Les bains tardo-républicains de Cornebarrieu : des Romains chez les Gaulois…

 
Un billet de Catherine Viers (Architecte, archéologue INRAP), autour de l’exposition « Permis de construire » au Musée Saint-Raymond – 16/11/2013 – 21/09/2014

Les bains de Cornebarrieu (Haute Garonne) ont été découverts en 2005 lors du diagnostic prescrit à l’occasion du projet d’aménagement de la ZAC des Monges-Croix du Sud, au nord-ouest de Toulouse, et fouillé en 2007. Aucune autre structure contemporaine n’a pu être rattachée à cet édifice malgré l’étendue du diagnostic au nord, à l’est et au sud. Cet apparent isolement doit cependant être pondéré par la présence très vraisemblable d’une occupation à l’ouest, de l’autre côté de la D65, dont les vestiges, peu perceptibles, ont été détruits à l’occasion de l’aménagement du lotissement de Bel-Soleil à la fin des années 1980.

PlanBainsCornebarrieu_INRAP

Le bâtiment s’inscrit dans un plan presque carré de 5,25 m sur 5,75 m composé de deux pièces, l’apodyterium et le caldarium, disposées en L (voir plan ci-dessus). L’espace vacant dans le quart sud-ouest est occupé par un praefurnium. Le caldarium s’étend sur toute la longueur de l’édifice, à l’ouest. Le sol est réalisé en opus signinum à tesselles. La majorité des tesselles sont blanches, des tesselles noires étant exclusivement utilisées à des points stratégiques du décor : intersection de lignes ou centre d’un motif. Les tesselles, d’environ 1 cm de coté, sont disposées à 45° par rapport à l’axe des motifs, incrustées dans un rechapage de béton de tuileau fin d’environs 1 cm d’épaisseur, à l’emplacement des tapis.

Le tapis de l’apodyterium est constitué d’un méandre de svastikas et carrés à tesselle centrale, encadré par un filet alternant tesselles blanches et noires. Le centre de la composition est enrichi d’un petit rectangle constitué de trois fois six croisettes. Une banquette dont seul l’arrachement nous est parvenu, s’adossait aux cloisons intérieures. Bâtie en briques, elle était enduite de mortier.

Vue d'ensemble des bains de Cornebarrieu, depuis le nord-est (cliché Olivier Dayrens, Inrap)

Vue d’ensemble des bains de Cornebarrieu en cours de fouille, depuis le nord-est (cliché Olivier Dayrens, Inrap).

On accédait au caldarium par une petite porte de 0,75 m de large. Le sol, décoré de deux panneaux rectangulaires, comporte un quadrillage losangé en entrant puis un fleuron central à six feuilles, inscrit dans un méandre circulaire de svastikas et carrés pointés. Les deux panneaux sont encadrés par un méandre de même nature bordé de part et d’autre par un filet de tesselles noires et blanches alternées. Au fond de la pièce une empreinte circulaire témoigne de la présence d’un labrum, soigneusement récupéré lors de l’abandon de l’édifice, tandis qu’une baignoire maçonnée lui faisait face. Cette dernière s’implante sur un praefurnium enterré qui permettait le chauffage de l’eau. Seul ce dernier était conservé, les deux murs entre lesquels il s’inscrivait constituant les substructions du bloc-baignoire et de sa marche-margelle. Ces derniers ainsi que le foyer étaient construits avec des briques entières ou coupées en deux d’un modèle unique. de 0,43 x 0,28 x 0,065 m.

Bains de Cornebarrieu, vue zénithale du caldarium : praefurnium, sol osaiqué et négatif du labrum (© INRAP)

Bains de Cornebarrieu, vue zénithale de la salle chaude : foyer, sol mosaiqué et négatif de la vasque ronde (© INRAP)

A l’exception du bloc baignoire, l’ossature du bâtiment était en bois. Des sablières basses coffraient le béton de tuileau de l’opus signinum, tandis que des poteaux de section carré rigidifiaient les murs : quatre sur les parois nord et sud et trois à l’est et à l’ouest. L’empreinte des poteaux nous est parvenue en négatif, sous forme d’encoches dans le béton de tuileau. Celles-ci indiquent une section de bois de 0,24 m de large. Les pièces de bois étaient assemblées à mi-bois et clouées. La liaison des poteaux et des soles par des clous de 0,15 à 0,20 m de long indique que la structure de bois était posée à même le sol et non enterrée, le clouage des pièces nécessitant un certain recul. Un remblai de galets aménage dans un second temps un niveau de sol au nord du bâtiment, sur l’argile du substrat.

Bains de Cornebarrieu, détail sur l'empreinte d'un poteau dans le mortier de tuileau (cliché Olivier Dayrens, Inrap).

Bains de Cornebarrieu, détail sur l’empreinte d’un poteau dans le mortier de tuileau (cliché Olivier Dayrens, Inrap).

Les deux pièces du balnéaire étaient séparées par une cloison dont seul le négatif nous est parvenu. Sa largeur de 0,22 m permet de penser que, comme le reste de l’édifice, elle était soutenue par des poteaux de bois. Le remplissage des parois devait être en torchis. Des tegulae utilisées en remploi dans la construction du praefurnium, et retrouvées en remblai dans le comblement de ce dernier indiquent que très probablement, la toiture en était couverte. Quelques fragments d’enduit peint de couleur blanche trouvés dans les remblais de démolition suggèrent que les parois intérieures étaient enduites. L’enduit mural a par ailleurs été mis en évidence, en négatif, entre les sablières basses et les solins d’étanchéité qui protégeaient la base des murs. Le sol enfin était recouvert de peinture rouge. Des traces de celle-ci ont été remarquées le long de l’arrachement de la banquette de l’apodyterium et au pied du labrum. Des encroutements de calcin surtout présents devant le solium indiquent probablement que la baignoire était vidangée à même le sol. Une évacuation d’eau, réalisée avec un col d’amphore Pascual 1 en perçant le mur de terre face à la baignoire suggère qu’au cours de l’utilisation du bâtiment, l’acheminement de l’eau vers l’extérieur par l’apodyterium a été abandonné au profit d’une évacuation plus directe.

Maquette d'étude des bains de Cornebarrieu. Réalisation M. Viers (RMC), étude et restitution C. Viers, sous la responsabilité de Fr. Veyssière (INRAP), cliché Olivier Dayrens (INRAP).

Maquette d’étude des bains de Cornebarrieu. Réalisation M. Viers (RMC), étude et restitution C. Viers, sous la responsabilité de Fr. Veyssière (INRAP), cliché Olivier Dayrens (INRAP).

Le plan du balnéaire de Cornebarrieu trouve surtout des parallèles en Italie centrale à travers plusieurs établissements de bains publics ou privés datés de la deuxième moitié du IIème siècle a. C. Parmi ceux ci se trouvent les bains publics hellénistiques de Musarna près de Viterbe (Broise, Jolivet 2004), ou le balneum de la villa Prato à Sperlonga (Broise, Lafon 2001) dans le Latium construits dans le dernier quart du IIème siècle a. C.

Maquette restituée des bains hellénistiques de Musarna (© H. Broise)

Maquette restituée des bains hellénistiques de Musarna (© H. Broise)

Malgré un mobilier amphorique indigent, les techniques de construction et la nature du décor corroborent une datation haute pour les bains de Cornebarrieu, à partir du premier tiers du premier siècle avant notre ère, et qu’ils furent abandonnés à la période augustéenne. L’intérêt de ces bains tient dans sa construction même, associant ossature de bois et maçonnerie dans une architecture reflétant un niveau de vie et des habitudes aisés. La présence de bains aussi précoces dans le Toulousain et d’une telle qualité de décor suppose l’importation d’un modèle et d’un savoir faire italiques. La découverte de ces bains repose la question de la précocité de la romanisation de Tolosa.

En savoir plus

Site de l’exposition « Permis de construire. Des Romains chez les Gaulois », diaporama de l’exposition et visuels presse.

Deux conférences sur le sujet sont en outre programmées à Toulouse : « Des bains grecs aux thermes romains » le 16 janvier 2014, et « Les bains tardo-republicains de Cornebarrieu (Haute-Garonne)« , le 2 février 2014.

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.