Publication : Le thermalisme romain en Italie (M. Guérin-Beauvois, 2015)

A Favourite Custom (L. Alma-Tadema, 1909, détail)

A Favourite Custom (L. Alma-Tadema, 1909, détail)

Guérin-Beauvois Marie, Le thermalisme romain en Italie : aspects sociaux  et culturels aux deux premiers siècles de l’Empire (BÉFAR, 364), Rome, École française de Rome, 2015, 1 vol. 21 x 29, 518 p., fig. et pl. n/b ds t.  (ISBN 978-2-7283-0950-4).

Ce travail aurait pu commencer à la manière d’un conte de Charles Perrault : « Il était une fois un roi et une reine qui étaient si fâchés de ne pas avoir d’enfants, si fâchés qu’on ne savait dire. Ils allèrent à toutes les eaux du monde » (La Belle au bois dormant). Car le thermalisme échappe au cadre temporel de l’Antiquité, il dépasse les limites du monde méditerranéen : phénomène de tous les temps et de tous les lieux, il occupe même les espaces de l’imaginaire (M. Guérin-Beauvois, Introduction, p. 1)

Cet ouvrage sur le thermalisme romain, dans ses aspects sociaux et culturels, est une enquête sur un phénomène singulier dans lequel prennent place des thermes différents des établissements thermaux à but hygiénique. A partir de la lecture des sources littéraires, confrontées aux recherches épigraphiques et aux sites archéologiques, se révèle un phénomène original. Le thermalisme n’a pas seulement à voir avec le développement spectaculaire des thermes et des bains dans le monde romain, il est centré sur l’utilisation – consciente et voulue de la part des Romains – d’eaux minérales particulières aux vertus thérapeutiques présumées. Le thermalisme, utilisation des eaux à vertu thérapeutique, appartient donc au domaine médical dans le cadre d’une réflexion « scientifique » relatif au pouvoir guérisseur des eaux. Son développement s’inscrit dans l’organisation politique et sociale de la fin de la République et des débuts de l’Empire. Il possède un attrait économique pour la maison impériale. Il renvoie à la conception de l’otium et d’une villégiature souvent luxueuse, au sein d’établissements spécifiques tournés vers la santé du corps et le repos de l’esprit. Il prend forme dans des stations thermales, entités « urbaines » particulières. Il attire une population hétérogène, en quête de guérison et d’un ailleurs salutaire. Il se situe à la marge de la médecine, de la religion et des pratiques superstitieuses. Et si Baïes en fut le parangon exceptionnel, c’est toute l’Italie antique qui connut ce phénomène en l’adaptant aux particularités locales pour répondre aux besoins des hommes et des animaux.

Agrégée de Lettres Classiques, Docteur en Lettres et Civilisation de l’Antiquité de l’Université de Provence, ancienne membre de l’École Française de Rome, Marie Guérin-Beauvois est maître de conférences de Latin à l’Université Aix-Marseille et enseigne à l’Institut de Philosophie Comparée (IPC-Paris).

Voir la table des matières sur Academia, et la présentation sur le site des publications de l’Ecole Française de Rome.

http://www.efrome.it/fileadmin/_processed_/csm_BEFAR464_fb0fc7d99d.jpg


balneorient

L’identifiant « Balnéorient » regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets.
Ces derniers sont cependant souvent le fait d’autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *