Séminaire : Les bains a l’epoque paleochretienne, ou comment s’en accommoder (IIIe-VIe siecle)

Annonce de séminaire de recherche :

Les bains a l’epoque paleochretienne ou comment s’en accommoder (IIIe-VIe siecle)

intervenante : Laurence FOSCHIA

École normale supérieure Lettres et sciences humaines
15 parvis René Descartes, 69342 Lyon Cedex 07
Métro B, station Debourg-Bus n° 17 et 32

21 octobre 2009 – Salle F08 / 10h00

www.collegium-lyon.fr

résumé :

Dans un premier temps, on définira l’objet de notre étude en insistant sur l’aura de paganisme qui entourait toute installation thermale ou balnéaire dans l’antiquité gréco-romaine. Les bains portaient souvent des noms de divinités ou de héros païens : nous connaissons des bains d’Achille, des bains d’Apollon Pythien ou d’Aphrodite. L’existence, dans ces balaneia, de statues représentant des divinités sont aussi des marqueurs de l’orientation religieuse de ces édifices. Les bains pouvaient même constituer de véritables sanctuaires,c’est-à-dire des lieux de culte païens.

On admet généralement que ce paganisme inhérent aux bains a joué un rôle de repoussoir lorsque le christianisme, au cours du IVe siècle, est devenu religion d’État. Les Chrétiens sont souvent décrits par les chercheurs modernes comme refusant tout à fait la pratique du bain, la ravalant au rang d’activité dégoûtante et démoniaque. Chez les fidèles juifs des attitudes comparables sont observées. N’avoir, sa vie durant, jamais pris de bain pouvait même constituer une preuve de sainteté aux yeux des monothéistes les plus pratiquants.

Un simple examen des sources, extraits des histoires ecclésiastiques des Pères de l’Église et Mischna en tête permet de constater que la situation est bien plus complexe qu’il n’y paraît. On verra d’abord, à partir d’exemples tirés des deux Testaments, que les piscines et autres retenues d’eau n’étaient pas toujours vues de manière négative. Il suffit de mentionner la cérémonie du baptême chrétien qui n’était rien d’autre qu’un bain spirituel. Juifs et Chrétiens, incapables de proscrire tout à fait les bains ont donc été contraints de s’accommoder de leur présence (voir Mischna Avodah Zarah 3:4) et d’en justifier l’usage en mettant en avant, par exemple, leurs vertus médicales ou purificatrices. À l’extrême fin de l’Antiquité et durant le Haut Moyen Âge, les Juifs étaient ainsi tenus d’aller se laver aux bains publics avant de pouvoir aller se purifier dans leurs propres bains (les mikva’ot) qu’il ne fallait sous aucun prétexte salir ou souiller.

Nous insisterons, dans un dernier point, sur les fonctions singulières qu’ont pu avoir les bains dans des situations historiques données. Ils ont parfois fait office de refuge, de lieu transitionnel ou bien de véritable «théâtre». C’est très souvent dans les bains que l’on voit se dérouler des scènes spectaculaires et exemplaires de la vie religieuse mettant en vedette tel évêque fameux, telle conversion au christianisme ou tel récit de martyr. Les bains ont même pu servir de sanctuaire à la religion chrétienne, les exemples dont nous disposons concernant presque toujours un culte chrétien considéré comme déviant, c’est-à-dire hérétique. Nous conclurons sur le fait que les bains ont conservé dans l’Orient tardif un caractère sacré multiforme dont Chrétiens, Juifs et Romains ont toujours réussi à se satisfaire.

logocollegiumlyon

Laurence FOSCHIA, Junior fellow au collegium de Lyon, est associée au programme Balnéorient. Elle proposera à Damas, lors du colloque « balaneia, thermes et hammams » (2-6 nov. 2009) la contribution suivante :

Chrétiens, païens, rabbins dans le même bain ?

Les bains comme lieux de culte dans l’Orient tardif

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts