Alep, Tripoli, Naplouse : des « villes du savon »

Proposition d’article “Alep, Tripoli, Naplouse : des « villes du savon »”, par Véronique BONTEMPS (IDEMEC, MMSH)

La contribution ici proposée, qui n’a pu être présentée lors du colloque Balnéorient de Damas, “Balaneia, thermes et hammam” de novembre 2009, sera intégrée aux actes de la rencontre actuellement en cours de préparation (en savoir plus sur le colloque Balnéorient 2009 : liste et résumés des autres contribution).

« Dans l’ancien temps, le Nâbulsî finissait son travail le soir et achetait un morceau de savon, puis allait dans l’un des hammam-s publics pour se laver, et rentrait chez lui propre et sain de corps et de cœur » (Sharîf, Husâm, Sinâʽat al-sâbûn al-nâbulsî [L’industrie du savon de Naplouse], p. 15).

« La pureté et la douceur de l’olive conjuguées aux vertus hydratantes du laurier : le Pain d’Alep, « or vert des Alépins », est le roi du hammam » (Site Internet de la compagnie « Tadé, produits du Levant »).

SavonAlepSechage

De fabrication quasiment inchangée depuis plusieurs siècles, le savon à l’huile d’olive est indissociablement lié à l’univers du hammam. L’industrie du savon est une tradition très ancienne dans la région du Proche-Orient qu’on appelle le bilâd al-Shâm ; elle repose en premier lieu sur la culture de l’olivier. Que ce soit sur la côte ou dans l’arrière-pays, les centres de fabrication du savon sont tous d’anciens centres de presse des olives. Peu à peu se sont développés des centres citadins de production, des « villes du savon ». Certaines de ces villes ont gardé cette réputation jusqu’à nos jours : c’est le cas d’Alep, dont le savon est vendu jusque sur les marchés européens, américains et même japonais. La renommée du savon d’Alep éclipse aujourd’hui l’importance historique d’autres villes du savon qui, pour des raisons économiques ou politiques, n’ont pas connu le même regain de prospérité : parmi elles, Tripoli au Liban et surtout Naplouse en Palestine. Dans cet article, je propose d’interroger le devenir de l’industrie du savon à l’huile d’olive dans trois centre urbains de fabrication : Alep, Tripoli et Naplouse.

Dans une perspective historique, j’examinerai tout d’abord les éléments géographiques, économiques et sociaux qui font qu’une ville devient « ville du savon ». Je présenterai les transformations des ingrédients entrant dans la composition des savons (à l’origine, de l’huile d’olive et un produit alcalin tiré d’une plante appelée usnân en Syrie – notre salicorne), ainsi que les techniques de fabrication qui connaissent, avec de légères différences, des caractéristiques remarquablement identiques dans les trois villes. J’aborderai également les mutations du tissu social de l’industrie (grandes familles de propriétaires et familles d’ouvriers).

Je me pencherai ensuite sur le devenir actuel de l’industrie du savon : à l’extraordinaire regain de prospérité du savon d’Alep ces vingt dernières années, fait écho la crise dans laquelle se trouve le savon de Naplouse. Dans cette ville étranglée économiquement, l’industrie du savon est à l’heure actuelle au bord de l’extinction. Il faudra donc s’interroger sur les raisons politiques, économiques, mais aussi culturelles qui pèsent sur ces destins inversés : je tâcherai de montrer que si la prospérité du savon d’Alep est en partie due à une reconversion réussie vers l’économie des produits de luxe, elle repose également sur la permanence de la consommation locale. C’est l’inverse à Naplouse, où les habitants négligent de plus en plus « leur » savon, pour lui préférer des produits occidentaux meilleur marché.

J’interrogerai enfin la manière dont l’industrie du savon est, à l’heure actuelle, outil d’une patrimonialisation. A Alep, celle-ci est en grande partie prise en main par des firmes occidentales à destination de l’exportation ; celles-ci jouent sur l’utilisation d’un imaginaire orientaliste, dans lequel l’univers du bain prend du reste une large part. A Tripoli, l’industrie du savon fait l’objet d’une véritable recréation à partir du mythe de la tradition citadine de l’aromathérapie ; à Naplouse, en revanche, c’est à travers les représentations des habitants autour de « leur » savon que l’on peut repérer l’esquisse d’un processus de patrimonialisation en cours et en pratiques.

Véronique BONTEMPS (IDEMEC, MMSH)

SavonAlep

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts


1 réponse

  1. pm dit :

    Bonjour,

    Je trouve cette recherche sur l’histoire des savons traditionnel très intéressantes, d’autant qu’en Europe nous n’avons plus que des savons industriels (même les savons dit “de Marseille”). Et encore quand la fabrication de la pâtes n’est pas tout simplement délocalisée en chine… Au fait avez vous des informations sur les conséquences sur l’économie de la ville d’Alep au regard du drame qui se joue actuellement en Syrie ? Ne risque-t-on pas en plus du drame humain de voir l’effondrement sur le long terme d’un pan de leur économie qui permet au syriens d’exporter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.