Résumé de J.-C. DAVID

Avenir du hammam en Orient : la nécessaire évolution du hammam traditionnel à Alep

Jean-Claude DAVID
GREMMO UMR 5195, Univ. Lumière LYON2, CNRS – FRANCE

Type de contribution : communication longue

Au Proche-Orient, le hammam « traditionnel » faisait partie d’un système urbain cohérent, homogène, complet, de plus en plus concurrencé depuis la fin du XIXe siècle par un nouvel ordre urbain, mais qui faisait encore illusion il y a quelques décennies et qui maintenant se décompose rapidement sans cependant disparaître. La ville ancienne est concernée dans sa totalité par la nécessité de trouver un nouveau rôle dans des ensembles urbains modernes complexes en cours d’élaboration, dix, vingt ou trente fois plus peuplés. Dans cette nécessaire reconversion, les maisons, les souks, les khans, les anciens cafés, les rues d’autrefois, les fontaines, certains lieux de culte, rencontrent les mêmes problèmes que les hammams, entre ce qui est conservé, ce qui est remplacé, ce qui est déplacé, entre quartiers anciens protégés et désorganisés et quartiers nouveaux. Les hammams désaffectés mais interdits de démolition, remplacés par le confort moderne à la maison, peuvent devenir une attraction touristique, mais une nouvelle image travestit le vieux hammam, portée par une obsession moderne du corps, de la beauté, de l’hygiène, de la santé, de modernité et d’exotisme, avec peut-être une redécouverte de l’Orient en Orient… Ce qui disparaît de la vieille ville est nécessairement remplacé ailleurs et autrement, mais ce qui reste dans la vieille ville doit aussi retrouver une place et une fonction.

En 2008 à Alep, sur 47 hammams non détruits, 12 seulement fonctionnent encore, au ralenti. En 1981, on comptait encore à Alep 24 hammams encore en activité et 33 fermés ou détruits récemment. La plupart des fermetures étaient intervenues après la seconde guerre mondiale, surtout entre 1975 et 1980, et depuis 1960 aucune construction de hammams n’accompagnait plus l’extension considérable des quartiers informels à l’est et au nord de la ville1. Les hammams qui fonctionnaient encore en 1981 étaient fréquentés surtout par une clientèle populaire, habitants des quartiers anciens et des faubourgs, clientèle surtout familiale, femmes et enfants. L’autre clientèle, essentiellement des hommes, fréquentait des bains du centre et des souks et certains bains proches des anciennes portes de ville. Elle était surtout constituée d’habitués, de gens de passage ou de mal logés, militaires, étudiants, commerçants de la région. Les occasions festives étaient encore importantes, comme les pratiques traditionnelles de préparation au mariage. Une clientèle de touristes et d’étrangers existait.
Parmi les hammams existants en 1981, 18 avaient été construits après 1930, dont 10 sous le mandat français et 7 entre 1953 et 1960. Dans les derniers hammams construits, on peut constater des innovations fonctionnelles significatives, et l’élaboration de synthèses entre tradition et évolution, pour répondre à l’installation de nouvelles populations, au changement de matériaux de construction, (introduction du béton armé), à la simplification de certaines pratiques avec l’aménagement de séries de cabines de douches, parfois de piscines, parfois de « complexes » plurifonctionnels avec logement du tenancier du bain, four à pain… Comme pour l’architecture domestique, la fin du XIXe siècle et le XXe siècle et notamment l’entre-deux-guerres, ont été très inventifs… Le hammam n’a pas cessé d’évoluer pour s’adapter à de nouveaux besoins, autant dans son plan et sa technologie que dans sa place dans la ville, et ces changements sont relativement bien connus au moins depuis le XII-XIIIe siècle mais peu étudiés. Ainsi les changements que l’on peut observer à plusieurs siècles de distance sont souvent bien mystérieux : deux des plus anciens hammams conservés à Alep étaient doubles et comprenaient un petit bain et un grand bain, disposition manifestement courante à l’époque ayyoubide (XIIIe siècle), d’après les évocations anciennes. Dans les deux cas, le plus petit des deux bâtiments (bain pour les hommes ou pour les périodes creuses ?) a été fermé et détruit ou transformé à l’époque mamelouke, alors que de nouveaux hammams doubles étaient construits ailleurs, plus tard, notamment en Turquie ottomane et au Caire2. Plus significatives pour notre démarche d’étude de l’évolution contemporaine sont les premières modernisations des hammams et les premières constructions de nouveaux bains après la première guerre mondiale, après un arrêt de près de deux siècles, hammams des dernières décennies ottomanes et surtout du mandat français et des premières années de l’indépendance, au moment où le confort moderne des salles de bain, encore exceptionnelles, commence à se diffuser dans les appartements, perpétuant dans l’espace domestique certaines pratiques caractéristiques du hammam public.

L’avenir des hammams reste très inquiétant ou imprévisible, même si les menaces de destructions ont quasiment disparu. L’impression générale actuelle est d’une attente et certainement d’une transition. Les locataires ou les tenanciers de hammams, qu’ils soient exploitants de bain, artisans ou commerçants occupants d’anciens hammams, gardiens, disent généralement d’emblée qu’il est interdit de les modifier ou de les détruire dans la vieille ville, mais ils interprètent à leur façon cette interdiction et leurs interventions sur les murs comme sur le plan ou les sols sont relativement lourdes, en tout cas significatives d’un souhait, de certains, de préserver la fonction. Ce sont surtout des « améliorations » plus ou moins complètes des parements et placages visant à la propreté (revêtements de carrelages sur toute la surface) ou à reproduire une image (revêtement de planchettes de bois sur toute la surface pour donner un effet « sauna »). On ajoute aussi des espaces pour de nouvelles fonctions, notamment cabines de bain de vapeur et piscines pour tirer l’image du bain vers des pratiques plus modernes, plus occidentales. Mais les hammams et les grandes maisons anciennes, et potentiellement toute la vieille ville3 deviennent des placements possibles pour des hommes d’affaire locaux et étrangers. Beaucoup de hammams (tous les hammams !) sont à vendre surtout ceux qui sont bien situés par rapport aux équipements touristiques futurs ou existants, à Bab Qinnesrine et Jdeidé (le hammam Barham à Jdeidé est à vendre près d’un million de dollars). Il s’agit encore de placements financiers en attendant de réaliser quelque chose ou de revendre : l’investissement se valorise tout seul même si le bâtiment se dégrade. L’avenir actuellement imaginé pour ces lieux est un bain modernisé, qui pourrait s’appeler un spa, lieu de soins de balnéothérapie, avec restaurant de luxe, bar, piscine, dans un cadre oriental enrichi, « amélioré »…. Un seul projet est actuellement en voie de réalisation, bloqué pour des raisons administratives, le hammam Jdide à Banqousa, projet relativement ambitieux et intéressant, sous la direction d’un architecte alépin spécialiste des restaurations de monuments historiques. Les autres hammams ne sont actuellement que des « coffres-forts », mais les choses peuvent changer et les imaginations bouillonnent.

Il est clair que le hammam ne peut plus être essentiellement la salle de bain du pauvre ou un espace folklorique et touristique : il devra être autre chose. Et il restera quand même quelques vieux hammams en activité, restaurés, pour diverses clientèles….

Notes :
  1. Sinon un hammam construit en 1970.
  2. Le hammam Barham à Jdeidé, de 1583, l’un des plus monumentaux de la ville, a été divisé sans doute dans les premières décennies du XXe siècle, en un très grand hammam et un petit. C’est aussi le cas du hamman Raqaban, très grand bain mamelouk dans le quartier extra-muros de Banqousa.
  3. Au lieu d’être investi dans l’industrie, le commerce, l’immobilier, comme dans les années 1980 et encore actuellement.

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search