Résumé de Ch. BOUCHAUD

Une question de choix ? Les combustibles utilisés dans les thermes – approche archéobotanique

Charlène BOUCHAUD
Doctorante, Univ. Paris 1 – FRANCE

Type de contribution : communication longue

L’intérêt croissant pour la recherche archéobotanique au sein de la communauté archéologique a conduit les chercheurs à prendre en compte le matériel végétal comme objet archéologique, transmetteur d’informations nouvelles et enrichissantes. Ainsi, un premier corpus peut être constitué, rassemblant plusieurs échantillons de matière végétale carbonisée ayant servi de combustible pour chauffer les hypocaustes de différents bains d’époque romaine et byzantine/ommeyyade, répartis sur l’ensemble du Proche-Orient du nord de la Syrie au sud de la Palestine. Six sites archéologiques sont concernés :

Saint-Siméon (Syrie ; dir. : Jean-Luc Biscop, fouille 2008 : Pierre-Marie Blanc)
Les deux prélèvements ont été effectués respectivement dans l’hypocauste du tepidarium et parmi les rejets de cendres du praefurnium. Les datations sont encore peu précises, mais ces dépôts correspondent sûrement à un dernier état d’utilisation de cet édifice thermal vers les VI-VIIe siècles.

Bosra (Syrie ; dir. : Jean-Marie Dentzer et Pierre-Marie Blanc, fouille Pierre-Marie Blanc et Pauline Piraud-Fournet)
Plusieurs prélèvements pourraient être liés à l’utilisation des thermes du Sud d’époque romaine et celle du « Palais de Trajan » d’époque byzantine-ommeyyade.

Shaara (Syrie ; dir. : Jean-Marie Dentzer) – Un échantillon provient des thermes du village. Peu d’informations contextuelles et chronologiques sont pour l’instant à notre disposition – mais elles le seront par la suite.

Jérash (Jordanie ; dir. : Jacques Seigne, fouille 2008 : Thomas Lepaon) – Les prélèvements ont été faits dans un espace de rejet de cendres dans la salle du praefurnium des thermes de Placcus et datent du VIe siècle.

Khirbet-edh-Dharih (Jordanie, dir. : François Villeneuve, fouille : Nicolas Sartori) – Une datation au C14 a été faite sur une partie des échantillons prélevés directement dans l’hypocauste et correspond à une époque située entre 540 et 560 ap. J.-C.

Saint-Hilarion (Bande de Gaza; dir. René Elter) – Quatre prélèvements viennent du complexe des bains liés aux activités monastiques : trois ensembles correspondent à des niveaux de rejet du VIe siècle de matériaux provenant de la fournaise et un échantillon représente un niveau de travail de la chaufferie des VII-VIIIe siècles.

L’analyse s’appuie sur les données archéobotaniques constituées des identifications taxonomiques des charbons de bois (vestiges anthracologiques) et des graines (vestiges carpologiques) trouvés dans les échantillons. L’intérêt scientifique de ce corpus est multiple et son étude promet de répondre à de nombreuses questions concernant les combustibles et leur utilisation, pour l’époque romaine mais surtout pour la période byzantine. La quasi-contemporanéité de certains échantillons autorise les comparaisons inter-site et permet de s’affranchir d’éventuels facteurs chronologiques tandis que la diversité des lieux et des contextes multiplie les différences de situation.
Ces différences sont tout d’abord d’ordre climatique, premier facteur influant sur la végétation locale et donc sur le choix de combustible. La plupart des sites – Bosra, Shaara, Jérash et Khirbet edh-Dharih – sont en contexte semi-aride (Shaara profite peut-être d’un peu plus d’humidité) tandis que deux « extrêmes » s’opposent : le climat méditerranéen de Saint-Siméon et les conditions arides de bords de mer de Saint-Hilarion.
Les divergences s’expriment ensuite par la nature même des édifices concernés, comprenant à la fois des thermes de grandes tailles, liées à des manifestations publiques comme les ensembles monastiques de Saint-Siméon et Saint-Hilarion ou les thermes du Sud à Bosra, et des structures, privées ou non, de taille beaucoup plus restreinte, comme à Jérash, Khirbet edh-Dharih ou les thermes de Trajan de Bosra.
Ces deux catégories sont les principaux facteurs influant sur le choix des combustibles permettant d’alimenter les dispositifs de chauffage des bains. En effet, il semble a priori que la disponibilité des ressources arborées d’une part et la demande en bois d’autre part, afin d’alimenter des espaces de petite ou de grande taille, influencent fortement le choix des essences végétales.
Un troisième facteur tout aussi important concerne les propriétés physico-chimiques des espèces. Il est envisageable que les personnes responsables du choix des combustibles aient opté pour des essences aux qualités calorifiques pouvant répondre au type de feu souhaité, un feu long et moyennement chaud.

En prenant en compte ces postulats, nous utiliserons les résultats correspondant à l’identification des espèces présentes dans les échantillons afin d’essayer de souligner les tendances générales et les particularités locales. Ces deux échelles d’analyse sont indispensables pour mettre en valeur les différents facteurs responsables des choix du combustible. Dans un souci d’interdisciplinarité, des rapprochements pourront être faits avec les sources textuelles antiques d’une part et les études archéoethnotaniques d’autre part.
L’étude de ces combustibles attachés à une fonction particulière, le chauffage, est un moyen efficace et pertinent permettant d’appréhender de façon précise une problématique plus générale qui est celle des relations entre l’homme et son milieu.

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search