Inventaire et protection des hammams de la médina de Tunis

Rapport de la table ronde du 12 juillet 2014 – renseignements : contact@associationmedinatunis.org

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (Hammam Sidi Sahbi © Aglaé Bory)

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (Hammam Sidi Sahbi © Aglaé Bory)

Rappel des objectifs de la table ronde

Organisée dans le cadre de l’exposition « Regards posés. Hammams de la Médina de Tunis » (ci-dessus), cette table ronde avait pour objectifs de mettre en synergie les diverses initiatives d’inventaire des hammams historiques de la médina de Tunis, et d’enrichir la concertation citoyenne et le dialogue entre l’ensemble des acteurs institutionnels et non institutionnels concernés. Elle entendait également capitaliser les produits de la journée d’étude tenue le 25.12.2013 au sein de l’Institut National du Patrimoine. Elle a réuni des chercheurs et des professionnels de l’architecture, des directeurs d’institutions nationales de sauvegarde du patrimoine, des photographes associés au projet de l’association, des propriétaires de hammams et des membres de Lmdina Wel Rabtine.

Programme de la table ronde / participants

Introduction

(Sondos Belhassen, Présidente de Lmdina Wel Rabtine)

Séance 1 : Inventaire et connaissance des hammams de la médina de Tunis

(Facilitateur : Ahmed Zaouche, SG, Lmdina Wel Rabtine)

  • Mme Saloua Darghouth, Directrice de l’Inventaire et de la recherche, Institut National du Patrimoine
  • M. Adnene Ben Nejma, Conservateur de la Médina de Tunis
  • M. Zoubeir Mouhli, Directeur général de l’Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis
  • Mme Sana Letaief, Chercheuse associée Lmdina Wel Rabtine

Séance 2 : De l’inventaire à la protection active des hammams : le point de vue des propriétaires et des artistes

(Facilitateur : Amel El Benna, SG adjoint, Lmdina Wel Rabtine)

  • Ali Bakir, Propriétaire de Hammam Tammarine
  • Monia Ben Aoun, Propriétaire de Hammam Zitouni
  • Jacques Pion, photographe (France)
  • Max Jacot, photographe (Suisse)
  • Aziz Tnani, photographe (Tunisie)

Séance 3 : Débat avec le public

(facilitateurs : Selim Adhoum, Trésorier, Ahmed Blaich, Trésorier adjoint, Lmdina Wel Rabtine)

Clôture et synthèse des travaux

Synthèse des discussions

Séance 1 : Inventaire et connaissance des hammams de la médina de Tunis

Les responsables de l’Institut National du Patrimoine et de l’Association de Sauvegarde de la Médina ont partagé l’état des connaissances disponibles au sein de leurs institutions, sur les hammams historiques de la médina de Tunis. Ils ont notamment relevé l’absence de classement officiel de hammams historiques (même pas de classement paru au JORT du Hammam El Grana qui date du Xè siècle). Les responsables de l’INP ont présenté le chantier d’étude et inventaire général du patrimoine architectural de la médina de Tunis (en cours d’élaboration) qui devrait aboutir à la production de plans et de coupes par secteurs et qui enrichira la connaissance des dimensions matérielles (architecturales) des hammams historiques. Cet inventaire sera orienté vers des projets pilotes de valorisation culturelle et de création de circuits réhabilités.

L’ASM dispose de son côté d’une étude sociodémographique (1978) qui décortique en particulier les problèmes sociaux sanitaires et éclaire sur les mesures hygiénistes mises en place par la ville de Tunis à l’époque et dont certaines se sont révélées limitées. L’ASM dispose également d’une carte détaillée vectorisée de la médina de Tunis (2013), au sein de laquelle s’est inséré le travail de cartographie initié par l’Association Lmdina Wel Rabtine et ayant abouti au repérage de 50 hammams historiques. Il est souligné l’importance de collecter des sources historiques (notamment des photographies d’époque, cartes postales, manuscrits et actes notariés pour documenter entre autres la transmission des hammams, etc.). La méthodologie de l’inventaire (quelles informations, comment les classer, quels supports, etc.) devrait également être harmonisée (en fonction des projets de sauvegarde projetés) et tenir compte du statut spécifique des hammams de Tunis qui ont toujours été des domaines privés et n’ont pas appartenu à la Djemaia des Habous comme c’est le cas au Maroc et dans d’autres pays arabes.

Il a été suggéré que le corpus photographique produit dans le cadre du projet « Regards posés » (près de 500 images) alimente une nouvelle plateforme électronique, fondée sur un système d’information géographique (SIG), permettant d’associer à la localisaion des hammams, toutes les données pertinentes (photographies, notices historiques, cartes, etc.). Les participants s’accordent sur l’importance d’un inventaire multidimensionnel, consacrant à la fois les aspects matériels et immatériels des hammams (architectures, transmission, usages, rituels, mythes, objets, récits, sons, etc.). Les panélistes ont admis le fait que le travail d’inventaire doit nécessairement anticiper les projets de valorisation des hammams qui en conditionneront la méthodologie et le format.

 

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (Hammam er-Remmimi © Jacques Pion)

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (Hammam er-Remmimi © Jacques Pion)

Séance 2 : De l’inventaire à la protection active des hammams

Les propriétaires ont rappelé le large éventail de problèmes quotidiens auxquels ils font face et qui grèvent aussi bien leur activité économique que l’entretien des hammams. Les charges de chauffage et de consommation énergétique (électricité, gaz) et d’évacuation des eaux, d’entretien et de chaulage sont les plus lourdes à gérer, ainsi que les faibles recettes du fait de la stagnation du prix d’entrée et la concurrence. Les propriétaires ont exprimé beaucoup d’intérêt pour les possibilités de classement de leurs biens et ont souligné les faibles capacités de leur syndicat à conduire le plaidoyer et à dialoguer avec les institutions nationales et avec la Ville de Tunis en vue d’une baisse des charges d’exploitation et/ou de mesures exceptionnelles d’exploitation des hammams historiques. Ils ont également souligné le caractère «limité » ou « insuffisant » des expérimentations pilotes menées récemment pour renforcer l’attractivité des hammams et leur viabilité économique (cf. notamment le projet des hammams culturels et gastronomiques). Ils ont également souligné leur intérêt et leur curiosité pour la promotion de divers modèles de hammams : (i) le hammam intégré dans un circuit de tourisme culturel et drainant un public de touristes et de clients « haut de gamme », (ii) le hammam classique destiné à la population traditionnelle de la médina et aux clients modestes, (iii) le hammam reconverti pouvant abriter d’autres usages. Trois photographes (Max Jacot, Jacques Pion et Aziz Tnani) ont livré un témoignage de la détresse économique, sociale et de l’exclusion des tenanciers des hammams (tayeb/masseurs, ouvriers précaires, etc.). Ils ont relevé le fait que les difficultés de transmission et la résolution des conflits liés à l’héritage sont le leitmotiv de leurs entretiens approfondis avec les ouvriers des hammams. Ils sont disposés à mettre leurs photos au service de tout projet de revitalisation et de valorisation de l’image des hammams.

Propositions de suivi et de collaboration

A l’issue de la discussion, les participants ont identifié des pistes d’intervention commune entre l’INP, l’ASM, l’association Lmdina Wel Rabtine et les autres partenaires impliqués afin de renforcer la connaissance des hammams et de susciter des démarches innovantes de valorisation. Il s’agit de :

  • Proposition 1 : Valoriser le fonds photographique produit dans le cadre du projet « Regards posés. Hammams de la médina de Tunis » en le rendant accessible via une plateforme électronique sécurisée ; le croiser avec l’ensemble des données architecturales, historiques et socio-économiques disponibles inhérentes aux hammams historiques de Tunis et encourager les publications autour de ce fonds.
  • Proposition 2 : Elaboration d’une étude économique sur l’offre, les recettes et la viabilité du service des hammams historiques de la médina de Tunis (« le marché des hammams »). Une telle étude permettrait d’apprécier à sa juste valeur le potentiel de valorisation et de développement du modèle économique des hammams de la médina de Tunis et d’envisager des projets d’exploitation novateurs, pouvant miser notamment sur les dynamiques du tourisme culturel. Les termes de référence de cette étude pourraient être développés par Lmdina Wel Rabtine, en étroite concertation avec l’INP et l’ASM.
  • Proposition 3 : Organisation, au cours de l’année 2015, d’un atelier de partage d’expériences réussies et de bonnes pratiques en matière d’exploitation touristique des hammams historiques, avec la participation de propriétaires de hammams étrangers ayant inscrit leurs établissements dans un circuit de tourisme culturel (par exemple le hammam Cemberlitas à Istambul) et/ou ayant initié des approches créatives de gestion/développement de leurs établissements (réduction des consommations énergétiques, communication et marketing, etc.).
  • Proposition 4 : Soutenir et/ou faciliter la communication au sein du syndicat des hammams et renforcer les capacités de mobilisation, de réseautage et de plaidoyer au sein de cette corporation pour mieux défendre les intérêts des hammams de Tunis.
  • Proposition 5 : Encourager les propriétaires de hammams à proposer le classement de leurs biens, avec l’assistance technique et institutionnelle conjointe de l’INP et de l’ASM et poursuivre la discussion sur les mesures de protection juridique complémentaires.
  • Proposition 6 : Partager les résultats de la présente table ronde avec l’ensemble des acteurs impliqués et multiplier les efforts de mobilisation de ressources pour insérer ces nouvelles proposition d’intervention dans le plan d’action du Projet « hammams », mis en oeuvre par l’association Lmdina Wel Rabtine, avec l’appui de l’Ambassade de Suisse en Tunisie et de l’Institut Français de Tunisie.

Couverture médiatique

Les travaux de la table ronde ont été enregistrés par Associated Press dans le cadre d’un documentaire dédié au patrimoine méditerranéen et dont la diffusion est prévue pour octobre 2014. La table ronde a été également couverte par l’agence de communication Graphik Island, mandatée par l’association pour élaborer une vidéo synthétisant l’ensemble des évènements organisés dans le cadre de l’exposition « Regards posés. Hammams de la médina de Tunis ». Un reportage photo est également disponible (quelques extraits dans ce billet). La table ronde a été annoncée lors de plusieurs émissions radiophoniques ainsi que sur les réseaux sociaux. Les invitations ont également été relayées par les réseaux respectifs de l’Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis et de l’Institut National du Patrimoine.

Il convient également de souligner que la table ronde a bénéficié de la grande visibilité médiatique de l’exposition « Regards posés. Hammams de la médina de Tunis » qui a bénéficié d’une trentaine d’article parus dans la presse nationale et étrangère, en l’intervalle d’une semaine (7-14 juillet 2014). Cette revue de presse détaillée est disponible sur demande. Pour toute question : contact@associationmedinatunis.org

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (© Patricia Triki, Mahdi Chaker, Rania Dourai)

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (© Patricia Triki, Mahdi Chaker, Rania Dourai)

Remerciements

L’association L’mdina Wel Rabtine adresse ses plus vifs remerciements à tous ses partenaires et notamment :

  • Mme Saloua Darghouth, Directrice de l’inventaire et des études, Institut National du Patrimoine
  • M. Zoubeir Mouhli, Directeur, Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis
  • M. Adnen Ben Nejma, Conservateur de la Médina, Institut National du Patrimoine
  • M Ali Bakir, Propriétaire Hammam Bakir
  • Mme Monia Ben Aoun, Propriétaire Hammam Zitouni
  • M. Aziz Tnani, Photographe (Tunisie)
  • M. Jacques Pion, Photographe (France)
  • M. Max Jacot, Photographe (Suisse)
  • ainsi que Mme Monia Riahi Maaouia (Ambassade de Suisse) et M. Yvan Bertoux (Institut Français de Tunisie).

En savoir plus : contact@associationmedinatunis.org

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.