Les thermes de Placcus à Jérash/Gerasa (Jordanie)

Auteur : Thomas LEPAON (Doctorant rattaché au Laboratoire Archéologie et Territoires, Université François Rabelais de Tours ) – thomas.lepaon@hotmail.fr

panoramajerash

Compte-rendu des travaux effectués en 2007 dans le cadre du projet Balnéorient

Les thermes de Placcus, implantés au cœur de l’ancienne cité antique de Gerasa de la Décapole, actuelle Jerash, sont parfois décrits comme un « ensemble de salles de dimensions assez modestes, irrégulièrement arrangées (1) ». Le complexe thermal, enfoui, demeura inconnu jusqu’en 1931, date à laquelle il fut dégagé par les membres de la mission anglo-américaine dirigée par C.H. Kraeling (2). C’est de cette époque que datait le seul plan connu de l’édifice, dressé par Clarence Fisher, responsable de la fouille. C’est à lui également que l’on doit les premières hypothèses concernant le fonctionnement et l’utilisation de ce balnéaire (3) dont la datation est assurée par une inscription monumentale, gravée sur l’architrave du portique est de « l’atrium » : elle indique que ces thermes furent construits, « depuis les fondations », par l’évêque Placcus en 454-455 ap. J.-C. (4). Une seconde inscription, sur mosaïque, évoque la restauration des bains en 584 de notre ère (5).

Malgré son intérêt, l’étude de C.S. Fisher présente de nombreuses incohérences, qui nuisent à la bonne compréhension de cet établissement thermal, en particulier sur ses différentes phases d’utilisation et son fonctionnement.

Une reprise générale de l’étude de ce monument est prévue dans le cadre des recherches menées au sein du collectif Balnéorient sur le bain collectif dans l’antiquité. La campagne de 2007 devait se limiter à un simple nettoyage de surface de l’ensemble des vestiges afin de permettre leur relevé exhaustif en plan indispensable à toute étude plus détaillée de cet établissement (ci-dessous un plan simplifié, T. Lepaon 2007).

planplaccus

Cependant, des raisons techniques nous ont contraints à revoir les objectifs de la mission. Nous avons ainsi réalisé, dès cette campagne 2007, grâce au concours des autorités jordaniennes, un nettoyage approfondi de certaines parties des thermes qui était initialement prévu pour la campagne de 2008. Menée en juillet 2007 avec l’aide de 4 à 5 ouvriers locaux et, plus ponctuellement, de 3 bénévoles, cette campagne archéologique de trois semaines s’est limitée à la redécouverte des vestiges mis au jour par les fouilleurs anglo-américains. Le choix des zones de travail a été guidé par deux interrogations principales :

  • D’une part, au regard du plan publié en 1938, les aménagements liés à l’alimentation et l’évacuation de l’eau de cet établissement thermal présentent de nombreuses incohérences, voire des manques, qui ne permettent pas de comprendre l’organisation et le fonctionnement des circuits de l’eau mis en place dans l’antiquité. Ainsi, afin de mieux cerner cette question complexe, les recherches de 2007 ont été centrées sur le bassin B 43/47 et les canalisations de la partie est du secteur B 39.
  • D’autre part, la chronologie des installations et leur fonctionnement, tels que le propose le fouilleur, aboutissent à de nombreuses contradictions (6). C’est pourquoi, afin de préciser le parcours emprunté par les baigneurs, les espaces B 40, B 36 et B 41 constituant une partie du circuit balnéaire ont été nettoyés.

Localisé à l’angle nord-ouest de l’établissement et dégagé entièrement en 1931, le bassin B 43/47 avait, depuis, subi peu de dégradations. Long de 10,90 m, large de 3,78 m et d’une profondeur d’1,38 m au minimum, ce bassin, aux parois internes rendues étanches par un enduit hydraulique lissé, pouvait contenir au moins 50 m3 d’eau. Interprété comme la piscine froide de ce balnéaire malgré sa profondeur ainsi que l’absence de tout aménagement permettant aux baigneurs d’y accéder et d’en sortir, ce bassin doit plutôt correspondre à la citerne de cet établissement thermal.

La fouille en 1931 du secteur B 39 avait permis de mettre au jour les vestiges d’aménagements hydrauliques correspondant à l’évacuation de l’eau du complexe balnéaire. La campagne de nettoyage de 2007 visait à retrouver une partie de ces vestiges. Si les premiers éléments de conduite d’eau ont été rapidement découverts, les vestiges à l’est étaient enfouis sous près d’1,30 m de terre. L’épaisseur considérable des sédiments et l’hétérogénéité du matériel découvert au sein d’une seule unité stratigraphique nous incitent à penser que cet espace fut utilisé en 1931 pour déposer des déblais de la fouille. La découverte d’une forte concentration de fragments de verre archéologiquement en place (lèvres, panses et pieds de petites bouteilles, fragments de lampes, etc.) viendrait confirmer que cette « cour/palestre » ne serait en fait qu’une zone de service destinée à accueillir des aménagements hydrauliques (citerne et conduits de répartition de l’eau), servant accessoirement de « dépotoir ». Par ailleurs, et bien que l’étude détaillée des fragments de verre découverts ne soit pas encore réalisée, la qualité, la finesse et la quantité de ces éléments posent la question de l’origine et de la fonction de ces récipients dans les thermes.

Directement accessible depuis « l’atrium » A 52, la petite salle B 40 fut également entièrement dégagée par les fouilleurs des années 30. Cet espace est caractérisé par la présence d’un sol dallé, de banquettes sur ses quatre côtés et d’un petit bassin dans l’angle nord-est. Depuis la fouille de 1931, cet espace est considéré comme ayant été construit en une seule fois. La mise en évidence d’au moins deux états de construction constitue une importante découverte pour la compréhension de l’histoire de cette partie du monument. D’autre part, l’absence d’élément de chauffage relevé durant cette campagne de nettoyage interdit d’interpréter cette salle comme un tepidarium. Équipée de banquettes et profitant de l’atmosphère chauffée de l’espace B 36, la salle B 40, par sa place dans le circuit balnéaire semble avoir été utilisée comme salle intermédiaire entre le secteur froid (« l’atrium ») et chaud (salles B 36 et 41) des thermes.

Immédiatement au sud de la salle B 40 et entièrement dégagé en 1931, l’espace B 36 a été remis au jour. Comme l’évoquait C. Fisher dès 1931, le sol de l’hypocauste de cet espace était composé de « brick tiles » (7) . Toutefois, la campagne de nettoyage de 2007 a révélé la présence de deux niveaux superposés d’éléments de terres cuites (Fig. 2). Le niveau inférieur est formé de tuiles récupérées (tegulae) dont certaines présentent encore des graphiti plus ou moins compréhensibles. Placé sur un lit de mortier installé directement au dessus du niveau inférieur, un second aménagement de terre cuite constitue la base de l’hypocauste. Au sud, l’ouverture perçant le mur sur toute son épaisseur correspond à la bouche d’un foyer, seul vestige d’un praefurnium utilisé lors de l’état primitif détruit lors de l’aménagement de l’église Saint Théodore en 495 ap. J.-C. Recevant indirectement l’air chaud produit par le praefurnium B 42, cette salle peut être considérée comme untepidarium. Toutefois, il est fort probable que cet espace ait également joué le rôle de destrictariumau sein duquel se déroulaient les activités de nettoyage corporel indispensables lors de la pratique du bain.

lepaon2007fig2

À l’ouest, la salle B 41 a également été entièrement fouillée en 1931. Moins bien conservé que celui de la salle précédente, le sol de l’hypocauste présente, comme le précédent, deux niveaux de briques en terre cuite mais totalement dépourvues de graphiti. Les vestiges de deux bassins individuels situés dans les alcôves sud et nord ont également été dégagés. Si le bassin méridional était connu depuis 1931, le bassin septentrional est, en revanche, totalement inédit. Placée immédiatement à proximité du praefurnium B 42, construite sur hypocauste et dotée de deux bassins, la salle B 40 ne peut être que le caldarium de cet ensemble thermal.

Parallèlement à cette étude et en raison de l’importance des éléments architecturaux, provenant du naos de la terrasse inférieure du sanctuaire de Zeus, utilisés en remploi au sein de ce complexe balnéaire, un premier travail portant sur les restitutions des différents portiques du monument a été réalisé par Jacques Seigne à partir de la documentation accumulée depuis 1983. Cette étude a permis de reconstituer dans ses grandes lignes, parfois très précisément, une partie de la décoration des thermes et de rassembler des éléments épigraphiques considérés depuis 1938 comme indépendants8.

Les observations réalisées en 2007 ont permis d’affiner notre connaissance de l’histoire du monument ainsi que celle relative à son utilisation et à son fonctionnement. Ces nouvelles découvertes permettent également de replacer l’ensemble du complexe balnéaire dans l’histoire du site par les nombreux remplois dont il est constitué. La poursuite de l’étude permettra de mieux comprendre cet établissement thermal construit à une période charnière de l’évolution des bains entre « thermes romains » et hammam, qui plus est sous la direction d’un évêque.

Notes :

  1. LASSUS 1947 : J. LASSUS, Sanctuaires chrétiens de Syrie, essai sur la genèse, la forme et l’usage lithurgique des édifices du culte chrétien, en Syrie, du IIIe siècle à la conquête musulmane, BAH 42 Paris p.236.
  2. KRAELING 1938 : C.H. KRAELING éd., Gerasa, City of the Decapolis, New Haven, 1938.
  3. FISCHER 1938, p.265-269 et plan XLIV in KRAELING 1938.
  4. WELLES 1938, inscr. numéro 296 in KRAELING 1938, p.355-494.
  5. WELLES 1938, inscr. numéro 297 in KRAELING 1938, p.355-494.
  6. LEPAON 2008 : T.LEPAON, “Les édifices balnéaires de Gerasa de la Décapole : Premières observations “, Syria 85 (2008), p.51-70.
  7. FISCHER 1931, p.137 : C. FISCHER, “The campaign at Jerash in September and October 1931”, AASOR 11, 1931, p.131-149.
  8. WELLES 1938, inscr. numéro 112, 113, 289, 290 et 338 in KRAELING, (éd), 1938, p.355-494.


Citer ce billet
balneorient (2009, 10 mars). Les thermes de Placcus à Jérash/Gerasa (Jordanie). Balaneia, thermes et hammams - 25 siècles de bain collectif en Orient. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lvkt

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search