Les bains hellénistiques de Bouto (Égypte)

Cadre : Mission archéologique française de Bouto (Dir P. Ballet, Univ. Poitiers) en collaboration avec le Deutsches Archäologisches Institut (Le Caire) et avec le soutien du Ministère des affaires étrangères français et de l’IFAO
Responsables : Guy LECUYOT (architecte, UMR 8546 CNRS-ENS); Bérangère REDON (Univ. Lille 3, UMR 8164)
Dates : avril 2009 – 10 jours

Rapport Préliminaire – avril 2009

En 2008, la mission de l’université de Poitiers a repris l’étude des bains de l’ancienne Bouto (Tell el Fara’in) dégagés par une mission anglaise entre les années 1967 et 1969, dans un quartier artisanal qui avait livré également une quinzaine de fours de production de céramique.

bouto20091

L’équipe anglaise avait identifié quatre phases architecturales comprises entre l’époque ptolémaïque et l’époque romaine (soit du 2e s. av. J.-C. au 2e s. ap. J.-C.). Les deux premières correspondent à des bains de type grec avec la construction (et la reconstruction) d’une salle circulaire – tholos – renfermant sur le pourtour une succession de petites cuves plates juxtaposées les unes à côté des autres. La phase suivante est une transformation du bâtiment de l’état II en bain à hypocauste. Une dernière phase, mal définie, a vu l’abandon du système romain et la destruction de la seconde tholos. Après une première saison consacrée au dégagement des vestiges (mai-juin 2008), une seconde (mai 2009) a été consacrée à l’étude et au relevé détaillé des vestiges de l’état ptolémaïque ancien.
Ces travaux ont démontré que les travaux des Anglais avaient été limités, notamment par la densité des vestiges dans cette zone qui a empêché les sondages extensifs, en particulier concernant les niveaux les plus anciens. Ils ont aussi permis de constater la bonne conservation des vestiges des deux premiers états de fonctionnement de l’édifice, tandis que les hypocaustes ont disparu, victimes de récupérateurs de matériaux. La disparition de ces niveaux a été l’occasion pour la mission française d’explorer des zones auxquelles les Anglais n’avaient pu accéder et de dégager de nouveaux espaces appartenant à la première phase de construction, à l’est de l’édifice.
Par ailleurs, deux sondages menés en périphérie de l’édifice, au nord et à l’ouest, ont démontré la préservation de niveaux archéologiques en place, qui permettront, d’une part, de reprendre l’étude stratigraphique et chronologique des différentes phases des bains et, d’autre part, de mieux comprendre les relations qu’ils entretenaient avec les fours situés dans leur environnement immédiat.

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts