Les bains du palais de Trajan (Bosra, Syrie), Mission 2008

Dates : septembre-octobre 2008 (un mois)
Cadre : Mission Archéologique franco-syrienne de Syrie du Sud (dir. F. BRAEMER)
Responsable : Pauline PIRAUD-FOURNET (Ifpo)
Participants : Cécile MONTEL (Doctorante, Univ. de Bourgogne) ; Diane-Selma PENRAD (Etudiante Univ. Sorbonne-Paris 1) ; Amicie DE BARBANTANE (Etudiante, Univ. Sorbonne-Paris 4)
Nature de l’opération : fouilles archéologiques et étude architecturale

Les bains privés du palais de Trajan, Bosra (Syrie) – Rapport préliminaire de la mission 2008

Le palais de Trajan à Bosra – Présentation, problématique et premiers résultats

Au cœur du quartier est de la métropole chrétienne de Bosra s’élève une grande demeure vraisemblablement édifiée à la fin du Ve s. ap. J.-C. que distinguent, de l’habitat d’époque protobyzantine connu en Syrie du sud, plusieurs éléments remarquables tel l’aménagement de bains privés. Ce petit ensemble balnéaire semble avoir été édifié au VIe s., dans le palais existant, mais il présente plusieurs états et témoigne de réorganisations, particulièrement de la fin de l’époque byzantine ou du début de l’époque omeyyade. Situé dans l’angle sud-ouest du corps de bâtiment sud du palais, il est accessible depuis la cour centrale par la cage d’escalier menant, à l’étage, à la salle d’apparat triconque.

axotrajan2009

Ci-dessus : proposition de restitution du Palais de Trajan (Ifpo 2009,  P. Piraud-Fournet) – document provisoire.

Ces bains occupent une superficie d’au moins 130 m2 pour une surface offerte aux baigneurs, dans l’état actuel de nos découvertes, de 50 m2 et sont constitués de toutes petites pièces utilisées vraisemblablement selon un parcours rétrograde. Le plan original de ces petits bains présente des salles froides construites en blocs de parement de basalte et trois salles chauffées sur hypocaustes de forme légèrement trapézoïdale terminées par une abside, disposées tête-bêche les unes par rapport aux autres, construites en maçonnerie de briques et de mortier. Les bassins et baignoires mis à disposition des usagers étaient alimentées en eau par une citerne, peut-être deux. La proximité entretenue entre la grande église à plan centré du quartier oriental peut-être cathédrale et le Palais de Trajan nous encourage à attribuer ce dernier à l’archevêque de la ville, métropolite de la province d’Arabie. Ces bains sont les seuls connus dans cette partie de la ville et les seuls bains privés découverts à Bosra. Les rares éléments de décor trouvés dans le palais et dans les bains montrent qu’ils étaient utilisés par des chrétiens, à l’époque byzantine jusqu’à la fin de l’époque omeyyade et les vestiges en place font état d’une continuité certaine des pratiques entre ces deux périodes. Ces bains tirent leur originalité de leur caractère privé, attributs de luxe pour une demeure d’époque byzantine et omeyyade, édifiés en contexte urbain, ce qui les distinguent des bains des palais omeyyades isolés, à proximité des grands thermes publics de la ville qui fonctionnaient encore à cette époque.

trajan2008_1

La mission 2008 – détail des travaux réalisés

La première campagne de fouille et de relevés en septembre 2007 avait permis de mettre au jour une partie de cette installation balnéaire située en périphérie de la demeure. Il importait cette année de préciser les limites de cette installation, la fonction des différentes salles, la répartition entre les salles d’usage et les pièces de service et leur mode de fonctionnement. L’inventaire et l’étude du matériel découvert à l’occasion de cette mission et de la précédente ont pu être réalisés en collaboration avec Pierre-Marie Blanc (CNRS, Ifpo Damas). Ils permettent de cerner plus précisément l’époque d’édification du palais et l’époque d’abandon des bains.

L’intérêt de ces bains est double : leur étude enrichit la documentation d’un dossier encore peu exploré, celui des bains liés à l’habitat, et permet de préciser le mode de vie, le rang et la fonction des habitants de cette grande maison métropolitaine. Par ailleurs, la période de transition entre l’époque byzantine et omeyyade dans l’architecture domestique comme dans l’architecture balnéaire est encore peu documentée en Syrie du Sud.

trajan2008_2

La campagne 2008 a permis de dessiner plus précisément le plan grâce à la mise au jour et à l’identification des salles froides 3, 4 et 10, des trois petites salles à abside chauffées par hypocaustes 5, 6 et 7, des salles de distribution 1 et 2, de service 8 et de chauffe 8bis et 13 ?, des citernes 9, 12 ? et d’une nouvelle pièce mitoyenne des bains, les latrines 11. L’ensemble thermal est situé, comme la salle de réception au rez-de-chaussée, dans l’aile sud du palais. Considéré dans sa globalité, il occupe plus de 130 m2 de la surface de la maison, pour une surface balnéaire finalement modeste : environ 47 m2 de salles froides et chaudes utilisées par les baigneurs. La situation confinée des bains du Palais de Trajan, l’exiguité des pièces et des bassins, font penser à un usage plutôt privé, leur disposition, à une progression classique des pièces les plus froides vers les pièces les plus chaudes. Les nombreuses salles, les baignoires, les bassins et les vasques (au moins 5 ou 6), le lit-banquette qui annonce la table de massage que l’on trouve dans les hammams, laissent penser que plusieurs personnes pouvaient utiliser ces bains simultanément. La proximité de ces bains avec la grande salle de réception triconque et avec des latrines d’une certaine ampleur laisse penser que ces équipements leur étaient ouverts. Manifestation supplémentaire de la richesse de son propriétaire, ils pourraient ainsi avoir accueilli un public choisi, une clientèle.

trajan2008_3

Par ailleurs, la fouille a révélé deux principaux états de bains, de nombreux remaniements et un état encore plus ancien peut-être sans vocation balnéaire. L’étude du matériel issu de plusieurs autres sondages nous permet de préciser l’époque d’abandon des bains et peut-être du palais à la fin de l’époque omeyyade. Une petite plaque décorative découverte dans les bains présentant une croix, les croix gravées à divers endroits du palais nous incitent à penser que jusqu’à son abandon à la fin de l’époque omeyyade, la maison était habitée par des chrétiens.

Un rapport complet de la mission 2008 a été déposé par P. Piraud-Fournet sur HAL SHS (accéder à l’article)

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts