Étude archéologique du site de Khirbat al-Dusaq (Jordanie)

Le site de Khirbat al-Dūsaq s’élève dans le sud de la Jordanie, à 6km à l’est de la forteresse de Shawbak. Longtemps, sa nature comme sa datation, sont restées inconnues. Le site n’ayant jamais fait l’objet de fouilles, les auteurs en fournissaient des interprétations différentes. S’agissait-il d’un caravansérail, d’une station de pèlerinage, d’un palais, d’un fort ? Datait-il de l’époque croisée, ayyoubide, mamelouke ou ottomane ?

Vue d’ensemble du site (2013, ©Mission K. al-Dusaq/Vigouroux)

Vue d’ensemble du site (2013, ©Mission K. al-Dusaq/Vigouroux)

En 2008, l’Institut français du Proche-Orient s’est engagé dans l’étude de ce site constitué de nos jours de trois bâtiments visibles. Une première mission de relevés architecturaux fut menée par des membres de l’Ifpo [Chrystelle March, Norig Neveu, Jean-Paul Pascual]. Cette opération constituait le préalable à une première campagne de fouille conduite au printemps 2009, dans le cadre du programme Anr Balnéorient, par une équipe de l’Ifpo [Jean-Paul Pascual (Cnrs/Ifpo), René Elter (Université de Lorraine), Chrystelle March (Ifpo) et Élodie Vigouroux (Ifpo)]. Ces missions confirmèrent la présence d’un iwān doté d’un bassin mais elles révélèrent également l’existence d’un bain dont la salle chaude, richement décorée, avait été fouillée1. L’existence d’un iwān (bâtiment A) et d’un hammam (bâtiment C) ont conduit à éliminer l’hypothèse de l’ensemble croisé et celle du caravansérail. Il s’agirait donc d’un complexe de plaisance, vraisemblablement médiéval, en lien avec la forteresse de Shawbak, toute proche.

Plan général du site (©Mission Kh. Al-Dusaq/relevés et dessin Ch. March 2008-2009 & R. Elter 2014)

Plan général du site (©Mission Kh. Al-Dusaq/relevés et dessin Ch. March 2008-2009 & R. Elter 2014)

En 2014, une mission de diagnostic (Ifpo/Cnrs) sur ce site menacé a pu être menée afin d’évaluer les possibilités et les priorités d’une nouvelle étude. Les remblais issus de fouilles clandestines ont été évacués et une nouvelle pièce du bain a été dégagée. Au printemps 2015, une opération (Ifpo/Cnrs) dirigée par Élodie Vigouroux et René Elter a permis de poursuivre la fouille du hammam. L’étude du matériel céramique alors mis au jour a été confiée à Julie Monchamp (Ifao) et permettra d’affiner la datation du site. Le projet va se poursuivre dans les années à venir, il doit s’intéresser aux deux bâtiments résidentiels, au système d’approvisionnement en eau du site ainsi qu’à l’analyse de son environnement naturel. Une nouvelle mission est prévue pour le printemps 2016, elle a d’ores et déjà obtenu le soutien financier de l’Ifpo et de la Fondation Max Van Berchem2

Auteur : Élodie Vigouroux – Ifpo

1 Les résultats de ces deux missions seront publiés en 2015 dans le volume 92 de la revue Syria.

2 La Fondation Max Van Berchem constituée en 1973 en hommage à Max van Berchem (1863-1921), le fondateur de l’épigraphie arabe en tant que discipline. Établie à Genève, la Fondation a pour vocation de promouvoir l’étude de l’archéologie, de l’histoire, de la géographie, de l’histoire de l’art, de l’épigraphie, de la religion, de la littérature islamiques et arabes.

DusaqBalneo_2015_3


balneorient

L’identifiant « Balnéorient » regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets.
Ces derniers sont cependant souvent le fait d’autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *