Résumé de S. BOUHDIBA

Le mythe de la grossesse du hammam dans les sociétés maghrébines

Sofiane BOUHDIBA
Professeur de Démographie à l’Univ. de Tunis – TUNISIE
Type de contribution : contribution aux actes

Un hadith célèbre, « la propreté fait partie de la foi », lie les rituels musulmans au hamam, bain public très populaire dans la culture arabo-musulmane. Cependant, au-delà de sa vocation purificatrice et hygiénique, le hamam a indubitablement acquis une profonde  dimension érotique. Je souhaiterais traiter dans mon article de l’une des plus anciennes et mystérieuses de ces dimensions : le mythe de la grossesse du hamam.
Toute une croyance populaire lie la télé-copulation au hamam : lorsqu’une femme peu prévoyante s’assoit à l’endroit même où un homme, quelques temps auparavant, a laissé du sperme, elle tomberait enceinte. Le mythe veut que le sperme reste vivant grâce à l’ambiance humide du hamam, mais également aux qualités intrinsèques du marbre. Cette croyance populaire, particulièrement tenace, a engendré toute une technique de protection, que j’examinerai également ici.
Comment est né ce mythe ? Dans quelle mesure la hantise du père inconnu remonte-t-elle à l’apparition de l’Islam, voire aux traditions de la jahilya ? Jusqu’à quel point la représentation particulière de la femme dans la tradition musulmane explique-t-elle le développement de ce mythe sexuel autour du hamam ? Comment se protègent aujourd’hui les clientes des hamam ? Que reste-t-il de cette croyance populaire dans les hamam modernes de Tunis ? Telles sont les questions auxquelles je me propose de trouver quelques éléments de réponse au cours de ma communication.

Ma réflexion se fera en trois grandes étapes. Je commencerai par examiner comment est née la croyance populaire de la grossesse du hamam, en remontant aussi loin que possible dans l’histoire des peuples arabo-musulmans. Dans une deuxième partie, je m’attacherai à évaluer les stratégies mises en place pour vaincre cette forme particulière de hamamo-phobie : laver l’endroit où  l’on s’assoit, attendre que l’endroit refroidisse, sont autant de conseils donnés par les mères aux jeunes femmes dans les hamams. La dernière partie de l’article tentera d’examiner dans quelle mesure l’angoisse de la grossesse du hamam fait désormais partie du folklore local, dans les sociétés arabo-musulmanes modernes. Les réflexions de cette dernière partie seront en partie basées sur une enquête menée auprès de quelques client(es), tayeb et tenanciers de hamam dans le vieux Tunis.


balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts