Publication du dossier thématique « Bains de Jordanie » (Syria 92, 2015)

Décembre 2015, Beyrouth : publication dans la revue Syria (Ifpo, année 2015, tome 92) d’un dossier thématique regroupant 11 articles sur l’actualité des études thermales en Jordanie, sous la responsabilité scientifique de M.-Fr. Boussac et Th. Fournet. Dossier dédié à la mémoire de J.-P. Pascual.

Syria2015_BainsDeJordanie

Préface

(Marie-Françoise Boussac, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre, et Thibaud Fournet, Architecte CNRS, Institut français du Proche-Orient, Amman, p. 11-12)

On savait depuis longtemps que les bains étaient merveilleusement nombreux en Égypte. On serait tentés aujourd’hui d’appliquer cette formule de P. Jouguet[1] à la Jordanie. Tel fut le constat du colloque international organisé à Amman du 21 au 24 mai 2008 par le programme Balnéorient (2006-2010)[2] qui avait pour objectif l’étude du phénomène balnéaire dans le bassin oriental de la Méditerranée. Cette rencontre, organisée conjointement par l’Institut français du Proche-Orient (Jean-Claude Pascual[3], Jean-François Salles), la Direction des Antiquités de Jordanie (Fawwaz al-Kraysheh), le Comité d’Histoire du Bilād al-Shām de l’Université de Jordanie (Prof. Adnan al-Bakhit) et Balnéorient (M.-F. Boussac), a rassemblé vingt-et-une communications dans une optique avant tout archéologique et régionale, même si à des fins comparatistes elle ménageait des ouvertures vers l’Occident (C. Fournier, bains d’Al-Andalus), vers la Palestine romaine (S. Hoss) et aussi, à l’est, vers les hammams médiévaux et modernes d’Iran (E. Saffaran) et du Kurdistan irakien (N. Aliamin).

Elle mit en évidence la pérennité et l’importance du phénomène balnéaire depuis l’époque nabatéenne jusqu’à la période byzantine, en particulier à Pétra, à Jérash ou à Khirbet edh-Dharih, et confirma la richesse du patrimoine thermal omeyyade. Elle révéla également, grâce notamment à nos collègues jordaniens, des établissements balnéaires d’époque médiévale, jusqu’alors à peine connus. L’étude de l’un d’entre eux, Khirbat al-Dūsaq, appartenant à une résidence princière ayyoubide ou mamelouke, venait à peine de débuter. De nombreux travaux récents ou en cours ont depuis confirmé la diversité et la richesse du paysage balnéaire sur la longue durée et parfois complètement renouvelé nos connaissances. Contrairement à des sites urbains comme Gadara/Umm Qais ou Gerasa/Jérash dont le patrimoine thermal était exploré, sinon compris ou publié, depuis longtemps, Pétra semblait à l’écart de ces pratiques : en 2008 les thermes du « Great Temple » étaient la seule installation de ce type sûrement connue dans tout l’espace urbain de Pétra. Depuis, les trouvailles découvertes se sont multipliées, tant dans le centre urbain que sur les hauteurs, faisant de Pétra une vraie capitale de l’eau.

Pour cette raison, il a été décidé de transformer ces actes en un dossier thématique actualisé, enrichi de plusieurs contributions absentes du colloque d’Amman, résultats de ces découvertes récentes (Fournet & Tholbecq ; Tholbecq et al.). Parallèlement, certaines des communications proposées lors du colloque ont été écartées, soit parce qu’elles avaient entre-temps fait l’objet d’une publication séparée (Joukowsky, Hoss, Bakhouch, Elter & Jbour[4]), soit parce que leurs résultats restaient trop préliminaires. Inversement nous avons demandé à certains contributeurs d’actualiser leurs articles, en y insérant les derniers résultats de terrain (Blanke ; Durand ; Darby). L’édition des volumineux actes du colloque Balnéorient de Damas[5] nous a en outre conduits à déplacer vers notre dossier jordanien deux contributions (Vigouroux et al. ; Lachat, Lepaon et al.), qui y trouvaient davantage leur place que dans un ouvrage englobant l’ensemble du monde méditerranéen oriental. Le dossier « bains de Jordanie » y a gagné en cohérence ; il permet, à l’échelle d’un pays, de faire le point sur les recherches en cours tout en renforçant les acquis des travaux plus anciens[6].

La formule d’un dossier thématique, que la rédaction de la revue Syria a accepté d’accueillir, se prête parfaitement à l’exercice. Elle avait été inaugurée en 2008, lors d’un premier dossier, « L’eau dans la ville antique » (Syria 85, 2008), rassemblé suite à la semaine doctorale organisée par l’Ifpo à l’initiative de Jean-François Salles et de Gérard Charpentier (oct.-nov. 2006). Ce dossier faisait figure d’introduction au programme Balnéorient, et il nous a semblé pertinent d’y faire écho avec ce nouveau choix d’articles.

Ainsi constitué, ce dossier offre un panorama très diversifié d’établissements implantés dans des contextes différents – urbains et suburbains ou ruraux – et prenant des formes variées – des grands thermes impériaux aux petits bains aristocratiques ou militaires et aux hammams palatins omeyyades (Arce) ou ayyoubides/mamelouks (Pascual et al., Vigouroux et al.). L’ensemble montre la complexité des influences qui ont favorisé l’adoption de la culture du bain collectif, puis sa diffusion et sa permanence par-delà les changements politiques et culturels – du paganisme au christianisme et à l’islam (Arce). Il soulève également la question du statut de ces établissements et de l’identité de leurs usagers (Lepaon ; Arce). Il met surtout l’accent sur les époques charnières : il démontre à quel point la Jordanie s’insère pour l’Antiquité dans des évolutions constatées dans l’ensemble du monde romain[7]. Il souligne l’impact de la création de la province d’Arabie sur les traditions balnéaires, avec notamment la multiplication de petits bains militaires romains, implantés le long d’axes importants de communication et insérés dans des caravansérails (Darby). Il cerne l’évolution des pratiques et des aménagements balnéaires à la fin de l’Antiquité (bains du Centre et bains de Placcus à Jérash : Blanke ; Lepaon ; bains tardifs de Khirbet ed-Dharih : Sartori), les modalités du passage de l’époque byzantine à omeyyade (bains de Placcus à Jérash : Lepaon). Dans cette problématique des transitions, l’un des ensembles les plus intéressants est le groupe de petits bains nabatéo-romains associés ou accolés à des sanctuaires (Dharih, Sabrā : Durand, Fournet, Tholbecq) et/ou à des résidences royales (Jabal Khubtah : Tholbecq et al., ou Umm al-Biyara[8]) qui font le lien entre les bains palatiaux hérodiens et les thermes monumentaux d’époques sévérienne et byzantine.

Loin de clore le sujet, ce dossier thématique révèle le dynamisme des études thermales en Jordanie. En proposant un état des lieux actualisé de cette recherche ainsi qu’une riche bibliographie commune, il accompagnera et facilitera nous l’espérons les nombreux travaux archéologiques (Pétra, Ain Gharandal, Jérash, Machéronte, Khirbat al-Dūsaq, Humeima, etc.) ou historiques actuellement en cours, les enquêtes sur les sources chaudes[9], qui illustrent les différentes facettes du bain collectif en tant que fait social global.

Syria2015_FemmesAuBain_TFournet

Sommaire

  • p. 11 – BOUSSAC (M.-F.) & FOURNET (T.), Préface
  • p. 13 – DURAND (C.), Les bains nabatéo-romains de Dharih (Jordanie)
  • p. 23 – THOLBECQ (L.), DELCROS (S.) & PARIDAENS (N.), Les bains du Jabal Khubthah (Pétra, Jordanie)
  • p. 33 – FOURNET (T.) & THOLBECQ (L.), Les bains de Sabrā : un nouvel édifice thermal aux portes de Pétra
  • p. 45 – LACHAT (C.), LEPAON (Th.), ABU ABEYLEH (M.) & MALKAWI (M.), Les thermes de Birketein à Gérasa (Jérash, Jordanie) et le rôle du bain dans la vie religieuse du Proche-Orient romain
  • p. 67 – DARBY (R.), The late Roman military baths of the Wadi Arabah: a survey of recent archaeological work
  • p. 85 – BLANKE (L.), Washing the masses, washing the self: an architectural study of the central bathhouse in Gerasa
  • p. 105 – LEPAON (Th.), Les bains de Placcus à Gérasa de la Décapole. Synthèse des recherches et premières remarques
  • p. 123 – SARTORI (N.), Le bain tardif de Dharih (Jordanie méridionale)
  • p. 133 – ARCE (I.), The Umayyad baths at Amman citadel and Hammam al-Sarah analysis and interpretation: the social and political value of the Umayyad baths
  • p. 169 – PASCUAL (J.-P.) (ob.) & MARCH (C.), Le complexe médiéval de Khirbat al-Dūsaq (Shawbak), I. Mission préliminaire (2008)
  • p. 189 – VIGOUROUX (É.), ELTER (R.), PASCUAL (J.-P.) (ob.) & MARCH (C.), Le complexe médiéval de Khirbat al-Dūsaq (Shawbak), II. Résultats de la première campagne de fouilles (2009)
  • p. 211 – Bibliographie générale

 

[1]Jouguet 1911, La vie municipale dans l’Égypte romaine (BÉFAR 104), Rome, p. 430.

[2]Programme collectif soutenu par l’ANR, sous la responsabilité de M.-Fr. Boussac. Voir en ligne : http://balneorient.hypotheses.org/.

[3]Jean-Paul Pascual, qui vient de nous quitter, aurait été heureux de la parution de ce dossier, qui lui est dédié.

[4]Joukowsky 2007, Petra Great Temple, II : Archaeological Contexts of the Remains and Excavations, Brown University Excavations in Jordan at the Petra Great Temple, 1993-2007 , Providence ; Hoss 2012, « From rejection to incorporation. The Roman bathing culture in Palestine », R. Kreiner & W. Letzner (éd.), SPA. Sanitas Per Aquam. Int. Frontinus-Symposium Aachen 2009, Louvain/Paris/Walpole (MA) p. 259-264 ; M. Bakhouch : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00402303 2009, Elter & Jbour 2013, « Un ensemble architectural omeyyade au nord d’Azraq : Qasr ʿAïn es-Sil », Al-Hmoud 2013, p. 639-649.

[5]Boussac ( M.-F .), Denoix (S.), Fournet (Th.) & Redon (B.) éd., 2014, 25 siècles de bains collectifs en Orient (Proche-Orient, Égypte et péninsule Arabique). βαλανεῖα-Thermae-
حمّامات , Actes du colloque de Damas 2009 ( EtUrb 9 / Pifd 282), Le Caire /Beyrouth.

[6]La même approche a été privilégiée pour les bains d’Égypte, au cœur du premier colloque Balnéorient, tenu à Alexandrie en déc. 2006 (Boussac et al. 2009), et d’un second organisé au Caire en oct. 2010 (Redon, à paraître).

[7]Voir sur ces questions Fournet 2012 (« Thermes impériaux et monumentaux de Syrie du Sud et du Proche-Orient », Cahiers de la Villa Kérylos 11, p. 185-246) ou l’introduction des actes du colloque Balnéorient de Damas (Boussac et al. 2014, p. 1-40).

[8]Voir Schmid (S.), Bienkowski (P.), Fiema (Z. T.) & Kolb (B.), 2012 « The palaces of the Nabataean kings at Petra », L. Nehmé & L. Wadeson (éd.), The Nabataean in Focus: Current Archaeological Research at Petra ( Proceedings of the Seminar for Arabian Studies , Suppl. 42), Oxford, p. 73-98.

[9]Dvorjetski (E.) 2007 : Leisure, Pleasure and Healing, Spa Culture and Medecine in Ancient Near Eastern Mediterranean, Leyde.

 


balneorient

L’identifiant « Balnéorient » regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets.
Ces derniers sont cependant souvent le fait d’autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *