Les bains de Tell el-Fara’in/Bouto (Égypte)

Une mission française, financée par le Ministère des affaires étrangères et européennes et dirigée par P. Ballet (Université de Poitiers), est présente sur le site de Tell el-Fara’in/Bouto depuis 2001 dans le cadre d’une collaboration scientifique avec l’Institut archéologique allemand du Caire (voir le rapport de la campagne 2009)

Au printemps 2010, la mission a permis à G. Lecuyot (UMR 8546 CNRS-ENS) et B. Redon (IFAO) de poursuivre leurs recherches dans le secteur P 10 appelé « kôm des Anglais », depuis les fouilles de l’Egypt Exploration Society dans les années soixante. Dans ce secteur, sont encore visibles les vestiges plus ou moins bien conservés de bains. Ils appartiennent à trois états architecturaux successifs datés entre le IIe siècle av. J.-C. et le IIe siècle ap. J.-C.

Bouto. Vue vers l’ouest d’une partie du secteur P 10 avec, au premier plan, une baignoire et un bassin. Ce dernier possédait dans sa paroi ouest une évacuation qui débouchait directement dans le caniveau des latrines que l’on distingue au second plan (photo G.L. et B.R.)

Cette année, l’état intermédiaire II a pu être étudié dans la partie sud de la zone. Cet état a livré des témoignages inédits quant à l’évolution des bains grecs à tholos et à cuves plates vers les bains de type romain. En effet, cet état – qui aurait pris place, d’après les fouilleurs anglais (ce que semble confirmer un premier diagnostic céramique) à la charnière de l’époque ptolémaïque/hellénistique et de l’époque romaine – comprend encore, au moins dans une première phase, une tholos avec cuves plates, caractéristiques du bain grec. D’autres salles font partie de l’édifice, qui semble s’organiser en deux circuits parallèles. Dans un second temps, la tholos est transformée (en étuve ?) et les cuves plates visiblement abandonnées ; le bâtiment possède alors, de façon assurée, deux latrines et, semble-t-il, une salle à hypocauste, avec suspensura et pilettes de briques cuites.

Les prochains dégagements devraient se poursuivre dans les parties est et sud de la zone et ainsi permettre de mieux cerner la datation de ces installations, qui paraissent très précoces dans le paysage balnéaire égyptien.

G. Lecuyot, B. Redon


balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.