes de rang comparable à celui d’Antioche : Rome, Alexandrie, Carthage, Constantinople -, et l’on se demandera si le cas antiochéen est représentatif d’une situation régionale ou correspond à son statut de capitale provinciale et occasionnellement de résidence impériale, ou tout simplement à son importance qui fait d’elle ce que les historiens contemporains appellent une mégapole3.

Les sources textuelles ssent également de précieuses indications, qu’il faudra dans la mesure du possible confronter ou associer aux données archéologiques, sur la localisation de certains bains, sur le statut et l’importance relative des différents établissements, sur leur insertion dans l’espace urbain, voire sur leur aménagement ou leur organisation. Il est ainsi possible d’engager une réflexion sur la place des bains dans le paysage urbain4 et leur rôle dans la vie de la ville et du quartier à Antioche, et de mettre en évidence, au-delà de sa singularité, due à une topographie spécifique et contraignante, l’éventuelle exemplarité du cas antiochéen. On s’interrogera en particulier sur la notion de « bain de quartier5 ».

Le bain collectif est aussi une affaire politique et les thermes sont des lieux importants pour la vie de la cité : le chauffage des bains publics est assuré par les membres du conseil local mais la réputation du gouverneur en dépend6 ; les thermes peuvent accueillir les conciliabules des notables locaux, mais aussi, très officiellement, les assises du gouverneur7 ; leur décor peut être l’objet de réinterprétations qui lui confère le statut de lieux de mémoire des conflits religieux8 ; certains épisodes de « l’émeute des statues », en 387, ont eu pour cadre des thermes9. On comprend mieux dans un tel contexte qu’à plusieurs reprises, et notamment en 387, l’empereur impose, à titre de sanction après une émeute, la fermeture des bains10. On s’interrogera cependant sur la portée et la signification d’une telle sanction et l’on se demandera si la « jouissance des bains » retrouvée par les Antiochéens une fois leur pardon obtenu relève d’un pur et simple topos littéraire ou constitue un élément de l’identité antiochéenne.

Tableau 1 : édifices thermaux par les sources textuelles (état provisoire)

Cette liste ne prend en compte que les édifices individualisés par un nom ou une localisation précise.

Noms

Références

Données chronologiques et topographiques

Bains de Jules César

Malalas, p. 216, l. 21-23 sqq. Dindorf = p. 163, l. 54 sqq. Thurn.

Sur « l’acropole ».

Agrippianon = Ampeli(n)on

Malalas, p. 222, l. 17-20 = p. 169, l. 78-81 Thurn.

Au pied de la montagne, dans le quartier dit « des Agrippites ».

Bains de Tibère

Malalas, p. 234, l. 11-12 Dindorf = p. 178, l. 45-46 Thurn.

Près de la fontaine Olympias, dans le secteur de la ville englobé par Tibère dans son extension des remparts (cf. Libanios Or. XI, 250, qui ne mentionne que la source Olympias : dans la partie nord de la ville) ; à distinguer du « Tibérinon loutron » mentionné dans la Vie de Syméon Stylite le Jeune, qui ne se trouve pas à Antioche, mais au pied du Mont Admirable.

Bains de Gaïus César (Caligula)

Malalas, p. 243, 15-8 Dindorf = p. 184, l. 27-31 Thurn.

Au pied de la montagne.

Ouarion (Varium)

Malalas, p. 244, l. 7 sqq. Dindorf = p. 184, l. 37 sqq. Thurn.

Au pied de la montagne, près du fleuve et du rempart ; construction par le sénateur Varius, envoyé par Caligula pour veiller à la reconstruction de la ville après un tremblement de terre.

Bains de Médée

Malalas, p. 263, l. 11 sqq Dindorf = p. 199, l. 52 sqq. Thurn.

Le long de la montagne, près de l’amphithéâtre et du temple d’Aphrodite ; construction par Domitien.

Bains de Trajan

Malalas, p. 276, l. 1 Dindorf = p. 208, l. 39 Thurn ; cf. Libanios, Or. 32, 2 (387) ; Évagre le Scholastique, HE II, 12.

Dans la « Vieille Ville ». Destruction partielle lors du tremblement de terre de 458.

Bains d’Hadrien

Malalas, p. 277, l. 20-278, l. 19 Dindorf = p. 209, l. 77 Thurn ; cf. P. Euphr. 1, l. 1-2 ; Évagre le Scholastique, HE II, 12.

Dans la « Vieille Ville ». Siège des assises du gouverneur en 245. Destruction partielle lors du tremblement de terre de 458.

Centènarion

Malalas, p. 282, l. 8-10 Dindorf = p. 213, l. 74 Thurn.

Restauration par Marc-Aurèle (construction avant le tremblement de terre de 115).

Commodion

Malalas, p. 283, l. 5 Dindorf = p. 215, l. 9 Thurn, cf. p. 220, l. 47, et p. 261, l. 52 Thurn.

Construction par Commode ; en face du sanctuaire d’Athéna, contigu au xyste (sur le « forum de Valens ») ; transformation en résidence officielle du gouverneur de Syrie entre le règne de Valens et l’époque de Malalas.

Severianon, thermae Severianae

Malalas, p. 294, l. 17-19 Dindorf = p. 224, l. 30-31 ; Hier., Chron. sub anno 200 (Helm, p. 212) ; Évagre le Scholastique, HE II, 12.

Le long de la montagne, dans la « Vieille Ville ». Construction par Septime-Sévère. Destruction partielle lors du tremblement de terre de 458.

Livianon

Malalas, p.  294, l. 19-p. 295, l. 5 Dindorf = p. 224, l. 36 Thurn.

Dans la partie basse de la ville. Règne de Septime Sévère.

Diocletianon

Malalas, p. 306, l. 22-p. 307, l. 1-2 Dindorf = p. 236, l. 87-88 Thurn.

Règne de Dioclétien ; dans la partie basse de la ville, près du vieil hippodrome.

Sunklètikon

Malalas, p. 308, l. 3-5 Dindorf = p. 237, l. 15-16 Thurn.

Règne de Dioclétien.

3 bains anonymes

Malalas, p. 308, l. 3-5 Dindorf = p. 237, l. 15-16 Thurn.

Règne de Dioclétien.

Bains de Philippe

Malalas, p. 318, l. 4-6 Dindorf = p. 234, l. 35-36 Thurn.

Vétustes, abattus sous le règne de Constantin, à un moment où ils ne fonctionnent plus ; à l’emplacement de la Grande Église.

balneum in Cerateas

Liber pontificalis 34 ; 58, 23-27 Mommsen

Bains aménagés par Datianus

Libanios, ep. 114, 5 ; 435, ; 441, 7 ; 1184, 9.

À l’intérieur et à l’extérieur (aux portes) de la ville ; construction avant novembre 355 (date de l’ep. 435).

Bains de Valens

Ammien Marcellin, XXXI, 1 ; Évagre le Scholastique, HE I, 20 ; Malalas, p. 339, l. 17-18 Dindorf = p. 261, l. 68-69 Thurn.

Près de l’hippodrome.

Bain du palais impérial

Théodoret de Cyr, Histoire Philothée 8 (Vie d’Aphraate), 9-10 ; Évagre le Scholastique, Histoire Ecclésiastique II, 12

Intact après le tremblement de terre de 458.

Bains aménagés par Proculus (III)

Libanios, ep. 852, 2.

Construction entre 382 et 384.

Bains aménagés par Ellebichos

Libanios, ep. 898, 4.

Construction en 387.

bains d’Urbicius (et d’Eupatios ?)

Malalas, Sl. cf. Thurn, p. 316, l. *62-63.

Mention dans le récit d’une émeute survenue entre 484 et 491.

Bains d’Olbia

Malalas, p. 397, l. 10-11 Dindorf = p. 325, l. 11 Thurn (voir aussi Excerpta de insidiis, p. 268, fr. 40 ; Jean de Nikiou, 89. 23-30).

Mention dans le récit de l’émeute de 507 ; près de la basilique de Rufinos (sur l’agora).

bains de Tainâdonhûs (Adonis ?)

Chronique de Jean de Nikiou (éd. Zotenberg) 90. 24-25, p. 135 trad. Charles.

Mention dans le récit de l’incendie de 525.

bains de la nation syrienne

Chronique de Jean de Nikiou (éd. Zotenberg) 90. 24-25, p. 135 trad. Charles

Mention dans le récit de l’incendie de 525.

(démosion…)

IGLS III, 786.

« Bath F » ; restauration en 537-538.

« Bain d’hiver » ; « bains saisonniers » [dont l’un serait à identifier au « bain d’hiver ? »]

La Vie ancienne de S. Syméon Stylite le Jeune, c. 224, l. 25 ; Évagre le Scholastique, HE VI, 8.

Près d’une basilique (?) dite « Diphôtos », dans un endroit bien en vue de la ville ; mention dans le récit d’un épisode datable entre 578 et 592 ; destruction lors du tremblement de 588.

Notes :
  1. ATHENEE, Deipn. 5, 210 e-f ; 12, 527 e-f.
  2. Six établissements thermaux ont été mis au jour lors des fouilles effectuées sous l’égide de l’Université de Princeton dans la troisième décennie du XXe s.
  3. Cf. Nicolet, Cl., Ilbert, R., Depaule, J.-Ch. (dir.), Mégapoles méditerranéennes, Paris-Rome, 2000. Dans ce volume, j’ai consacré une première ébauche aux bains antiochéens (p. 803-805), que je souhaite développer, préciser et compléter à l’occasion du colloque.
  4. Si les discours de Libanions mettent en avant la contribution des bains au charme ou à la splendeur de la ville, les sources narratives mentionnent de façon récurrente l’existence d’établissements hors service ou en ruines.
  5. Cf. p. ex. Libanios, Or. XI, 245.
  6. Libanios, Or. XXVI, 6.
  7. Cf. P. Euphr. 1, l. 1-2.
  8. Statues des thermes de Trajan, cf. Malalas, Chronographie, XI, 10.
  9. Libanios, Or. XX, 3-4 et XXII, 6.
  10. Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, I, 16 ; Chrysostome, ad Pop. Antiochenum 17, PG 49, col. 187-188

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts