Sauvegarde des hammams historiques de la médina de Tunis

Mobilisation citoyenne pour la sauvegarde durable des hammams historiques de la médina de Tunis

Tunis, le hammam Mtihra © L'mdina Wel Rabtine

Tunis, le hammam Mtihra © L’mdina Wel Rabtine

Véritables conservatoires de techniques architecturales singulières, les hammams historiques de la médina de Tunis constituent également des équipements urbains structurants du cœur historique de la capitale. Ils déploient un art d’édifier exceptionnel qui porte la pensée de ses bâtisseurs et des civilisations diverses qu’a connues la Tunisie (romaines, hafsides, ottomanes, etc.). Lieux de sociabilité, de pratiques cultuelles et culturelles, les hammams tunisois connaissent pourtant depuis plusieurs décennies, à l’image de certains autres hammams du monde méditerranéen, une désaffection croissante ainsi qu’une paupérisation de leurs infrastructures. Mal documentés, peu étudiés, les hammams de Tunis font face en outre à des phénomènes accélérés de transformation et de destruction qui  présagent de leur disparition probable pendant la prochaine décennie.

En s’appuyant sur une liste des hammams de la ville établie en 1843 par le Service des taxes kharrûba, l’association Lmdina Wel Rabtine a cartographié 48 hammams historiques en médina intra-muros dont près de 30% ont été rasés, fortement altérés ou sont en voie de l’être. Ces menaces procèdent de facteurs économiques, juridiques, sociaux et culturels que l’association entend documenter. On relève entre autres les mesures hygiénistes édictées par la municipalité de Tunis pour endiguer des épidémies de gale et qui conduisent à la dégradation de l’intégrité physique des édifices. Il convient aussi de signaler la flambée des charges d’exploitation qui grèvent plus lourdement encore le fonctionnement de ces hammams ainsi qu’une stagnation du tarif d’accès. L’incapacité des tenanciers des hammams à promouvoir un nouveau modèle économique d’exploitation de réhabilitation ou de réaffectation constitue une contrainte supplémentaire. La déstructuration de l’espace historique de la médina contribue à cette déliquescence avancée de l’institution thermale. Il convient aussi de signaler le « désert documentaire » ralentissant les interventions informées et multidisciplinaires pour la protection des hammams de Tunis, dans un contexte agité de transition démocratique, et où l’action publique en faveur du patrimoine demeure sinon insignifiante, du moins secondaire.

LogoLmdina_Wel_Rabtine

Initié en juin 2013 par l’association Actions Citoyennes en Médina (Lmdina Wel Rabtine), le Projet de sauvegarde durable des hammams historiques de la médina de Tunis ne prétend pas sauver la totalité de cet ensemble patrimonial. Il cherche plutôt à expérimenter des interventions pilotes et des modèles durables et contextualisés de sauvegarde qui pourraient être étendus à d’autres villes tunisiennes. Le projet de l’association (télécharger le « Document de projet ») se distingue en particulier par la place accordée aux habitants et aux citoyens ordinaires de la médina dans l’invention d’un nouveau modèle de sauvegarde durable et dans l’amorce d’une médiation avec les autorités locales et les opérateurs nationaux du patrimoine ainsi que dans la facilitation du dialogue entre les tenanciers et propriétaires de hammams d’une part, et les autorités publiques d’autre part. Fruit des espoirs suscités par la Révolution tunisienne de Janvier 2011, cette jeune association créée en janvier 2012 réunit les habitants, commerçants et amis de la médina de Tunis, autour d’une vision partagée de sauvegarde de la médina, patrimoine mondial de l’humanité, et consacrant pleinement la participation des citoyens ordinaires dans la définition des problématiques, des méthodes d’intervention pour la sauvegarde du patrimoine, selon l’acception classique du Droit au patrimoine. L’association a également réussi le pari de fédérer des jeunes chercheurs tunisiens ainsi que des artistes tunisiens et étrangers soucieux de contribuer à la préservation des bains de Tunis.

S’étalant sur 16 mois, le projet de l’association s’articule donc autour de trois volets interdépendants :

  • (1) le volet citoyen où l’effort de médiation entre les gestionnaires des hammams, les habitants, les institutions nationales et les médias afin d’identifier des mesures exceptionnelles juridiques ou économiques incitatives en faveur des hammams de la médina ;
  • (2) le niveau artistique ou la promotion de la richesse et de la diversité de ce patrimoine afin de consolider la (re)connaissance de sa valeur exceptionnelle par le biais de plusieurs médium artistiques comme la photographie ainsi que sa mise en mémoire ;
  • et enfin (3) la diffusion ciblée de connaissances sur les techniques de réhabilitation et sur les opportunités de requalification à travers le renforcement des capacités des tenanciers en matière de gestion durable et originale.

Plusieurs actions ont été entreprises depuis juillet 2013 : l’organisation de visites guidées de sensibilisation aux hammams de la médina, la tenue d’actions de plaidoyer et de concertation en présence d’une multitude d’acteurs publics et privées, la collecte de récits et de témoignages approfondies auprès de la dernière génération de tenanciers de hammams tunisois, etc.

Tunis, le hammam Mtihra © L'mdina Wel Rabtine

Tunis, le hammam Mtihra © L’mdina Wel Rabtine 

 

La constitution d’un fonds iconographique brassant une multiplicité d’auteurs est l’un des chantiers en cours. Un appel à candidatures (télécharger la version française ou arabe) a permis de collecter 55 dossiers de photographes tunisiens et étrangers, soucieux de contribuer à la constitution d’une banque d’images qui permettra d’initier de multiples actions de communication et de plaidoyer. Ces photographes amateurs et professionnels ont été appelés à poser des regards neufs pour renouveler les représentations de ces lieux en péril. Une exposition itinérante ainsi qu’un ouvrage didactique sont prévus le premier trimestre 2014.

En savoir plus : site de l’association L’mdina Wel Rabtine, ou sa page facebook, regroupant l’ensemble des actualités du projet

Bibliographie préliminaire des hammams de Tunis

Thèse et travaux de recherche internationaux

  • Bouhdiba Abdelwahab, Contribution à une psychanalyse de l’Islam, Maison Tunisienne de l’Edition, 1973.
  • Daoulatli Abdelaziz, Tunis sous les Hafsides, INAAT, 1976.
  • Dumreicher Heidi, « The Hammam : Scenarios for a sustainable future », In Cultural Heritage and Development in the Arab World, The Bibliotheca Alexandrina, 2008 (voir en ligne, p. 229-242).
  • Dumreicher Heidi, Levine Richard, Sibley-Bahloul Magda, Hammam Rehabilitation Reader, Sonderzahl, 2012.
  • Geffrier Jacques, L’architecture du hammam au rythme des rites, Ecole d’Architecture de Belleville, 2005.
  • Kerdani Dalila, Hammam folklore dynamics in cairo: lessons from operation to régénération, Archnet-IJAR, 2008.
  • Kolb Bettina, The Hammam, a living cultural heritage, Archnet-IJAR, 2008 (voir en ligne).
  • Saadaoui Ahmed, Tunis ville ottomane, Centre de Publications Universitaires, 2001.
  • EUROMED HERITAGE 4 – Entre traditions et modernité : les hammams (voir en ligne)

Beaux livres/Photographie/Histoire

  • Collectif, Le hammam d’Othman Khadhraoui, Cérès, 1992.
  • Dailleux Denis, Fils de Roi, Portraits d’Egypte, Gallimard, 2008.
  • Dridi Kamel, Les offrandes de l’ombre, Sand & Tchou, 1995.
  • Lagrange Fréderic, Islam d’interdits, Islam de Jouissance, Cérès, 2008.
  • Lallemand Charles, Tunis et ses environs, Maison Quantin Paris, 1890.
  • Gouvion Colette, Les bains dans le monde, Aubanel, 2006.
  • Meunier Pascal, Les derniers bains du Caire, Le Bec en l’air, 2008.
  • Meunier Pascal, Tyckaerts Maud, Hammams, les bains magiciens, Dakota, 2005.
  • Négrier Paul, L’histoire du bain à travers les âges, Futur Luxe Nocturne, 2011.
  • Rosado Puig Anna, Le hammam dévoilé, Caravane Kalifa, 2007.
  • Zannad Bouchrara Traki, Les lieux du corps en Islam, Publisud, 1994.

 

 


balneorient

L’identifiant « Balnéorient » regroupe deux des membres du projet éponyme, Th. Fournet (Ifpo) et B. Redon (HiSoMA), en charge de la mise en ligne des billets.
Ces derniers sont cependant souvent le fait d’autres participants au programme. Ils sont dans ce cas signalés comme auteur.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *