Les bains d’El Bâra (Syrie) : des thermes aux hammams…

Les bains d’El Bâra font partie d’un corpus de huit petits bains de villages au caractère régional fortement marqué, homogènes tant du point de vue morphologique et géographique que du point de vue historique et culturel. Datés de l’époque protobyzantine (Ve et VIe siècles), ils ont longtemps été considérés comme des bains de transition entre les bains romains et les premiers bains islamiques. Depuis, de nouveaux travaux ont été engagés afin d’établir une éventuelle filiation entre le fonctionnement des thermes, caractérisés par la construction d’hypocaustes, et le fonctionnement des premiers hammams assimilés aux bains de vapeur.

Les dernières campagnes de fouille des bains d’El Bâra, grosse agglomération villageoise située dans la partie centrale du chainon méridional du massif calcaire, permettent aujourd’hui de rendre compte plus concrètement de cette évolution. Les découvertes archéologiques montrent, en effet, deux grandes phases d’occupation de ces bains.

Fig. 1 : La transformation du système de chauffe dans les thermes d’ El Bâra (© Mission Archéologique Syro-Française de la Syrie du Nord)

La première, de l’époque protobyzantine, utilise les techniques héritées de l’Antiquité classique, avec toutefois des aménagements liés à une nouvelle pratique du bain individuel. La seconde, datée du début de l’Islam, correspond à la mise en place d’un système mixte de chauffe qui associe la chaleur sèche par hypocauste à la chaleur plus humide des étuves.

Dans le cas des bains d’El Bâra, ces installations  témoignent d’une évolution continue des thermes au hammam, sans hiatus chronologique. Ce système mixte de chauffe semble se diffuser largement dans les petits bains de Syrie, en raison des nouvelles découvertes réalisées dans ce domaine. Ces modifications techniques pourraient s’inscrire dans un même schéma évolutif fondé sur une relation de cause à effet, entre le développement d’une pratique du bain individuel et l’évolution progressive du bain de vapeur.

G. Charpentier

Cadre de l’étude : Mission Archéologique Syro-Française de la Syrie du Nord, dirigée par Maamoun Abdulkarim et Gérard Charpentier. Les fouilles des bains d’El Bâra sont menées sous la responsabilité de Mourad Al Amouri (archéologue) et Gérard Charpentier (architecte)

Cadre institutionnel : Direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie ; Université de Damas ; Ministère français des Affaires Étrangères et Européennes ; CNRS ; avec l’appui du programme Balnéorient.

Fig. 2 : Les aménagements hydrauliques de la grande salle froide des bains (© Mission Archéologique Syro-Française de la Syrie du Nord)

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts


1 réponse

  1. maya dit :

    svp j ai besoin de plan initiales de bain plus le plan de restitution du bain avec le plan de situation et le décor utilisé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.