Photographier le hammam…

L’ouvrage de Richard Boggs, Hammaming in the Sham. A Journey through the Turkish Baths of Damascus, Aleppo and Beyond (Garnet publishing, 2010), paru récemment, offre un précieux témoignage sur l’actualité des pratiques thermales au Proche Orient. Nous vous proposons d’en lire ci-dessous le compte-rendu par Jean-Claude DAVID (Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Gremmo, Lyon), et vous invitons à (re)découvrir par ailleurs les clichés d’un autre photographe, Pascal Meunier, dont les travaux, déjà évoqués sur ce carnet lors de l’exposition Les derniers bains du Caire (voir le billet), sont en partie disponibles en ligne (Hammams, de la magie à l’oubli).

Hammaming in the Sham… Compte-rendu

J.-Cl. David, Compte-rendu de l’ouvrage Hammaming in the Sham. A Journey through the Turkish Baths of Damascus, Aleppo and Beyond, R. Boggs (Garnet publishing, 2010)

(voir une présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur, avec possibilité de télécharger le premier chapitre)

Cet ouvrage n’est pas une étude d’histoire de l’architecture ou un exposé des pratiques traditionnelles dans les hammams en Syrie, ni un plaidoyer en faveur d’un patrimoine en voie de disparition. Il se présente comme un voyage citadin à la découverte des hammams, d’un hammam à l’autre, ce que dit bien le sous-titre. Le voyageur écrivain se met en scène dans son périple et dans sa pratique du bain, comme un explorateur guidé par des interlocuteurs de rencontre, à la façon des voyageurs orientalistes. Un certain parfum d’aventure accompagne cette découverte du hammam, dans un style familier, illustré d’anecdotes et de photos. Le texte léger dans sa forme est pimenté d’une pointe d’humour. Pourtant la préoccupation de transmettre un savoir est réelle : ce voyageur qui regarde et écoute, communique au lecteur sous le mode du bavardage une connaissance acquise au cours de ses explorations et de ses lectures.

Cette présentation de son exploration du hammam par le dialogue, implique la retranscription de ce que disent les différents interlocuteurs et donc des expressions de la culture populaire, de traditions ou de mythes.

On remarque parfois un manque de rigueur qui ne doit pas être  inhérent au genre littéraire choisi, et n’a rien à voir avec le savoir populaire local mais doit être simplement le fait d’erreurs et de négligences : la valeur de l’ouvrage, par ailleurs bien documenté, peut en être affaiblie. Ainsi, on peut relever des transcriptions et des translittérations fautives de mots ou d’expressions arabes. Quelques affirmations simplistes tiennent du cliché et d’une ignorance de ce qu’est l’Europe au VIIe siècle au moment de la conquête arabe et musulmane de la Syrie : « The arab conquest re-orientated Byzantine Damascus away from Europe towards the East… » ! A propos de l’héritage ou du patrimoine culturel : (p. 15) « there is a general indifference to the concept of cultural heritage… », affirmation non argumentée qui devrait être un peu nuancée, entre le concept d’héritage culturel qui peut être ignoré et la pratique ou la conscience « populaire » d’une présence du passé qui existe clairement dans la Syrie actuelle. De plus, il ne semble pas que le remarquable bâtiment cruciforme de la citadelle de Ammam, que l’auteur considère comme l’ancienne cathédrale byzantine, soit antérieur à l’époque omayyade et soit autre chose qu’un élément du palais, très significatif de la première architecture islamique. De la même manière (p. 121), si l’on excepte le petit bassin d’immersion du hammam Naïm (autrefois Faqqas) qui remonte au début du mandat français, les piscines qui existent actuellement dans plusieurs hammams d’Alep sont récentes, installées depuis quelques années dans le cadre d’un mouvement de modernisation. Ces nouvelles piscines sont effectivement des annexes des hammams et elles semblent faire partie des particularités modernes des hammams d’Alep.

Présentation de l’ouvrage

Après des remerciements, le glossaire et la courte introduction, le texte est divisé en quatre parties :

  1. Hammaming in Bilad al-Sham p. 3 à 61,
  2. Cathedrals of the Flesh p. 63 à 114,
  3. Aleppo and Beyond p. 115 à 154,
  4. Revival p. 155 à 171,

suivies par un épilogue p. 173 à 175, et un index p. 177 à 180.

Les titres des quatre chapitres sont empruntés à différents domaines : deux espaces géographiques, « Bilad al-Sham et « Aleppo and Beyond » encadrent un long développement au titre un peu provocant « Cathedrals of the Flesh », cathédrales de la chair. La quatrième partie, « Revival », envisage l’avenir des hammams.

Dans le glossaire, les significations des mots courants du bain et de la vie traditionnelle sont celles qui apparaissent dans le texte. Les définitions simples s’adressent au lecteur non spécialiste et ne prétendent pas être un commentaire scientifique exhaustif.

Le premier chapitre, Hammaming in Bilad al-Sham, tourne plutôt autour de questions historiques et générales ; il évoque la ville et la société citadine, sous divers aspects : c’est le contexte dans lequel s’insère le hammam. On y parle des origines du hammam, de son rapport avec la religion musulmane, et plus précisément du lien étroit qui existe entre le hammam et la mosquée. L’homosexualité dans le hammam est ici évoquée, avec, plus largement, la sexualité au hammam. Parmi la petite trentaine de titres donnés aux subdivisions du chapitre, certains se référent par exemple à un récit ou une anecdote, alors que d’autres annoncent de façon explicite le sujet qu’ils abordent. Mais l’indication d’un contenu précis est parfois trompeuse : le sujet principal apparaît comme entremêlé à bien d’autres et finit par disparaître, comme dans le cours d’une conversation, pour reparaître plus loin. Le début du chapitre est caractéristique de ce fonctionnement que l’auteur pratique tout au long de l’ouvrage. Il commence par une courte leçon d’histoire, aux origines (mythiques) de Damas, évocation du meurtre d’Abel par Cain, à l’occasion de la visite du sanctuaire où se trouve le tombeau d’Abel au flanc du mont Qassioun qui domine la ville ; Puis on passe du panorama et des rues vues d’en haut aux mosquées et aux hammams avec une autre petite leçon d’histoire à propos du hammam al-Malek al-Zaher et des origines irlandaises des rouquins, de l’origine caucasienne de l’employé du bain et enfin des origines romaines du « bain turc » qui n’est pas turc mais syrien… Ces investigations, toujours sur le mode d’une vision populaire plutôt que scientifique, sont généralement argumentées et offrent souvent des informations intéressantes. Une progression conduit insensiblement au cours des pages suivantes à une réflexion plus développée sur l’origine du hammam et sur sa parenté avec les bains romains. L’origine du hammam sera encore  le sujet de la conversation, cette fois à Alep : « The hammams, you see, the hammams are not an Arab tradition. They are from the Turks. In our own Islamic tradition washing is a private act, done in the home » (p. 33), affirmation d’un client qui reste sans commentaire jusqu’à la page suivant où la question est ouverte à nouveau dans un court dialogue auquel l’auteur ajoute son commentaire : le patron du hammam Nahhasin à Alep affirme, « the turks learned it from us », et argumente de façon convaincante en faisant appel à l’histoire et à l’étymologie de certains mots du bain. Une autre hypothèse est alors rapportée, présentée au cours d’une ancienne conversation de l’auteur avec un turc d’Istanbul : une origine pourrait être la pratique du bain de vapeur chez les turcs nomades sous la tente.

De nombreux passages évoquent des atmosphères populaires. Mais l’objet principal, le hammam, reste au centre et  n’est pas oublié. La liste des sujets abordés incidemment, juste esquissés ou développés plus largement serait très longue, comme dans une conversation à bâtons rompus dont l’auteur garde le contrôle ! Il termine sa première partie par un constat plus que pessimiste sur les bains du Caire.

Le second chapitre, Cathedrals of the Flesh, est centré sur la pratique du bain, mais les « sous-thèmes » abordés, plus ou moins développés au cours de conversations et de visites, sont encore très nombreux, toujours présentés, non pas suivant un classement logique, scientifique, mais au rythme de la découverte : les gestes du bain, le bain et la maison, le mariage, les soins des cheveux, le revêtement des murs des hammams avec des céramiques de salles de bain, le patron, les clients, les objets du bain, l’après-hammam, le prix et les conditions, les superstitions qui entourent le hammam avec les histoires de fantômes et de Djinns, le bain et les Mille et une nuits, les cultes des saints dans le hammam, etc. L’auteur termine par des explications et des commentaires sur le souhait na‘iman, exprimé au client quittant le hammam après le bain par les employés et le patron.

Le troisième chapitre, Aleppo and Beyond parle d’Alep et d’autres villes, toujours sous le même mode de la promenade exploratrice et de la conversation. Ainsi, l’auteur met en scène l’information, comme une découverte progressive au cours de conversations avec plusieurs interlocuteurs clients du bain ou autres rencontres. Cette partie est plus riche en évocations pittoresques et poétiques, impressions de soir et de nuit à Alep, poésie sur les fleurs et la Syrie et sur Yahia, un compagnon de bain, discussion sur la poésie et la culture, sur le poète alépin du Xe siècle, Abou Firas Al-Hamadani, évocation d’atmosphères dans les souks d’Alep le dernier jour de Ramadan et dans le hammam al-Atiqa pour la fête de la fin du Ramadan. Les évocations et les belles photos sont souvent animées par la présence des gens, notamment dans le grand hammam du souk des chaudronniers de cuivre (Nahhasin), l’un des plus grands et des plus beaux de la ville et le mieux entretenu. L’auteur rapproche et compare l’architecture du hammam et celle de la mosquée (p. 152) et évoque la spiritualité de l’architecture du hammam.

Le quatrième chapitre, Revival parle des restaurations de hammams : l’auteur constate que la démarche de restauration concerne le pays tout entier, les villes en général et pas seulement les bains et pas seulement Damas, mais aussi Alep,  Hama… La résurrection du hammam Ammouné à Damas (p. 156)  entraîne celle du quartier environnant (p. 159)… Le hammam de Malek al-Zaher à Damas a récemment célébré l’anniversaire de son premier millénaire d’existence (p. 160) ce qui ne l’empêche pas de rester actuel :  « it is in this hammam that a new generation of businessmen will entertain their corporate clients ». La restauration de plusieurs hammams à Damas, dans les règles, est remarquée : le h. Fathi par un irakien qui a restauré aussi le hammam Tawrizi avec une piscine, et à Alep le hammam Salihiye, restauré par Ibrahim, le patron du hammam Nahhasin et qui envisage aussi de s’occuper du h. al-Atiqa dans le quartier de Kallassé…

Le restauration et certains aspects de la modernisation du patrimoine engendrent aussi les regrets du passé et des inquiétudes rapportés par l’auteur avec une certaine ironie.

Les photographies, le photographe

Sans être strictement pédagogiques ou rechercher l’effet esthétique, les photos sont riches et belles, ne refusant pas les effets de lumière et de vapeur inévitables dans les hammams. L’architecture existe comme un contexte nécessaire, présent de toute façon, sans contemplation esthétique appuyée : la présence humaine est essentielle. Certaines photos sont des portraits posés en situation et beaucoup expriment un dialogue qui est un prolongement spécifique du dialogue parlé : les regards, rires et sourires, expriment la sympathie, l’échange, l’estime réciproque.

L’auteur se veut photographe jusque dans son écriture qui a quelque chose d’une prise de vue vidéo ou d’un cadrage photographique enregistrant indifféremment tout ce qui se trouve dans le champs : il rapporte l’essentiel, aussi bien que le secondaire et l’anecdotique. Il veut se montrer sincère, transmettre son expérience personnelle, ses rencontres, ses dialogues avec les gens comme une peinture du réel. C’est un livre sur les hammams de Syrie et sur les hommes dans le hammam : les hommes au sens de l’humanité masculine. Il s’agit aussi de montrer l’aspect social et ludique, humain, du bain, avec justement son bavardage, ses échanges : l’observateur étranger qu’il est se montre toujours en situation d’étranger, sincérité remarquable et statut assumé.

Jean-Claude DAVID – Maison de l’Orient et de la Méditerranée – GREMMO / Balnéorient

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts


1 réponse

  1. 9 février 2011

    […] This post was mentioned on Twitter by Hypothèses billets, Wilfrid Niobet. Wilfrid Niobet said: Photographier le hammam…: Posté dans : "hyporadar" via Marie-Anne in Google ReaderLa récente parution de l’ouvra… http://bit.ly/fSKhbM […]