Les bains de Zénobie à Palmyre

Dates : juillet 2009 (15 jours)
Responsable : Thibaud FOURNET (architecte, Ifpo)
Participants : Martin BURGAT (Stagiaire, Ifpo)
Nature de l’opération : mission de relevés architecturaux et de recherches dans les archives du Musée Archéologique de Palmyre (collab. Waleed AS’AD, DGAM)

Rapport Préliminaire – août 2009

panoramapalmyreweb

Dégagés dans les années 1970 au cœur de la ville antique, les bains romains de Palmyre n’avaient à ce jour jamais fait l’objet d’une étude architecturale ou archéologique détaillée (ci-dessus : vue d’ensemble vers l’ouest). L’absence d’une publication complète, malgré une rapide description dans le guide de Palmyre1, en fait probablement l’un des monuments « inédits » les plus visités de Syrie.

Il avait été décidé, dès le lancement du programme Balnéorient et à la demande de M. Michel al-Maqdissi, directeur des fouilles à la DGAMS, d’en reprendre l’étude scientifique et de la mener jusqu’à la publication monographique du monument.

L’objectif de la courte mission menée en juillet 2009 dans le cadre de la mission conjointe syro-française Balnéorient était double. Il s’agissait, d’une part, de réaliser un premier relevé architectural et photographique des vestiges et, d’autre part, de dresser avec la Direction des Antiquités locale l’inventaire de la documentation disponible dans les archives du Musée Archéologique de Palmyre (ci-dessous : extraits des archives de la fouille).

archivespalmyre

Les travaux syriens de 1971-1975

Nous avons pu, grâce à la précieuse collaboration de Waleed al-As‘ad, actuel directeur des Antiquités de Palmyre, numériser l’ensemble de la documentation scientifique conservées dans les archives du musée. Cette documentation (rapports dactylographiés, relevés architecturaux et tirages photographiques légendés), inventoriée et en partie traduite en français, apporte un éclairage précieux à la compréhension du secteur chauffé des bains (partie ouest), dont les vestiges sont aujourd’hui partiellement détruits ou masqués.

La qualité de certains clichés et la précision des relevés effectués lors des fouilles par l’équipe syrienne devraient permettre, malgré l’absence d’analyse stratigraphique ou de coupes, de reconstituer une partie des informations chronologiques et architecturales aujourd’hui perdues.

Relevé et étude architecturale

La réalisation d’un plan d’ensemble simplifié au 1/200e (ci-desous) permet de proposer une première interprétation du monument dans son intégralité, et de le resituer dans la chronologie urbaine du centre-ville palmyrénien2. Un relevé plus détaillé (1/50e) en plan et en coupe a également été engagé, en particulier sur les parties chauffées de l’édifice, intégralement inédites. Ces relevés, associés à un catalogue des blocs architecturaux, permettront rapidement d’en proposer une restitution volumétrique et d’en détailler les nombreuses étapes constructives.

planbainsz_web

Les premiers résultats de cette étude seront présentés lors du prochain colloque Balnéorient (Damas, novembre 2009). Une seconde mission, prévue au printemps 2010, devrait permettre de compléter les relevés engagés, de réaliser l’inventaire et le dessin des blocs architecturaux, ainsi que de poursuivre, avec Waleed al-As’ad, notre recherche de documents d’archives.

A terme, courant 2011, la publication monographique de l’édifice viendra compléter, après celle de l’agora et des maisons du temple de Bel, la série d’ouvrages consacrés au centre monumental de Palmyre. Elle permettra également de replacer cet édifice dans le corpus des bains antiques et byzantins du Proche-Orient, et ainsi de mettre en évidence l’originalité du monument, témoin privilégié d’une histoire urbaine complexe et d’une conception du bain « aux marges » de l’Empire.

Notes :

  1. A. Bounni, Kh. al-As‘ad, Palmyre. Histoire, monuments et musée, Damas 1989 (3e édition), p. 71, repris dans de nombreux autres ouvrages ou articles. H. Dodge en 1988 apporte un utile complément avec l’étude des marbres décoratifs qu’il y inventorie (« Palmyra and the roman marble trade : Evidence from the Baths of Diocletian », Levant XX, p.215-230).
  2. Une première analyse chronologique de l’édifice avait déjà été proposée par R. Fellmann en 1987 (« Der Palast der Königin Zenobia », dans Palmyra. Geschichte, Kunst und Kultur des Syrischen Oasenstadt, Linz, p. 131-136). L’auteur regrettait à juste titre l’absence d’un plan complet de l’édifice qui, en effet, remet aujourd’hui en cause son interprétation.


balneorient

L'identifiant "Balnéorient" regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets. Ces derniers sont cependant souvent le fait d'autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts