Résumé de Chr. DARLES

Les réglages de l’eau, de l’air, de la lumière et du feu dans les hammams du Yémen

Christian DARLES
Ecole nationale supérieure d’architecture de Toulouse, Laboratoire LRA – MHA.APB – FRANCE

Type de contribution : communication longue

Les nombreux hammams recensés au Yémen en 2008 et 2009 constituent un corpus représentatif des bains publics dans le sud de la Péninsule arabique. Aux édifices étudiés précédemment par d’autres missions (Serjeant-Lewcock, Golvin) et par les institutions yéménites (CATS et SFD) nous avons pu ajouter près de vingt bains publics dont la plupart sont en activité, notamment à Sanaa où plusieurs d’entre eux, gérés par des privés, sont en construction.
Différentes études ont été menées simultanément : architecturales, anthropologiques et sociologiques, et enfin historiques. Celle dont il sera question dans cette communication est consacrée à l’analyse architecturale des bâtiments. Il s’agit de comprendre leur structure, l’emploi de matériaux très diversifiés, les questions essentielles de l’eau (approvisionnement, évacuation), les variations dans l’agencement des composantes fondamentales des bâtiments (salle de déshabillage ou makhla’, partie tiède ou awsat et partie chaude ou sadr) et leur adaptation aux contraintes de leur environnement urbain, notamment celles du parcellaire. Les hammams du Yémen sont généralement imbriqués dans le tissu urbain, exceptés ceux qui ont été bâtis initialement pour les imams qui dirigeaient le pays et leurs familles. Cette configuration urbaine permet de dater avec précision leur création.

imagedarles1
Nous avons pu comparer les dispositions des pièces ainsi que les principes généraux de distribution. Ainsi, de la rue on descend le plus souvent vers le vestibule et les pièces froides dont la morphologie peut varier d’un hammam à l’autre. On continue de descendre vers la partie tiède où sont situés les évacuations et les puisards et on remonte très légèrement dans la partie chaude. La plupart des hammams étudiés, même ceux qui sont aujourd’hui en construction, sont implantés en contrebas des voies de circulation.
Les pièces sont aménagées suivant des usages très précis liés aux parcours en aller retour dans les pièces tièdes et chaudes et circulaire dans les pièces froides réservées à l’accueil et au déshabillage. Cette zone est la partie du hammam la plus travaillée du point de vue architectural. Elle comprend plusieurs parties qui permettent une entrée et une sortie graduées en regard de la température et de l’humidité. C’est aussi une zone où les rites de purification prennent le plus d’importance. Une grande vasque, peu utilisée de nos jours, orne souvent le centre de la pièce centrale à coupole. Les banquettes du vestiaire sont souvent très larges et recouvertes de tapis. Elles sont posées sur des petites murettes transversales de 5 à 8 cm de large qui délimitent des casiers où sont stockés les chaussures et d’autres sacs. Les vêtements sont accrochés, une fois rassemblés dans un sac ou un keffieh, à des suspentes en pierre ou en métal. Les parois de cette zone comportent de nombreuses niches utilisées temporairement par les clients.
On monte sur la toiture par quelques marches. Elle est le lieu de nombreuses activités et celui de nombreux types de stockages. Souvent un petit logement de fonction sert aussi de salle de réunion et de mafraj pour les séances consacrées au qat. La couverture des différentes pièces correspond à leur géométrie, une voûte pour les pièces rectangulaires ou une coupole sur trompe pour les pièces proches du carré. Les couvertures, bâties en briques cuites, sont dotée de hublots vitrés situés en partie haute des coupoles et des voutes. Ces percements sont régulés et partiellement occultés, en fonction du soleil, par le personnel qui travaille à l’extérieur. Ils sont appuyés sur l’extrados qui a été réglé de manière à présenter un support plan, puis scellés avec un bourrelet de plâtre. Parfois une couche en tissu est intercalée pour faciliter le remplacement des vitres qui sont démontées pour permettre l’aération de l’édifice lors de son entretien annuel.
Les parois internes du hammam sont, à Sanaa, édifiées en blocs de basalte et parfois doublées par un placage de lave. Les arcs sont également bâtis avec des blocs de même nature. Les joints sont largement peints avec de la peinture ordinaire blanche. Les arcs et les parois de la grande salle de réception sont repeints avec des couleurs vives une fois par an lors de la fermeture pour entretien de l’édifice. Hormis l’utilisation de la couleur, peu d’effets décoratifs ont été employés par les bâtisseurs yéménites qui paraissent bien s’être inspiré d’un modèle primitif commun. Les escaliers et l’accueil sont revêtus en enduit étanche traditionnel.
Les dallages sont en pierre. Du basalte pour les pièces les plus chaudes et des dalles rouge sombre dans les zones des salles froides. Dans la partie froide, des nattes recouvrent le sol des pièces sèches.
Les hammams sont généralement dotés d’un lieu destiné à la prière. Soit une simple qibla soit un mirhab ou une petite niche dans une des pièces près du vestiaire. Les hammams étudiés témoignent de nombreux flux tant des individus que des choses. A ces flux correspondent des dispositifs architecturaux précis et distincts. Les pièces froides sont réservées aux exploitants et au responsable du vestiaire, les pièces tièdes et chaudes le sont au personnel préposé aux soins et aux massages. Il n’y a dans les hammams yéménites que trois portes qui contrôlent les zones froide, tiède et chaude. L’extérieur, la toiture, est le domaine des personnes qui gèrent les approvisionnements en eau, le chauffage et la gestion du tirage des cheminées. Elle est aussi le lieu de séchage des nattes et d’une partie du linge utilisé dans le hammam. Les utilisateurs peuvent être classés en plusieurs catégories. Chez les hommes, par exemple, il y a ceux qui payent les services d’un employé et ceux qui s’en passent, des lieux distincts leurs sont attribués. Les femmes, qui restent plus longtemps que les hommes dans les hammams, parfois près d’une demi-journée, ont une pièce ouverte qui leur sert de vestiaire particulier non utilisé par les hommes, elles s’aident entre elles pour les soins du corps.
Parmi les flux, ceux qui concernent les liquides sont complexe. A l’origine les bâtisseurs ont installés les hammams à proximité d’un puits qui alimentait également des jardins et parfois les lieux d’ablution d’une mosquée proche. L’eau était extraite de puits profonds de près de trente mètres au moyen d’animaux qui progressaient dans des espaces couverts en pente appelés marnas. Ils sont aujourd’hui à l’abandon et l’abaissement de la nappe phréatique exige aujourd’hui l’utilisation de pompes motorisées.
Il s’agit de faire pénétrer dans les hammams de l’eau fraîche qui provient du puits. Elle était acheminée par des aqueducs et des canalisations de terre cuite, aujourd’hui le réseau d’alimentation est constitué par de simples tuyaux métalliques. L’eau potable issue du réseau urbain est disponible dans certains hammams. Dans la partie froide l’eau de la nappe alimente le vestibule et sa fontaine, les salles tièdes et chaudes et la citerne qui conserve l’eau destinée au chaudron situé au-dessus du foyer. L’alimentation, le stockage et la distribution de l’eau se font à partir de la toiture d’où sont pratiqués des piquages verticaux contrôlés. L’eau froide et l’eau chauffée alimentent des vasques régulièrement réparties dans les pièces ainsi qu’une ou deux baignoires disposées dans une pièce chaude isolée, non éclairée et jamais utilisée par les femmes. L’évacuation des eaux usées et des eaux vannes en provenance des latrines est souvent dirigée vers des puisards temporaires (pas plus de cinq ans d’utilisation) de 15 m de profondeur, alors que l’eau de la partie froide, moins polluée, l’était en direction des jardins avoisinants. Pour des raisons de décaissement des bains publics l’évacuation des eaux est rarement effectuée vers le réseau de tout à l’égout.
Le chauffage a une double fonction, chauffer les salles chaudes par un système de planchers de type hypocauste voûté et obtenir de l’eau très chaude par l’intermédiaire d’un foyer et d’un chaudron métallique. Il ne se fait plus avec, comme combustibles, les excréments animaux ou humains dont les emplacements de stockage restent identifiables, mais est réalisé avec du fuel vaporisé par un injecteur sommaire puis enflammé. Les hammams récents ou en cours de construction sont dotés de véritables chaudières. Les cheminées, maçonnées, sont surélevées de 30 à 50 cm au dessus de la terrasse. Elles sont en principe incluses dans les parois et se trouvent en partie basse de la toiture, en contrebas des coupoles et des voutes. Elles émergent ainsi dans les chéneaux de circulation des eaux de ruissellement qui servent aussi de cheminements pour le personnel qui parcourt la toiture.
D’autres objets comme le savon, les récipients d’ablution ou les gants pour la friction ont également un parcours contrôlé en suivant des circuits induits par des murettes de très faible hauteur qui délimitent les lieux purs et impurs.
Les bains publics yéménites correspondent, pour la plupart d’entre eux, à un modèle initial partiellement issu des thermes antiques. Ce type unique subit des variations formelles suivant les implantations dans le tissu urbain bâti et le parcellaire. La première partie, sèche et froide, surélevée, est l’objet de nombreuses adaptations. Oeuvres de spécialistes, ces édifices nécessitent un entretien permanent où le bricolage est grandement présent sans nuire à une efficacité permanente. Lieu de multiples prestations et nécessaire lieu de sociabilité, le hammam est un chantier permanent à l’image de la ville qui l’entoure où la répartition des tâches et des lieux est codifiée autant que les paroles ou les bruits.

balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts