« Ḥammām shāmī », remake or not remake de feuilletons mixés ?

Par Katia Zakharia (Université Lyon 2 et UMR 5291 GREMMO)

À mes amis damascènes et à Damas, cette parenthèse légère par des temps obscurs que j’espère temporaires

1_Calligraphie

Un feuilleton télévisé qui se déroule dans un hammam ne pouvait manquer de retenir l’attention de chercheurs participant au projet Balnéorient. C’est ainsi que, le 14 juin 2013, Thibaud Fournet signale aux « Balnéorientaux » l’annonce d’une nouvelle série syrienne, intitulée « Ḥammām shāmī » (حمام شامي, Un hammam damascain), scénario de Kamāl Mōrra et réalisation de Muʾmin al-Mullā.
Pourtant, ce n’est pas le lieu choisi pour le feuilleton qui a aussitôt piqué ma curiosité. Le titre donné à la nouvelle série appelait immédiatement à ma mémoire celui d’une autre plus ancienne, « Ḥammām al-hanā » (littéralement : « hammam de contentement » ; expression par laquelle on souhaite à quelqu’un un bain agréable) ; « Ḥammām al-hanā » qui se mélange un peu dans mes souvenirs avec une autre série, « Ṣaḥḥ en-nōm » (bon réveil)[1], qui lui avait fait suite. La première avait été tournée à Damas, la seconde à Beyrouth puis à Amman. Les deux, jouées par des acteurs syriens et se déroulant dans le vieux Damas, mettaient en scène les mêmes protagonistes, qui devaient d’ailleurs réapparaître ultérieurement dans d’autres déclinaisons télévisées de leurs péripéties.

« Ḥammām šāmī » était-il, comme je fus encline à le supposer aussitôt, un remake ? Ou avais-je tort dans ma précipitation et s’agissait-il d’un projet original ? Pour évoquer ces feuilletons, leurs liens éventuels et les raisons pour lesquelles la diffusion du premier a été reportée, je présenterai d’abord dans les grandes lignes « Ḥammām shāmī », du moins ce qui peut en être dit à l’heure où j’écris (août 2013). Ensuite, je proposerai un indispensable petit tour dans le passé proche. Enfin, je tenterai de déterminer quels liens entretiennent passé et présent feuilletonnesques.

Vous avez dit « Ḥammām shāmī » ?

La diffusion de « Ḥammām shāmī », qualifié par certaines chaînes d’information de « Syrian soap opera » (ici par exemple un article de Arab Today), était initialement prévue pour agrémenter les soirées du mois de Ramadan 2013 ; elle a cependant été reportée à une date ultérieure, comme on le verra.

Le synopsis de « Ḥammām shāmī » commence avec la sortie de prison du dénommé Kharṭūsh  (Cartouche, Gribouille). Il est pris en charge par Abū Ṣakhr, ami de son grand-père et propriétaire d’un hammam où l’ancien prisonnier travaille désormais comme garçon de bain. Souhaitant absolument épouser Ibtihāl, dont il est épris, Kharṭūsh cherche à s’enrichir par tous les moyens, au détriment des habitants du quartier ou des clients. Il ignore en effet qu’il est l’unique héritier d’une importante somme d’argent. Elle a été secrètement confiée à son intention par son grand-père à Abū Ṣakhr, qui voudrait en faire un meilleur homme avant de la lui transmettre.

Prévu en trente épisodes (pour être calé sur les trente jours du mois de Ramadan), le feuilleton a été entièrement tourné à Abu Dhabi dans les studios du « Media and entertainment hub Twofour54 ». Il a bénéficié pour la fabrication des décors, le voyage et le séjour des artistes et techniciens aux Emirats, d’un « important budget ». Le montant a été tenu secret, mais il est fréquemment précisé qu’il a multiplié par dix les dépenses qu’aurait engagées le tournage à Damas même (plusieurs sites de presse relaient l’information, notamment cet article du 10 avril 2013). Lancé à grand coups de publicité, il a sa page sur Facebook et près de 350 000 sites, à vocations diverses, en ont parlé, en parlent ou y renvoient, depuis la campagne promotionnelle.

Le tournage hors de Syrie de « Ḥammām shāmī » a rendu nécessaire la reconstitution d’un quartier de Damas et d’un hammam damascain traditionnel. Le teaser (voir ci-dessus, ou sur youtube) porte à penser que les décors, particulièrement le hammam et ses caractéristiques emblématiques, sont relativement bien rendus à l’écran. Il est difficile de trouver des illustrations qui, comme ci-dessous, montrent uniquement les spécificités du décor.

2_HammamShami

Le teaser, d’une durée de près de cinq minutes, retrace brièvement des scènes d’un intérêt très inégal, notamment des scènes de groupe confuses sur les plans visuel et sonore, ou quelques extraits à vocation burlesque dont le capital comique me semble – à tort ou à raison – incertain (notamment le sempiternel client malmené par le garçon du bain supposé le masser). La séquence promotionnelle se termine par une promesse se voulant alléchante « Vous venez de voir ce qui se passe dans ce hammam avec les hommes, attendez de voir l’atmosphère féminine ». Le traitement alternatif dans une même série des moments réservés aux hommes et de ceux réservés aux femmes dans un hammam est affirmé comme une nouveauté pionnière.

3_HammamShami

Le 6 juillet 2013, le réalisateur de « Ḥammām shāmī » annonce dans une déclaration que, finalement, son « nouveau feuilleton ne sera pas diffusé durant le mois de Ramadan à venir (pour mémoire, le mois de Ramadan 1434 a commencé le 10 juillet 2013), mais qu’il sera programmé pour avoir une place dans les diffusions prévues sitôt après ». Il affirme : « Nous, l’équipe du feuilleton “Ḥammām shāmī”, avons décidé que sa première diffusion aura lieu après le mois béni de Ramadan, ce pour plusieurs raisons, au nombre desquelles des opérations artistiques compliquées, dont il est connu qu’elles font suite au tournage, les plus importantes étant le montage, le mixage, le graphique et la musique illustrative. Ces opérations spécifiques prennent un temps non négligeable. Par conséquent, nous avons estimé qu’il fallait diffuser l’œuvre aussitôt après la fin du mois de Ramadan » Il ajoute qu’il prend soin « de chaque détail de l’œuvre comme si j’effectuais une opérations chirurgicale extrêmement complexe », rappelant également qu’il est à son avis dommage de diffuser nombre de nouveaux feuilletons durant le seul mois de Ramadan. Mieux vaudrait les distribuer sur l’ensemble de l’année plutôt que d’avoir recours pendant 11 mois à des productions étrangères, notamment turques (voir l’article en ligne).

Le report est donc expliqué ici par une mauvaise appréciation du temps nécessaire au tournage malgré l’importante publicité et les moyens conséquents mis en œuvre. En effet, deux mois au total auraient été initialement prévus pour toute l’opération. Dès lors, le retard annoncé ne serait pas vraiment surprenant. Toutefois, on est autorisé à se demander comment ou pourquoi un réalisateur, un scénariste et des acteurs tous également chevronnés ont pu faire une telle erreur d’appréciation. On peut également se demander si la diffusion sera bien faite sitôt après la fin du Ramadan, achevé le 8/9 août 2013. Enfin, la déclaration du réalisateur insistant sur le soin qu’il apporte à son travail pourrait être comprise par des esprits chagrins ou facétieux comme une arme à double tranchant, suggérant que cela n’aurait pas été le cas dans ses précédentes œuvres.

Ce report que la troupe tient à présenter comme sa propre décision assumée, est ainsi considéré par l’une des actrices du feuilleton, Hannūf Kharbuṭlī, comme « un pas particulièrement audacieux ». Elle fait état, dans une interview, de son approbation de la décision qui « permettra au téléspectateur syrien de se reposer », bombardé qu’il est de nouveautés durant un seul mois. Elle aussi « espère que cela se généralisera » de manière à répartir les nouvelles séries sur l’ensemble de l’année.

Plutôt que de parler d’un acte politico-culturel, quelques sources, plus pragmatiques, pensent que la raison du report de ce feuilleton est la prolifération de nouvelles séries conçues pour le mois de Ramadan, aboutissant à une sorte d’embouteillage dans les nouveautés et laissant ainsi aux chaînes une liberté de choix. D’autres croient savoir que cela tient à l’absence d’une chaîne qui ait accepté de diffuser « Ḥammām shāmī » et d’en acheter les droits, à la différence des autres feuilletons syriens prévus pour la circonstance (voir l’article en ligne). Sans le dire, ces deux arguments suggèrent implicitement que le feuilleton n’aurait pas été considéré comme suffisamment intéressant ou attractif.

Enfin, une dernière explication est apportée par Al-Mughtarib. L’organe de presse se réclame d’une « source bien informée » pour proclamer que « la vraie raison derrière [ce report] n’est pas purement commerciale, car la chaîne MBC a bien acheté les droits de diffusion. Mais le report tient au fait que l’œuvre pénètre pour la première fois dans une zone que la censure a estimée être interdite, nous voulons dire par là le hammam des femmes. L’œuvre aborde en effet dans de nombreuses séquences les querelles entre les femmes du quartier et la manière dont elles sont traitées au hammam sous la houlette de femmes se comportant comme de vrais chefs, ce qui a poussé les responsables de la chaîne préférer une diffusion en dehors de la course [aux feuilletons] de Ramadan »[2]. Il est difficile de déterminer aujourd’hui si cela constitue une forme subtile de publicité, visant à maintenir l’intérêt pour le feuilleton après que sa projection a été décalée, ou s’il s’agit bien de la réalité[3].

4_HammamShami

Si la publicité présente le feuilleton comme le premier à avoir été tourné hors de Syrie, ou le premier à présenter la double vie de l’espace du hammam, rythmée par la ségrégation des genres, certains médias n’hésitent pas à affirmer également, mettant parfois les propos dans la bouche du réalisateur ou du scénariste : « sans doute le premier feuilleton de ce genre, dont l’action se déroule dans un hammam et un quartier populaire, qui rapporte des histoires damascaines plaisantes, retraçant la vie d’un quartier ou de la société populaire dans son ensemble » (cette assertion est relayée par près de 250 sites, dont cette édition du 6 juin 2013). Sans préjuger de l’intérêt que peut présenter ce nouveau feuilleton, difficile à évaluer sur la seule base du teaser, de quelques photos et interviews de presse, on peut déjà affirmer catégoriquement que cette dernière assertion est entièrement fausse. J’ajoute qu’il n’est pas non plus tout à fait vrai que ce soit la première série syrienne tournée hors des frontières. Pour l’établir, je vous invite à m’accompagner sans vous impatienter quelques décennies en arrière pour recueillir moult petits détails nécessaires pour la suite de mon propos…

Petit tour très incomplètement rétrospectif

« Je vous parle d’un temps que les moins de … ans ne peuvent pas connaître »… 28 mai 1959, pour la première fois dans un pays arabe, la télévision arrive au Liban[4]. Le téléspectateur avait le choix entre les canaux 7 et 9. Le premier était propre aux programmes dits « en langue arabe » (ils incluaient des feuilletons en français ou surtout en anglais, sous-titrés) et le second à ceux en langue française. En ce temps-là, la télé paraissait générer de nouvelles convivialités, qui se révèleront éphémères : On se réunit entre voisins, amis, parents, chez ceux, encore rares, qui ont un téléviseur, pour la sahriyyé, soirée ponctuant les relations sociales. Le poste trône au centre de la pièce de réception, ou sur une estrade dans les cafés. On peut voir entre autres, ici, des séries d’importation telles que « Rintintin » ou « Ma sorcière bien-aimée » et des émissions locales confinées à un microcosme culturel et social comme « Yvette reçoit » ; là, « Layālī l-zaǧal »(des zaǧǧālūn, poètes populaires, réputés échangent piques et répons rimés, supposés totalement improvisés) ou les péripéties faussement bucoliques et très moralisatrices de « Yesʿid masēkum » (Bonsoir), plus connu sous le nom du personnage principal, le notable villageois « Abū Melḥim »; ou « Naʿīm wa-Fahīm », devenu par la suite « Abū Salīm eṭ-Ṭabel ».

C’est là encore que, durant les veillées du mois de Ramadan, on a pu, des années durant, regarder en plan fixe un acteur jouer le rôle du ḥakawātī, racontant le répertoire revisité de ces prédécesseurs d’avant la télé. Si ma mémoire ne me trahit pas, il s’agissait d’Aḥmad Khalīfé, célèbre pour sa remarquable incarnation d’Abū ʿAbd al-Bayrūtī, un fier à bras aux moustaches imposantes incurvées vers le haut, ne quittant jamais son veston, son qumbāz ni son fez, avec, à la main, une fine baguette cinglant l’air, le narguilé toujours à proximité, et parlant avec l’inimitable accent du quartier populaire de Basṭa (voir par exemple l’article nécrologique illustré sur al-mustaqbal, n° 3204 du 29 janvier 2009, p. 1).

De gauche à droite : Abū Melḥim et emm Melḥim, dans une de leurs récurrentes « pause-café » (Source : http://www.alre7ab.com) ; Abū Salīm et sa Yāsmīn (Firyāl Karīm)(Source : http://www.malebda3.net/) ; Abū ʿAbd al-Bayrūtī (Source: http://www.almustaqbal.com).

De gauche à droite : Abū Melḥim et emm Melḥim, dans une de leurs récurrentes « pause-café » (http://www.alre7ab.com) ; Abū Salīm et sa Yāsmīn (Firyāl Karīm)(http://www.malebda3.net/) ; Abū ʿAbd al-Bayrūtī (http://www.almustaqbal.com).

Entretemps, depuis le 23 juillet 1960, la télévision est également arrivée à Damas. La télévision syrienne, dont la production de feuilletons fut et demeure très active envers et contre tout (sur la situation actuelle voir le billet d’Yves Gonzalez-Quijano), produit et diffuse des feuilletons conçus pour les soirées du mois de Ramadan. C’est ainsi que, vers la fin des années 60, le plan fixe du ḥakawātī cède la place à des feuilletons proposés durant le Ramadan, dont deux sont de véritables phénomènes de société. Ils sont l’un et l’autre si mémorables et tellement inventifs, que les téléspectateurs dans leur diversité confessionnelle et sociale, qu’ils attendent ou pas l’heure de la rupture du jeun, les suivent fidèlement.

C’est d’abord, en 1967, les 13 épisodes de « Ḥammām al-hanā » dont voici le synopsis : « l’action se déroule dans un hammam damascain, à la recherche d’un siège dans lequel le grand-père de Ḥusnī al-Būrazhān (joué par Nihād Qalaʿī) a caché son argent. Ghawwār al-Ṭōshē (littéralement, Batailleur l’Étourderie, joué par Durayd Laḥḥām) complique l’affaire en manipulant et distribuant les sièges. Par la suite, on découvrira que la fortune était en monnaie turque, qui s’est totalement effondrée quand la Turquie a perdu la première guerre mondiale. Les espoirs et les rêves de fortune de l’héritier s’envolent ainsi ». La chasse au trésor est l’occasion de multiples aventures inspirées de la vie quotidienne dans un quartier populaire. Plusieurs sites en ligne proposent de brefs extraits de ce feuilleton, en noir et blanc. Ils sont malheureusement tous d’une qualité médiocre (image brouillée, son parfois inaudible) ; mais ils peuvent en donner une idée si on ne l’a jamais vu ou raviver les souvenirs si on en a ri à gorge déployée. Youtube notamment en propose 80 brèves séquences, dont le premier extrait ci-dessous.

« Ḥammām al-hanā » sera suivi en 1972 par la première saison de « Ṣaḥḥ en-nōm » (qui fera l’objet d’une seconde saison, d’une pièce de théâtre puis d’un long métrage). En voici le synopsis : Les événements se déroulent dans le quartier de « kell mīn īdō elō » (littéralement : chacun, sa main est à lui ; figurément : à chacun de se débrouiller tout seul). Une satire sociale et politique se pointe derrière une histoire d’amour confinant au burlesque : Ḥusnī al-Būrazhān (toujours joué par Nihād Qalaʿī) et Ghawwār al-Ṭōshē (toujours joué par Durayd Laḥḥām) cherchent chacun à gagner le cœur de Faṭṭūm Ḥīṣ Bīṣ (jouée par Naǧāḥ Ḥafīzh)[5]. Le second étant prêt à toutes les ruses et autres tours, finira en prison.

Le succès du feuilleton fut tel que les rues se vidaient aux heures de sa diffusion. La chanson d’amour adressée par Ghawwār à sa dulcinée, avec son texte sommaire mais suggestif et insistant, est une véritable pièce d’anthologie.

La musique est empruntée à « Garun garun garune », une célèbre chanson d’amour arménienne (on peut en écouter plusieurs versions et remix en ligne, notamment sur Youtube [6]). Ghawwār en fait une scie qui se retrouve elle aussi sur de nombreux de sites (on peut voir une capture de la séquence chantée par Ghawwār dans le feuilleton ; de mauvaise qualité, elle demeure intéressante). On notera que la pérennité de cette scie et – si l’on peut dire – sa transculturalité sont telles qu’elle ne cesse de faire l’objet de reprises. On pensera au clip bilingue (arabe et arménien) d’Ilyās Nakhlé en 2011 ou à la version (spontanément ?) entonnée en 2009, d’abord en arménien puis en arabe, par Nancy ʿAǧram au cours d’une interview durant laquelle elle est invitée à chanter « quelque chose de joli » qui lui passe par la tête (voir en ligne). Citons enfin la parodie plutôt réussie des deux animateurs Tony Abū Ǧawdé et Carla Ḥaddād [7], dans leur talk-show, « Yā lēl yā ʿēn ». En arrière-plan, la photo de Ghawwār derrière les barreaux de la prison (d’où il chante sa sérénade) est projetée. Un autre plan montre les pieds d’un invité, chaussé de socques (qabqāb). Enfin, sitôt la parodie terminée et les animateurs assis à leurs places, la version de Ghawwār est reprise en chœur par les invités, à l’initiative de Ṣafāʾ Sulṭān, et par une partie du public.

Les deux feuilletons ne sont pas seulement des événements télévisuels. Ils vont durablement marquer la langue dialectale et plusieurs phrases culte entrent dans la langue courante. Ainsi, par exemple, le solennel « anfī lā yukhṭi’ » (littéralement : mon nez ne se trompe jamais, pour : mon flair est sûr), régulièrement lancé, généralement à tort, par le responsable du commissariat de quartier, le bien nommé Badrī Abū Kalabshā (Père les Menottes), émaille les conversations pour « il n’y a pas de fumée sans feu » et autres « je n’ai pas de preuve, mais je suis sûr(e)…. ». Idem, la déclaration finale de Ghawwār, « maudit soit l’amour, cause de tant d’humiliations ! » (yeʾṭaʿ l-ḥebb shū bi-zill). Quant au qabqāb syrien traditionnel, il est désormais associé dans les mémoires à ce personnage. Son bruit caractéristique précédait régulièrement son entrée en scène et son bois solide était d’une cuisante efficacité quand les riverains lui imposaient une punition à leur façon. Il ne manquait pas de s’exclamer alors : « yeḍrab el-ʾebʾāb shū bi-waǧǧiʿ » (Damnées soient les socques, ce qu’elles font mal !). Nul besoin pour le téléspectateur de prendre des coups de socques pour s’en souvenir : la simple vue du qabqāb appelle la phrase et le souvenir de Ghawwār.

Enfin, la célèbre assertion « idhā aradta an taʿrif mādhā fī Īṭālyā fa-ʿalayka an taʿrif mādhā fī l-Barāzīl » (Si tu veux savoir ce qui se passe en Italie, tu dois d’abord savoir ce qui se passe au Brésil), par laquelle Ḥusnī al-Būrazhān introduisait sans cesse un article de presse jamais rédigé, sert toujours à dire à un interlocuteur qu’il cherche au mauvais endroit la réponse à une question qu’il se pose. Parfois modifiée pour être d’un niveau de langue plus soutenu, elle a ainsi été utilisée à plusieurs reprises entre 2011 et 2013 dans des articles de presse traitant de sujets aussi divers que le football ou les forêts amazoniennes.

La trahison des images[8] : ceci n’est pas un remake

Rares sont les sources qui établissent un lien entre les séries dont il vient d’être question et « Ḥammām shāmī ». Certaines le font en voyant comme unique point commun entre elles leur intention comique. Seule la volonté de faire rire les rapprocherait tout en les distinguant d’autres productions traitant de la vie à Damas avec un ton sérieux : « Le nouveau feuilleton, quoiqu’il appartienne aux productions traitant du milieu damascain, telles qu’on les connaît depuis des années, sort du cadre traditionnel de ces travaux dans le sens où il s’agit d’une œuvre comique dont les auteurs promettent, selon leurs propres termes, de ῞restituer au quartier populaire une ambiance de comédie qui en a disparu depuis cinquante ans” ; autrement dit depuis la présentation du feuilleton “Ḥammām al-hanā”, l’un des classiques les plus fameux de la comédie arabe, présenté par le tandem Durayd Laḥḥām et Nihād Qalaʿī au temps du noir et blanc. » (voir l’article en ligne). Comme on peut le remarquer, c’est le commentaire du journaliste et non la déclaration des auteurs qui nomme les séries les plus anciennes.

En mai 2013, la presse relaie un « message affectueux » (risālat maḥabba) adressé par Durayd Laḥḥām à l’équipe de « Ḥammām shāmī ». Dans ce message, Laḥḥām tient des propos élogieux sur la délocalisation du tournage : s’il a lieu hors de Syrie, c’est néanmoins dans un pays arabe. En effet, « quand un Arabe marche dans les pays de l’arabité, c’est comme s’il marchait à Damas ». Il affirme que cette démarche procède du panarabisme et force le respect, souhaitant la voir renouvelée pour d’autres productions. Quand il évoque sa propre expérience, il mentionne les négociations qui accompagnaient la commercialisation dans les autres pays arabes des séries tournées en Syrie mais ne dit rien au sujet du tournage de « Ṣaḥḥ en-nōm » au Liban pour la première saison et à Amman pour la seconde (voir en ligne). Ce discours répond sans les citer à des critiques (parfois virulentes) faites par d’autres artistes, intellectuels ou organes de presse au choix de tourner « Ḥammām šāmī » dans les Émirats, les auteurs de ces critiques ayant pour leur part mal perçu cette délocalisation et les dépenses y afférant, surtout dans la situation difficile vécue par la Syrie.

La presse relaie généralement le communiqué de Laḥḥām sans s’interroger explicitement sur le sens d’une telle démarche. Il est toutefois possible de dire qu’elle répond au moins à deux objectifs : l’un concerne Laḥḥām lui-même, critiqué pour certaines de ses prises de position politiques et déclarations dans le cadre du conflit syrien (voir par exemple l’article sans concession que lui consacre Ṭarīf Āghā). L’autre est une sorte de satisfecit d’arabité qu’apporte l’illustre artiste à l’équipe du nouveau feuilleton. Par contre, pas plus qu’il n’évoque ses propres tournages hors de Syrie, Laḥḥām ne dit mot sur le thème de « Ḥammām shāmī »  ni sur ses liens avec les feuilletons précédents. Signalons pour finir que certains organes de presse laissent entendre que Durayd Laḥḥām s’est rendu aux Émirats et qu’il a visité sur place les décors de la nouvelle série (voir en ligne).

La démarche de Laḥḥām, relayée par les médias, demeure partiellement incompréhensible tant pour ce qui est de l’initiative elle-même que pour ses silences. La discrétion, voire le mutisme de Laḥḥām au sujet de la nouvelle série et de ses liens éventuels avec les précédentes se retrouve pourtant chez le scénariste de « Ḥammām shāmī ». Quand il évoque spontanément son travail, il ne le relie jamais à celui de ses prédécesseurs. Quand une journaliste (la seule dans les sources que j’ai pu consulter) l’interroge à ce sujet, il lui répond que le seul lien entre les séries est le lieu où se déroule l’action, autrement dit le hammam. Les personnages communs aux feuilletons ne tiennent à ses yeux qu’au fait qu’il s’agit de stéréotypes ; quant aux thèmes analogues, ils sont universels. Elle lui demande : « Certains ont trouvé une ressemblance entre ce feuilleton et l’atmosphère des artistes Durayd Laḥḥām et Nihād Qalaʿī dans “Ḥammām al-hanā” et “Ṣaḥḥ en-nōm”. À quel point êtes-vous d’accord avec cette considération ? ». Il persiste : « Non, non, je ne vois pas de ressemblance, sinon en ce qui concerne le lieu » (voir en ligne).

Ce déni est très frappant. En effet, les profils des personnages livrés par le teaser (le fier à bras, le commissaire de police, le patron du bain etc…), leur apparence physique, les noms que portent plusieurs d’entre eux (Abū Fihmī, Ḥusnī, Abū Ṣakhr) ou encore l’entrée en lice d’un personnage, annoncée par le bruit de ses socques, sans parler des grandes lignes du scénario, ne peuvent manquer d’évoquer les deux feuilletons cinquantenaires rapidement présentés plus haut. Les thématiques ont beau être universelles, leur déclinaison présente de telles analogies qu’il est difficile, même sur un petit échantillon, de considérer cela comme une simple illustration  des mêmes stéréotypes. D’ailleurs, les personnages-type dans un quartier sont très nombreux et c’est une petite poignée, la même, qui a été retenue. Quant aux noms propres, certains sont très répandus, d’autres beaucoup plus originaux et il est difficile de considérer que leur récurrence est seulement fortuite. De là, une question se pose. Pourquoi le scénariste n’a-t-il pas évoqué par exemple un clin d’œil à ses prédécesseurs dans le choix des noms propres, ou une allusion à leur synopsis dans le choix des personnages ? Cela est d’autant plus étonnant que les remakes de longs métrages ou de séries télévisées sont dans l’air du temps. Si certains préfèrent la version la plus ancienne, d’autres ne jurent que par la nouvelle et le public, dans sa diversité y trouve son compte. De plus, le monde arabe est beaucoup moins rigide, tant en termes de réception qu’en termes de législation, sur ces questions.

On pourrait dire, à raison, qu’aucun jugement définitif ne peut être émis avant la diffusion de l’intégralité de « Ḥammām shāmī ». On pourrait ajouter que, de manière générale, création, imitation, plagiat, hommage etc. sont des questions difficiles à évaluer. Je répondrais que les éléments dont on dispose déjà pointent un nombre élevé de correspondances qui ne sauraient être fortuites (entre les titres, les noms des personnages, les thèmes, les catégories professionnelles, le bruit des socques, le grand-père, l’argent caché, les actions mues par le sentiment amoureux, le héros qui sort de prison ou entre en prison…). Tout cela ne peut que soulever la question de la similitude. Il est vraiment difficile d’admettre en toute naïve innocence qu’il ne s’agirait là que d’autant de coïncidences.

Quiconque a précédemment regardé « Ḥammām al-hanā » ou « Ṣaḥḥ en-nōm » pourra difficilement ne pas voir les termes, les récits et les images de sa mémoire se superposer, voire se substituer à ce qu’on lui propose comme nouveauté originale, pour le moment des photos, un teaser et de nombreuses interviews. Ce n’est pas seulement parce qu’il aurait la fibre nostalgique ou l’esprit mal tourné. Quelques photos présentées ci-dessous, avant de conclure, achèveront d’éclairer, mieux qu’un long discours, ce qui a déjà été dit sur les concordances entre les séries, cela malgré la mauvaise qualité de celles empruntées à « Ḥammām al-hanā » ou à « Ṣaḥḥ en-nōm » :

Concordances entre la série  « Ḥammām šāmī » (à gauche) et les séries « Ḥammām al-hanā »/ « Ṣaḥḥ en-nōm »  (source : Youtube)

Concordances entre la série « Ḥammām šāmī » (à gauche) et les séries « Ḥammām al-hanā »/ « Ṣaḥḥ en-nōm » (à droite). Source : Youtube

Alors, remake or not remake? Seule la diffusion de la série permettra de répondre de manière définitive. En attendant, malgré les dénégations ou le silence sur ce point, que l’on m’autorise, jusqu’à preuve du contraire, à croire qu’il s’agit bien d’une nouvelle œuvre de fiction très marquée par d’autres qui l’ont précédée. Dans la prose abbasside, la notion de plagiat n’existe pas et l’imitation est affirmée comme un hommage. À l’imitateur de faire ses preuves s’il parvient à surpasser l’imité[9]. Dans l’intervalle, en ce qui me concerne, ma première impression demeure pour le moment inchangée. Quoique je ne comprenne pas le silence sur les analogies entre ces séries, qui auraient pu constituer comme telles un argument publicitaire, je m’autoriserai pour finir à dire qu’au vu des informations dont je dispose aujourd’hui, je reste persuadée que « Ḥammām shāmī » est un remake mixant « Ḥammām al-hanā » et « Ṣaḥḥ en-nōm ». Je veux bien prendre le risque d’endosser dans un sourire la phrase de Badrī Abū Kalabshā « anfī lā yukhṭi’ ». À « Ḥammām shāmī », lors de sa diffusion complète, de me prouver qu’à l’instar du flair de ce commissaire de pacotille, le mien aurait pitoyablement failli…

 


[1]L’expression s’emploie également figurément pour ponctuer toute prise de conscience d’un interlocuteur qui découvre et comprend tout à coup une évidence. Elle servait à mettre en exergue dans le feuilleton la part de critique sociale. Les titres et noms propres ont été translittérés dans leur prononciation dialectale quand celle-ci domine.
[2]On aura ici une pensée pour le film tunisien de 1990, « Halfaouine, l’enfant des terrasses », entièrement centré sur le ḥammām des femmes dans le regard d’un préadolescent. Il obtint une dizaine de prix, au nombre desquels des récompenses venues de pays arabes. Il s’agissait du Tanit d’or, prix de la meilleure interprétation, prix de la meilleure mise en scène et prix Unesco aux Journées cinématographiques de Carthage, et du prix du Meilleur film arabe de l’année au Festival du Caire. Le filmage du hammam en tant qu’espace féminin, sans faire l’unanimité, n’avait donc pas eu tout à fait les mêmes conséquences.
[3] On peut signaler que dès les débuts des feuilletons produits dans le monde arabe, la diffusion est tributaire de certaines contraintes et d’une autocensure insidieuse. Au début d’une brève interview émaillée d’extraits d’anciens épisodes des feuilletons auxquels il a participé, l’acteur libanais Ṣalāḥ Tīzānī (qui jouait le rôle d’Abū Salīm, évoqué plus loin) précise qu’il y avait une liste de près de 250 interdits à respecter si on voulait produire un feuilleton qui puisse être proposé à certains pays, notamment l’Arabie Saoudite (voir en ligne). Il lève ainsi le voile sur un non-dit déterminant. On regrettera qu’il reste flou dans les exemples qu’il donne ou que ses propos aient pu être coupés au montage.
[4] Sur les débuts de la télévision libanaise, quelques pages choisies de l’histoire à la première personne qu’en livre Jean-Claude Boulos, l’un de ses piliers et principaux concepteurs, sont disponibles en ligne.
[5] Faṭṭūm est un diminutif très répandu de Fāṭima ; ḥīṣ bīṣ est une expression séculaire, littérale et dialectale, qui s’emploie pour « être dans le pétrin », « tomber dans le malheur ».
[6] Il s’agit d’une séquence intéressante car, sous-tendue par une querelle de propriété intellectuelle et culturelle, elle compare la version chantée par la soprano soviéto-azérie Zeynab Hanlarova- et celle chantée par Andy (Andranik Madadian) sans doute la plus connue.
[7] Je n’ai pas réussi à déterminer avec certitude la date de cette parodie mais septembre 2012 paraît plausible.
[8] Rappelons qu’il s’agit du titre initial du célèbre tableau de Magritte plus connu comme : « Ceci n’est pas une pipe ».
[9] Qu’on se souvienne de Ḥarīrī, jouant les modestes dans le préambule de ses belles Maqāmāt, en saluant son illustre prédécesseur Hamadhānī. Depuis des siècles, quand on le compare à sa défaveur avec le fondateur du genre, on rappelle qu’il avait lui-même dit, mettant en parallèle leurs œuvres, que « [lui-même] le canasson boiteux ne saurait dépasser [son prédécesseur] le fier destrier ». Aurait-il évité cette récurrente humiliation posthume, s’il n’en avait rien dit ?

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts


1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search