Archéologie – réexamen des grands thermes de Tyr

Cadre de l’opération : Mission archéologique de Tyr (Liban), dir. P-.L. Gatier (cnrs, HiSoMA, Maison de l’Orient et de la méditerranée), avec le soutien du Ministère français des Affaires Étrangères et Européennes, du CNRS, de l’Ifpo et de la Direction Générale des Antiquités du Liban.

Compte-rendu des derniers travaux (oct. 2010)

Le site de Tyr a été fouillé entre 1946 et 1975 par la Direction Générale des Antiquités du Liban (DGAL), sous l’autorité de l’Émir Maurice Chéhab. Deux zones s’individualisent particulièrement ; celle de la nécropole et celle de la ville.

C’est dans cette dernière que l’équipe franco-libanaise a proposé de nouvelles hypothèses pour ce qui concerne, notamment, les bains antiques de Tyr. Ces bains sont maintenant considérés comme un élément d’un complexe thermal plus vaste, constitué d’une grande salle basilicale, d’un bâtiment thermal (fig. 1), de deux palestres symétriques (fig. 2), de latrines et d’un ensemble de citernes disposées autour d’un bâtiment rectangulaire à gradins, construit sur un édifice plus ancien.

Fig. 1 : Le bloc thermal vu du Sud-Ouest, à partir des salles chaudes (© Mission Archéologique de Tyr)

Les vestiges les plus visibles de cet ensemble correspondent à la période protobyzantine (IVe – VIIe siècles) durant laquelle ce complexe thermal aurait connu deux grandes phases d’occupation. La partie liée aux activités proprement balnéaires comprend dans sa phase d’extension maximale, la grande basilique thermale, le bâtiment des bains et les deux palestres. Disposés symétriquement par rapport à un même axe, ces monuments semblent appartenir à un seul programme architectural.

L’étude architecturale du bloc thermal, dont nous proposons une hypothèse de restitution et d’interprétation schématique en plan et en élévation, est la plus avancée, en raison des comparaisons que nous pouvons établir avec d’autres monuments du même type qui s’inscrivent dans la typologie des thermes impériaux (résultats à paraître en 2011 dans la revue BAAL, puis dans les actes du dernier colloque Balnéorient). En revanche, la disposition d’une centaine de citernes qui forment un ensemble homogène de grande envergure, est singulière et l’approvisionnement en eau des thermes constitue un des sujets de recherche à mener sur le site, lors des missions à venir.

Gérard Charpentier – Catherine Duvette (Mission archéologique de Tyr)

Fig. 2 : Vue de la colonnade restaurée dans la palestre sud-ouest (© Mission Archéologique de Tyr)

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.