À Mahalla al-Kubra dans le Delta égyptien, le dernier hammam en fonction hors du Caire

19 juillet 2012
Par

Michel Tuchscherer (directeur du Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa) et Hossam ed-Din Isma'il (professeur à l'université Ayns Shams du Caire), avec la collaboration de Matthieu Van Peene (architecte).

 

Les villes provinciales d'Égypte passent pour être plus conservatrices que la capitale. À ce titre on pouvait s’attendre à ce qu’elles aient préservé les hammams et les traditions balnéaires davantage que le Caire. Une enquête de terrain menée entre 2008 et 2012, dans le cadre du programme Balnéorient, a révélé qu’il n’en était rien.

Aujourd’hui dans les provinces, il ne subsiste plus que onze hammams, dans des états de conservation très variables. Sept d’entre eux - pour la Haute Égypte à Qina, Girga, Assiout et pour le Delta à Mahalla al-Kubra, Rosette et Samanûd - sont relativement bien préservés et, à l’exception de celui de Suez, ont été enregistrés auprès du Service des Antiquités. Ceux de Rosette et Samanûd ont même fait l’objet de restauration. Par contre celui de Mallawi en Moyenne Égypte est en grande partie ruiné. À Alexandrie, il ne reste plus que quelques vestiges de Hammâm al-Dhabab, d’origine certainement fatimide. Celui de Shaykh Ibrâhîm Pacha, dans le quartier de Manshiyya et utilisé aujourd’hui comme entrepôt, a été profondément modifié. Un autre encore à Madinat Fayyûm vient d’être rasé il y quelques semaines.

Le hammam de Madinat Fayyûm avant sa démolition (© H. ed-Din Isma'il, avril 2011)

 Il est très probable qu’au cours du XXe siècle quatre hammams sur cinq aient ainsi disparu, la plupart sans laisser de trace, y compris dans la mémoire actuelle des habitants. Grâce au récit très détaillé du voyageur ottoman Evliya Tchelebi, nous savons qu’à la fin du XVIIe siècle les villes de province comptaient 65 hammams. D’autres ont été construits ultérieurement, notamment durant la première moitié du XIXe siècle, le dernier sans doute à Suez en 1869, au moment de l’inauguration du Canal. Mais dès le début du XXe siècle un mouvement d’abandon des hammams s’amorça. Le mouvement prit de l’ampleur dans les années 1950 avec l’accélération de la modernisation du pays sous Nasser. La politique d’ouverture économique engagée en 1973 acheva de bouleverser les modes de vie de la population, de sorte que les derniers hammams fermèrent leurs portes au début des années 1980. Une seule exception, Hammâm al-Mitwalli, toujours en activité à Mahalla al-Kubra, cité industrieuse connue pour ses textiles et située au cœur du Delta à une centaine de kilomètres au nord du Caire.

Hammâm al-Mitwalli - entrée (© H. ed-Din Isma'il, 2011)

Tous les jours, de 10h du matin jusqu’à la tombée de la nuit, la maîtresse du hammam accueille les femmes. Puis vient le tour des hommes, jusque tard dans la nuit. Situé non loin de la mosquée Mitwalli, à la limite de l’ancien souk, il est aujourd’hui le dernier survivant des sept hammams qu’avait dénombrés le voyageur ottoman Evliya Tchelebi lorsqu’il visita la ville en 1673. À la fin XVIIe siècle, Mahalla était déjà un centre réputé dans le textile et passait alors pour la seconde ville d’Égypte après le Caire, non seulement en raison de sa population, mais aussi du nombre de ses hammams. Rien d’étonnant donc que ce soit là qu’on trouve aujourd’hui le dernier refuge d’une tradition millénaire. Outre des habitués de Mahalla, pour qui une visite au moins hebdomadaire s’impose, l’établissement accueille aussi une clientèle venue des environs : des paysans des gros villages agricoles alentour, tout comme des citadins des villes voisines de Tanta et de Benha. Dans cette partie de l’Égypte, aujourd’hui encore pour bon nombre de familles, un mariage réussi ne saurait débuter autrement que par la traditionnelle séance au hammam des futurs époux.

Hammâm al-Mitwalli est peut être d’origine mamelouke, en tous cas sa construction est bien antérieure à la visite d’Evliya. Il se conforme tout à fait au modèle égyptien du hammam. Depuis la rue, on accède par un couloir coudé à la partie froide (makhla’).

Hammâm al-Mitwalli - salle froide / vestiaire (© M. Van Peene, mai 2012)

L’espace central est surmonté d’un grand lanterneau (shukhshikha), dont les fenêtres latérales diffusent par le haut une lumière adoucie, tout en assurant une ventilation bienfaisante. Les clients vont se déshabiller sur les estrades latérales, surélevées de près d’un mètre, recouvertes de nattes et qui courent tout autour de la pièce. Un escalier permet de gagner trois cabines situées en hauteur, au-dessus de ces estrades, et que vient desservir une galerie en bois. Réservées aux clients exigeant plus d’intimité, elles servent aussi, durant le mois de fermeture annuel du ramadan, à loger des gens de condition modeste de passage dans la ville.

Partons à la découverte du hammam en suivant un baigneur. Une fois déshabillé, une première serviette (mihzam) nouée autour de la ceinture et une seconde (sadr) jetée sur les épaules, celui-ci franchit la porte basse qui ouvre sur le couloir intermédiaire voûté, pour se rendre dans la pièce centrale de la partie chaude (bayt al-harâra). Une légère moiteur l’accueille dans cette pièce à la forme orthogonale qu’éclaire une lumière douce filtrée par quelques loculi percés dans la coupole. Quatre iwans voutés plus sombres ouvrent sur cet espace où trône la fisqiyya, gros massif en pierre lui aussi orthogonal, sur lequel viendra s’étendre tout à l’heure notre baigneur. Mais il va d’abord se rendre dans l’une des deux khilwa-s pour l’immersion. Entre deux iwans, une porte étroite et basse donne accès à une pièce, puis à quelques marches qui mènent à la baignoire (maghtas), de fait un bassin d’environ 1,50 mètre sur 2, profond d’un mètre et rempli d’eau, chaude dans l’une des khilwa-s, très chaude dans l’autre, au choix donc du client.

S’échappant d’une conduite provenant du toit et pénétrant sous la coupole des khilwa-s, c’est l’eau qui, en tombant en mince filet dans le bassin, crée  cette moiteur, ici chaude et lourde, qu’affecte le baigneur. Il va d’abord s’étendre sur le marbre chaud au bord du bassin jusqu’à transpiration, avant de s’immerger lentement et pour quelque temps dans la baignoire.

Hammâm al-Mitwalli - salle chaude (© M. Van Peene, mai 2012)

Puis notre baigneur, au corps à présent ramolli et adouci, se rend à la fisqiyya où l’attend le garçon de bain. Une fois étendu sur le massif, le client se fait frictionner au gant de laine grossier, méthodiquement et selon un rythme lent et régulier. Les bras, les mains, les jambes, les pieds, le dos, le ventre, le visage, aucune partie du corps n’est oubliée. Les vieilles peaux desquamées viennent se détacher en petits rouleaux noirs (fatla sûda) que le garçon de bain va éliminer de temps à autre, avec de l’eau tiède puisée dans la vasque surmontant le centre du massif.

Puis notre baigneur va achever sa toilette lui-même dans l’un des iwans pourvus d’un petit bassin intégré dans une banquette. Là il va se savonner puis se rincer. À présent, il ne va pas revenir directement dans la salle de déshabillage, mais s’arrêter quelques instants dans la pièce tiède (bayt awwal) et s’étendre sur les nattes, afin de réadapter progressivement son corps à l’atmosphère ambiante. Lors des froides journées d’hiver, cette pièce plus tempérée sert aussi de lieu de déshabillage. De retour dans la partie froide, notre baigneur va certainement encore se reposer sur l’une des estrades, se faire servir une boisson chaude ou froide, avant de se rhabiller et de payer son dû au gérant.

Les pratiques balnéaires à Mahalla n’ont sans doute pas beaucoup évolué au cours des deux derniers siècles et correspondent aux descriptions qu’en ont données les voyageurs durant la première moitié du XIXe siècle. Dans le hammam, la principale transformation a été  l’abandon de l’ancienne chaufferie. Pour mettre un terme aux nuisances, un décret interdit à partir de 1953 de continuer d’y brûler les ordures. Cette mesure eut comme conséquence l’abandon d’un certain nombre de hammams. Celui de Mahalla s’adapta en aménageant des chaudières à mazout. Ainsi toute trace de l’ancienne chaufferie (mustawqad) a aujourd’hui disparu et avec elle la tradition de cuire les fèves (fûl) dans de grands chaudrons en cuivre que l’on recouvrait autrefois de braises et de cendres retirées du foyer.

Hammâm al-Mitwalli - chaudière au mazout (© M. Van Peene, mai 2012)

La famille Mus’ad Hasan al-Rayyis, gestionnaire du hammam depuis de nombreuses générations, est fière d’avoir su préserver la tradition balnéaire dans cette partie de Basse Égypte. Elle vit modestement en habitant le second hammam (Hammâm al-Basal) dont elle avait autrefois également la charge et qu’elle a transformé en logement il y a une cinquantaine d’années déjà.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Actualité des études thermales...

Laisser un commentaire

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez Balnéorient dans la liste.

Blogoliste


Carnets de recherche